Podcasts sur l'histoire

M36 90mm GMC de la 3e division blindée américaine, Lemgo

M36 90mm GMC de la 3e division blindée américaine, Lemgo


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

M36 90mm GMC de la 3e division blindée américaine, Lemgo

Cette colonne de véhicules blindés de la 3e division blindée américaine est dirigée par un affût motorisé M36 de 90 mm lors de son passage à Lemgo, en Westphalie. Le M36 peut être difficile à distinguer du M10 vu de face, car ils utilisaient tous les deux la même coque. Ce M36 peut être identifié par la forme du masque, avec une courbe au-dessus du canon, et en regardant le canon - le canon de 90 mm sur le canon pourrait porter un frein de bouche, mais si ce n'était pas présent un couvercle a été installé pour protéger le raccord à vis. Ce couvercle se distingue simplement sur cette photo, à la fois par un léger renflement au bout du canon et par un changement de couleur au bout du canon.


Division blindée lourde américaine TOE

Publier par Kelvin » 01 juil. 2019, 15:09

Re: Division US Heavy Armored TOE

Publier par Richard Anderson » 01 juil. 2019, 18:18

Re: Division US Heavy Armored TOE

Publier par Gary Kennedy » 01 juil. 2019, 19:58

Les T/O de mars 1942 pour l'Armd Div ont distribué les chars comme

Div HQ Co - 5 lt
Deux commandes de combat, chacune - 5 lt

Deux Regts Armd, chacun -
RHQ Co - 5 lt
Maint Co - 4 lt + 8 med
Lt Bn - 54 lt tks
Deux Med Bns - chacun 54 med tks

Total 232 chars moyens et 158 ​​chars légers

Les T/O de septembre 1943 pour l'Armd Div avaient les chars comme

Div HQ Co - 3 lt
Deux Comb Cmds, chacun - 3 lt

Trois Tk Bns, chacun - 53 med et 17 lt tks, plus 6 tks med armés d'obusiers

Trois Armd FA Bns, chacun - 3 tks méd (OP)

Total 168 chars moyens, 18 chars moyens 105 mm et 77 chars légers

L'amendement à l'Armd Inf Bn de Sep44 visait à remplacer leurs trois M8 par trois autres M4 de 105 mm, portant le total autorisé pour la Div à 27.

Re: Division US Heavy Armored TOE

Publier par paulrward » 02 juil. 2019, 07:26

À M. Gary Kennedy : Merci monsieur, votre réponse était succincte, bien organisée, contenait beaucoup d'informations et était très instructive par rapport à la question de l'affiche originale.

Re: Division US Heavy Armored TOE

Publier par Kelvin » 02 juil. 2019, 10:56

Les T/O de mars 1942 pour l'Armd Div ont distribué les chars comme

Div HQ Co - 5 lt
Deux commandes de combat, chacune - 5 lt

Deux Regts Armd, chacun -
RHQ Co - 5 lt
Maint Co - 4 lt + 8 med
Lt Bn - 54 lt tks
Deux Med Bns - chacun 54 med tks

Total 232 chars moyens et 158 ​​chars légers

Les T/O de septembre 1943 pour l'Armd Div avaient les chars comme

Div HQ Co - 3 lt
Deux Comb Cmds, chacun - 3 lt

Trois Tk Bns, chacun - 53 med et 17 lt tks, plus 6 tks med armés d'obusiers

Trois Armd FA Bns, chacun - 3 tks méd (OP)

Total 168 chars moyens, 18 chars moyens 105 mm et 77 chars légers

L'amendement à l'Armd Inf Bn de Sep44 visait à remplacer leurs trois M8 par trois autres M4 de 105 mm, portant le total autorisé pour la Div à 27.

Re: Division US Heavy Armored TOE

Publier par Gary Kennedy » 02 juil. 2019, 19:02

Il n'y avait pas de M4 armés de 105 mm dans la configuration originale d'Armd Div. Il y avait cependant des « armes à feu, d'assaut, automoteurs », avec un total de 42 pour la Div. Je pense que lorsque les tableaux ont été rédigés, le véhicule lui-même n'était pas encore livré et il s'est avéré être le M8 HMC avec l'obusier de 75 mm. Ils ont été distribués comme

3 par Lt et Med Armd Bn (total 18)
3 par Armd Inf Bn (total 9)
3 par Armd Recn Co (total 15), il y avait trois compagnies dans le Armd Recn Bn proprement dit et une dans chaque Armd Regt.

Je pense que les T/O Sep43 ont été les premiers à identifier le M4 avec un obusier de 105 mm dans le rôle de canon d'assaut, avec six par Tank Bn, tandis que le Can Recn Sqn et l'Armd Inf Bn ont continué à utiliser le M8.

Je pense qu'il y a quelques discussions sur les changements apportés aux 2e et 3e Divs Armd en 1944, car ils ont tous deux conservé le format global des Divs Armd de mars 1942 tout en devant incorporer le nouvel équipement écrit dans les tables Sep43 (57-mm canons, halftracks M3A1, etc.). Je suis presque sûr d'avoir commencé un de ces fils, mais c'était il y a longtemps et ce n'est pas un sujet sur lequel je suis revenu. La seule chose qui peut être dite avec certitude est qu'ils ont réorganisé leurs Tank Bns d'un Lt et deux Med en trois « mixtes » chacun avec deux compagnies de chars M4 et une légère.

Re: Division US Heavy Armored TOE

Publier par Richard Anderson » 02 juil. 2019, 20:33

Le 23 octobre 1944 à 23 heures, les 2e et 3e AD se voient attribuer un théâtre autorisé de 9 chars moyens M4 (105 mm). À la fin de novembre 1944, l'autorisation de théâtre a été portée à 27 et a été confirmée comme telle jusqu'à la fin de la guerre, bien que des « extras » aient apparemment été acquis. On ne sait pas exactement comment ils ont été distribués (probablement 9 à chaque régiment blindé et d'infanterie blindée), mais le 75 mm Assault Gun M8 a également été conservé pendant un certain temps (au 29 novembre, le 2d AD en avait 20 et le 3d AD en avait 30). Au 5 février, 2d AD avait 33 M4 105mm et seulement 9 M8 75mm, tandis que 3d AD en avait 33 et 21 respectivement. Dans le dernier rapport du 11 mai 1945, le 2d AD avait 42 M4 105mm et zéro M8 75mm, tandis que le 3d AD avait 33 M4 105mm et 19 M8 75mm. Pour compliquer les choses, le remplacement prévu du M8 75mm en tout, à l'exception des unités de cavalerie mécanisée de la division blindée sous T/O&E 17 du 24 janvier 1945.

Une exigence pour le char moyen M4 (105 mm) a été identifiée dès que le type a été proposé en tant que char moyen T6 le 18 avril 1941.

Re: Division US Heavy Armored TOE

Publier par Yantaylor » 02 juil. 2019, 20:59

Désolé de vous éloigner du sujet, mais l'un d'entre vous a-t-il déjà entendu parler du M8 HMC sous le nom de « Scott » ?

Re: Division US Heavy Armored TOE

Publier par Richard Anderson » 02 juil. 2019, 21:28

Désolé de vous éloigner du sujet, mais l'un d'entre vous a-t-il déjà entendu parler du M8 HMC sous le nom de « Scott » ?

Oui, par les modélistes et les joueurs de guerre.

Sérieusement, "Scott" et "Jackson" sont presque aussi controversés que "Hetzer". La seule mention en temps de guerre de "Scott" appliquée au M8 est un ordre de service de la branche de recherche et développement du BG Gladeon Barnes du service des munitions le 24 novembre 1944. Cependant, tout "ordre" émis par Barnes ne pouvait s'appliquer qu'à sa propre branche. il n'avait aucune autorité pour nommer quoi que ce soit d'autre et les forces terrestres de l'armée ont résisté en utilisant autre chose que les désignations alpa-numériques. On sait que Stuart, Grant, Sherman, Priest et Hellcat étaient d'usage général, mais aucun des autres ne l'était.

"Bien que les missives de l'Ordnance citées recommandaient l'utilisation du surnom "Jackson" pour le 90 mm GMC M36 et "Scott" pour le 75 mm HMC M8, il n'y a aucune preuve qu'ils aient été régulièrement utilisés par les troupes, que ce soit officiellement ou officieusement. Tank Destroyer les mémoires de l'équipage appellent généralement leurs véhicules un "TD" ou même simplement une "monture", bien que le M36 soit parfois appelé "Slugger", ce qui a été confirmé par l'article du sergent d'artillerie en février 1945. Curieusement, cependant, en 1953, lorsque l'armée yougoslave a reçu quelque 90 mm M36 GMC en tant qu'assistance militaire des États-Unis, le nom qu'ils lui ont attribué était "Džekson", qui était une interprétation phonétique de "Jackson" en serbe.

Le cas le plus étrange est peut-être l'utilisation du surnom supposé "Wolverine" pour le GMC M10 3". Il n'apparaît pas dans les deux listes de suggestions d'Ordnance et on ne sait pas quand il est apparu pour la première fois. Diverses théories ont été faites pour son origine. L'un d'eux est qu'il a été accordé par les Canadiens, sauf que les rapports canadiens en temps de guerre l'appellent un M10, bien qu'à un moment donné, il ait été proposé de le nommer « vicaire » pour le garder en ligne avec les autres noms ecclésiastiques des Britanniques assignés à l'auto- canons propulsés. Une autre forte possibilité est que le nom provienne d'une confusion d'animaux d'après-guerre. En 1943, Popular Mechanics a publié un article intitulé « Je suis un commandant de chasseur de chars », qui comprenait de nombreuses photographies du véhicule de l'auteur, un M10 appelé diversement « panthère », « panthère roulante » et « panthère noire ». dans l'article. Bien sûr, la raison du sobriquet "panthère" est évidente en regardant les photographies, quatre d'entre elles présentent des vues claires du grand emblème peint à l'arrière de la tourelle - une variante de l'emblème du chasseur de chars "panthère noire" et un autre a été utilisé sur la couverture du magazine. Peut-être que quelqu'un a vu les photographies après la guerre et a décidé que la créature représentée était un carcajou ?" (Les citations sont tirées de mon manuscrit.)

Re: Division US Heavy Armored TOE

Publier par Kelvin » 04 juil. 2019, 09:49

Il n'y avait pas de M4 armés de 105 mm dans la configuration originale d'Armd Div. Il y avait cependant des « armes à feu, d'assaut, automoteurs », avec un total de 42 pour la Div. Je pense que lorsque les tableaux ont été rédigés, le véhicule lui-même n'était pas encore livré et il s'est avéré être le M8 HMC avec l'obusier de 75 mm. Ils ont été distribués comme

3 par Lt et Med Armd Bn (total 18)
3 par Armd Inf Bn (total 9)
3 par Armd Recn Co (total 15), il y avait trois compagnies dans le Armd Recn Bn proprement dit et une dans chaque Armd Regt.

Je pense que les T/O Sep43 ont été les premiers à identifier le M4 avec un obusier de 105 mm dans le rôle de canon d'assaut, avec six par Tank Bn, tandis que le Can Recn Sqn et l'Armd Inf Bn ont continué à utiliser le M8.

Je pense qu'il y a quelques discussions sur les changements apportés aux 2e et 3e Divs Armd en 1944, car ils ont tous deux conservé le format global des Divs Armd de mars 1942 tout en devant incorporer le nouvel équipement écrit dans les tables Sep43 (57-mm canons, halftracks M3A1, etc.). Je suis presque sûr d'avoir commencé un de ces fils, mais c'était il y a longtemps et ce n'est pas un sujet sur lequel je suis revenu. La seule chose qui peut être dite avec certitude est qu'ils ont réorganisé leurs Tank Bns d'un Lt et deux Med en trois « mixtes » chacun avec deux compagnies de chars M4 et une légère.

Re: Division US Heavy Armored TOE

Publier par Gary Kennedy » 04 juil. 2019, 13:46

Il s'agissait d'unités distinctement différentes.

Le Mar42 Armd Recn Bn se composait de

QG Bn - dont 3 voitures armées
HQ Co - AM&S Sec, Tpt Pl et Bn Maint Pl (incl 1 voiture armée)

Light Tank Co - 17 lt tks, avec 2 au QG Co et trois Pls, chacun de 5 tks

Co HQ - y compris 2 voitures armées
AM&S Sec
Maint Sec - y compris 1 voiture armée

Trois Pls chacun
Armd Car Sec - 4 voitures armd
Scout Sec - 4 Jeeps (trois hommes chacun, deux Jeeps portant chacun un mortier de 60 mm) Pl également fourni avec deux canons de 37 mm remorqués
Aslt Gun Sec - 2 halftracks M3, l'un portant un obusier de 75 mm

C'était le T/O de mars 1942, qui notait que les principaux équipements, dont la voiture blindée, étaient toujours en attente de réception. En Afrique du Nord, l'Armd Recn Bn a utilisé la voiture de reconnaissance M3A1 comme véhicule blindé de remplacement et semi-chenillé pour monter un obusier de 75 mm au lieu d'un canon d'assaut. Il semblerait qu'en 1944, ces Armd Divs sur les anciens T/O Mar42 remplaçaient simplement leur équipement obsolète par les éléments de remplacement, donc dans les Recn Bns, il s'agissait de canons antichars de 37 mm, de HMC T-30 et de voitures de reconnaissance M3 White, Véhicules blindés M8 et HMC M8 dedans. Vous pouvez détecter les traces des anciens T/O dans ce rapport de 1944


M36 90mm GMC de l'US 3rd Armored Division, Lemgo - Histoire

Les bataillons de chasseurs de chars

La force de chasseurs de chars a été créée en tant que réserve antichar mobile du GHQ en 1941. Le concept original prévoyait que les bataillons soient concentrés dans des brigades et des groupes de chasseurs de chars pour un emploi en masse contre une menace blindée. En pratique, les réalités du combat et l'érosion de la force allemande Panzer signifiaient que les chasseurs de chars étaient généralement attachés individuellement aux divisions.

Les plans initiaux du ministère de la Guerre prévoyaient la création de 220 bataillons TD, un chiffre qui n'a jamais été atteint. Fin 1943, 106 bataillons existaient dont 56 servis en Europe ou en Italie et 6 dans le Pacifique. 11 des bataillons restants ont été convertis en artillerie de campagne blindée, tracteur amphibie, mortier chimique ou bataillons de chars. 63 bataillons ont été dissous - avec leur personnel allant au pool de remplacement.

Les premiers bataillons TD organisés étaient entièrement automoteurs. Cependant, l'expérience des combats en Afrique du Nord semble montrer que des canons tractés seraient souhaitables. En conséquence, environ la moitié des bataillons ont été convertis en remorqués en 1943. Malheureusement, d'autres expériences ont prouvé que les canons remorqués étaient tout simplement trop immobiles, ce qui les rendait très vulnérables. En conséquence, en 1944, de nombreux bataillons remorqués ont été reconvertis en automoteurs. Au 1er janvier 1945, 73 bataillons au total étaient actifs.

Les bataillons de chasseurs de chars étaient tous organisés avec 3 compagnies, chaque compagnie était équipée de 12 canons, pour un total de 36 dans le bataillon. Les premiers bataillons disposaient également d'un peloton anti-aérien et d'un peloton du génie qui ont ensuite été mis au rebut. Un élément de reconnaissance fort a été retenu, équivalent à une troupe de cavalerie mécanisée.

"Tableau d'équipement du bataillon de chasseurs de chars"


Les bataillons TD ont d'abord utilisé deux armes ad hoc provisoires, le halftrack M3, qui montait un vieux canon de 75 mm et le M6 TD, un porte-armes Dodge 3/4 tonne avec un canon AT de 37 mm monté grossièrement dans la caisse du camion. Plus tard, en Afrique du Nord en 1943, les bataillons TD commencèrent à recevoir le premier canon TD standardisé, le M10. Le M10 était basé sur une variante du châssis de char M4, était légèrement blindé et avait une faible mobilité et vitesse en tout terrain. Cependant, son canon de 3'', un développement du canon AA d'avant-guerre, était assez puissant pour l'époque. Au début de 1944, le premier TD spécialement conçu est apparu, le M18, et a commencé à remplacer lentement le M10. Le M18 était plus légèrement blindé que le M10, mais avait une très bonne mobilité tout-terrain et une vitesse impressionnante. De plus, le pistolet était un 3" amélioré, connu sous le nom de 76 mm, avec un étui de cartouche plus puissant et un frein de bouche, ce qui lui donnait une plus grande précision et une plus grande puissance de frappe. Enfin, également en 1944, le M36 a été déployé. Le M36 utilisait le même châssis que le M10, mais montait le puissant canon de 90 mm (également à l'origine une arme AA). Le M36 était l'arme antichar la plus puissante de l'arsenal américain, avec les nouveaux obus perforants à haute vitesse (HVAP, également connus sous le nom d'APCR pour Armor Piercing Composite Rigid), le 90 mm était facilement capable de vaincre tous les blindés allemands, s'il pourrait obtenir le premier coup.


Il y avait 52 TD BN dans l'ETO et 6 dans la PTO

601st (M36, a également servi en Tunisie, Sicile et Italie avec M3 et M10),

Le 601e bataillon TD a d'abord combattu en Afrique du Nord, puis en Sicile et en Italie. Lors de la campagne de France, il est rattaché à la 3e division d'infanterie, qui participe au débarquement dans le sud de la France en août 1944, équipée du M10 3in. GMC. Il a servi avec la division jusqu'à la fin de la guerre et était le bataillon de chasseurs de chars le plus ancien de l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a été complètement rééquipé du M36 en janvier 1945.

Le bataillon antichar provisoire de la 1re division d'infanterie converti en 601e bataillon de chasseurs de chars le 15 décembre 1941. La compagnie C du bataillon d'origine se composait principalement de la batterie D, 5e artillerie de campagne, la seule unité de l'armée avec une histoire continue de la guerre d'indépendance. Arrivé à Gourock, en Écosse, le 9 avril 1942. La compagnie de reconnaissance a débarqué à Oran, en Algérie, le 8 novembre dans le cadre de l'opération Torch, et le reste du bataillon est arrivé en décembre. Combat à la bataille du col de Kasserine en février 1943 et à El Guettar en mars. Converti en M10 à la fin de la campagne d'Afrique du Nord. A participé aux débarquements d'invasion à Salerne, en Italie, le 9 septembre. A fait le troisième assaut du jour J à Anzio le 22 janvier 1944 et est entré à Rome en juin. A effectué un quatrième débarquement d'assaut dans le sud de la France le 15 août. Avancé à la frontière allemande dans la région des Vosges. Participe à la réduction du Colmar Pocket en février 1945, puis converti au M36. Combat le long de la ligne Siegfried jusqu'à la traversée du Rhin le 22 mars. A aidé à capturer Nürnberg en avril et a mis fin à la guerre en occupant la retraite d'Hitler à Berchtesgaden en Bavière. Attaché à : 1st Armored Division 1st, 3d, 9th, 34th, 36th, 45th, 103d Divisions d'infanterie.

Le 602nd TD Battalion, équipé de M18 76mm GMC, s'est déployé pour la première fois avec la 26th Division le 23 octobre 1944, lors des combats en Sarre. Au cours de la bataille des Ardennes, il a d'abord été déployé avec la 28e division. Pendant les combats aux abords de Bastogne, et à la fin du mois a été transféré à la 11e division blindée nouvellement arrivée. Il est resté avec la 1lth Armored Division jusqu'en mars quand il a été transféré à la 89th Division, restant avec elle jusqu'à la fin de la guerre.

2d Infantry Division Provisoire Antichar Battalion converti en 602d Tank Destroyer Battalion le 15 décembre 1941. Equipé de M10, puis de M18 avant de quitter les Etats-Unis. Arrivé en Ecosse le 29 juillet 1944 et à Omaha Beach le 26 août. Engagé au combat le long de la Moselle le 9 septembre. Opérations soutenues menant à la capture de Metz, France, en novembre. Transféré en Belgique lors de l'offensive des Ardennes, arrivant à Neufchâteau le 21 décembre. Opérations soutenues contre les Ardennes en janvier 1945. Combat sur la ligne Siegfried en février. Retourné dans la région de la Moselle en mars, traversé le Rhin à Boppard le 26 mars. Avancé à Gotha, Eisenach et Zwickau en avril. Attaché à : 17th Airborne Division 4th et 11th Armored Divisions 26th, 28th, 80th, 87th, 89th et 90th Infantry Divisions 2d et 6th Cavalry groupes.

Le 603rd TD Battalion, équipé de M18 76mm GMC, est entré en combat pour la première fois fin juillet avec la 6th Armored Division lors de l'opération Cobra, la percée de Normandie. Il est resté avec la division jusqu'à la fin de la guerre, et était le bataillon M18 le plus performant de l'ETO.

Activé le 15 décembre 1941 à Fort Lewis, Washington, par les pelotons antichars de la 3e division d'infanterie. T70 (M18) émis en octobre 1943, arrivé à Cannock, Angleterre, le 18 avril 1944. Débarqué à Utah Beach le 21,22 juillet. Engagé au combat le 28 juillet lors de l'évasion de Cobra. A avancé à travers la Bretagne jusqu'à Brest puis Lorient en août, et a couru vers l'est jusqu'au secteur de la Moselle en septembre. A combattu à l'est de Nancy, en France, en octobre et a soutenu la poussée vers la Sarre en novembre. Combattu à Sarreguemines en décembre, déplacé dans la région de Bastogne pour soutenir la contre-attaque contre les Ardennes. Traversé la rivière Oure et combattu sur la ligne Siegfried en février 1945. Déplacé dans le secteur de la Septième armée en mars, atteint le Rhin à Rhin-Durkheim le 21 mars. Réaffecté à la 3e armée, traversa la rivière à Oppenheim le 25 mars. Attaqué par Fulda Gap vers Erfurt fin mars et avril. A aidé à libérer Buchenwald le 11 avril. Atteinte de la limite d'avance à Mittweida vers le 15 avril. Attaché à : 17th Airborne Division 4th, 6th Armored divisions 3d Cavalry Group.

605e (T converti en M10 en mars)

Le 605th TD Battalion était équipé de 3in. canons antichars déployés pour la première fois avec la 102e Division le 15 février 1945, en préparation de l'opération Grenade, l'assaut sur la Roer. Il a été transféré à la 84e division pour la première semaine de mars.Au cours de la dernière semaine d'avril 1944, il a servi avec la 79e division et la 82e division aéroportée, mettant fin à la guerre attachée à la 82e division aéroportée.

Réorganisé à partir du 5th Antitank Battalion (Provisional), 5th Infantry Divisions, le 16 décembre 1941 à Fort Custer, Michigan. Arrivé à Clyde, Ecosse, le 16 décembre 1944. Débarqué au Havre, France, le 26 janvier 1945 équipé de canons tractés. Entré dans la bataille le 16 février près de Tevern, en Allemagne. Traversée de la Roer le 24 février et rejoint le Rhin. Déployé à la tête de pont de Remagen le 12 mars. Retiré le 17 mars et envoyé en Belgique pour soutenir les forces blindées britanniques, mais presque immédiatement rattaché à la 17th Airborne Division. Traversée du Rhin à partir du 25 mars à Xanten. Participation à la réduction de la poche de la Ruhr en avril. Traversée de l'Elbe le 30 avril 1er mai à Bleckede. Attaché à : 17e, 82e divisions aéroportées 79e, 84e, 102e division d'infanterie 11e groupe de cavalerie britannique 33e brigade blindée.

Le 607th TD Battalion s'est déployé avec la 90th Division en Normandie fin juin avec le 3in remorqué. canon antichar et est resté avec la division jusqu'à la fin novembre, date à laquelle il a été converti en bataillon automoteur. Il fut rattaché à la 87th Division début février et resta avec la division pendant la majeure partie du reste de la campagne en Europe, mettant fin à la guerre équipé de M36 90mm GMC.

Activé le 15 décembre 1941 à Fort Ord, en Californie, du 7th Infantry Division Provisional Antitank Battalion. Converti en bataillon remorqué en mai 1943. Arrivé à Liverpool, Angleterre, le 21 avril 1944. Débarqué à Utah Beach les 17 et 23 juin. Avance appuyée sur Cherbourg, combat le long de la rivière Seves en juillet. Participe à l'entraînement au Mans et à l'enveloppement de la Poche de Falaise en août. Avancé jusqu'à la Moselle en septembre et soutenu les opérations contre Metz jusqu'en novembre. Converti en bataillon automoteur équipé de M36 à temps pour l'assaut final. Conduite conjointe vers la rivière Sarre, capture de Saarlautern et combat ultérieur contre la ligne Siegfried en décembre. Déployé dans le secteur des Ardennes en janvier 1945. Engagé à nouveau contre la ligne Siegfried en février dans la Schnee Eifel. A soutenu la prise de Coblence à la mi-mars. Traverse le Rhin à Boppard le 25 mars. Tranché à travers la Hesse et Thringen en avril et atteint la frontière tchécoslovaque près de Plauen à la mi-avril. Par la suite est resté dans des positions défensives. Attaché à : 82e Division aéroportée 9e, 28e, 87e, 90e, 95e divisions d'infanterie 6e groupe de cavalerie.

Formé le 15 décembre 1941 à Fort. Jackson, SC en tant que bataillon léger remorqué. Désactivé le 20 décembre 1943 au Camp Atterbury, IN.

Le personnel a été transféré à d'autres bataillons, y compris le 607e, 610e, 643e et 807e.

Pioneer Company 608th TD BN.

Le 609th TD Battalion était équipé du M18 76mm GMC et déployé avec la 10th Armored Division le 16 octobre 1944, restant avec la division pendant la guerre.

Activé le 15 décembre 1941 à Fort Bragg, Caroline du Nord. Débarqué à Utah Beach le 20 septembre 1944 équipé de M18. Entré dans la réserve de corps à partir du 28 septembre à l'est de Moutier, en France, où les équipages ont tiré des missions d'artillerie jusqu'en octobre. A rejoint les opérations contre la ligne Siegfried en novembre et début décembre. La majeure partie de la compagnie C s'est déplacée à Bastogne le 18 décembre avec le reste du bataillon de la 10e division blindée qui a combattu le long de la rivière Sauer. Bataillon entier a combattu pour éliminer les Ardennes en janvier 1945. Déployé dans le triangle Sarre-Moselle en février. A participé à la capture de Trèves en mars. Attaque soutenue au sud et à l'est de la tête de pont de Mannheim à travers le Rhin fin mars et avril et atteint le sud de la Bavière près de Füssen à la fin du mois. Attaché à : 101st Airborne Division 10th Armored Division 90th, 94th Infantry Divisions.

Le 610th TD Battalion a été converti de remorqué à automoteur avec le nouveau M36 en octobre 1944 avant d'être engagé au combat. Il a été déployé pour la première fois avec la 26e division le 12 novembre, restant avec elle pendant un mois pendant les combats en Sarre. Il a servi avec la 87e division à la mi-décembre 1944 et a été attaché à la 4e division d'infanterie de fin janvier à mai, à l'exception de quelques jours à la mi-mars où il a soutenu la 42e division. Il termina la guerre équipé de M36 90mm GMC.

Activé le 11 avril 1942 à Camp Barkeley, Texas, en tant que bataillon remorqué. Arrivé à Greenock, en Écosse, le 11 juin 1944. Débarqué à Utah Beach le 31 juillet. Engagé dans l'action le 10 août près de Craon, France, et a participé à l'élimination de Falaise Pocket. A couru vers l'est jusqu'à la Moselle en septembre. Converti en M36 en septembre-octobre. A aidé à nettoyer les fortifications de la ligne Maginot en novembre. Commandé dans les Ardennes le 21 décembre. A aidé à éliminer les Ardennes en janvier 1945. A combattu sur la ligne Siegfried en février près de Brandscheid. Transféré vers le sud en mars. Traversée du Rhin à Worms le 29 mars. A couru à travers le centre et le sud de l'Allemagne en avril et a atteint les environs de Munich à la fin du mois. Fin de la guerre à Ingolstadt. Attaché à : 4e, 26e, 35e, 42e, 80e, 87e divisions d'infanterie 101e groupe de cavalerie.

Le 612th TD Battalion a été initialement déployé en tant que bataillon remorqué avec la 2nd Infantry Division et a servi avec elle de la mi-juin 1944 jusqu'à la fin de la guerre. Il est rééquipé du M18 76mm GMC fin décembre 1944 en raison de lourdes pertes dans les Ardennes.

"A" Company, 612e bataillon de chasseurs de chars transporte des troupes de la 2e Division, 9e Régiment d'infanterie.

Activé le 25 juin 1942 à Camp Swift, Texas, en tant que bataillon remorqué. Arrivé à Greenock, Ecosse, le 15 avril 1944. Débarqué en France début 14 juin et commis dans les environs de Cerisy. Se sont battus à Vire pendant la percée en juillet et début août. Déménagé en Bretagne et soutenu le siège et la capture de Brest fin août et septembre. Passé en Belgique en octobre et soutenu les opérations contre la ligne Siegfried jusqu'en décembre. Engagé des Allemands à Honsfeld, en Belgique, au début de la bataille des Ardennes. Converti en bataillon automoteur (M18) à partir du 29 décembre 1944. A rejoint l'attaque à travers la forêt de Monschau en février 1945. Traversé le Rhin en mars, a participé à une course à travers l'Allemagne centrale jusqu'à Leipzig en avril. Attaché à : 9th Armored Division 1st, 2d, 9th, 99th Infantry Divisions.

Le 614th TD Battalion (Colored) a d'abord été rattaché à la 95th Division fin novembre lors des combats pour la Sarre, et a été rattaché à la 103rd Division pendant les dernières semaines de la guerre en Europe. Il est resté un bataillon remorqué pendant toute la durée des combats.

Activé le 25 juillet 1942 à Camp Carson, Colorado. Réorganisé en bataillon remorqué en mai 1943. Arrivé en Angleterre le 7 septembre 1944, débarqué à la tête de pont d'Utah le 8 octobre. Déployé à Metz et soutenu les opérations contre la ligne Sigfried à proximité en novembre et décembre. Transféré dans la région de la forêt de Hagenau. A continué à soutenir les opérations contre les fortifications de la ligne Siegfried jusqu'à la fin mars 1945. A effectué des tâches d'occupation début avril, puis a rejoint la course à Innsbruck, en Autriche, et au col du Brenner. Attaché à : 95e, 103e divisions d'infanterie.

Le 628e bataillon TD s'est déployé pour la première fois avec la 5e division blindée le 2 août 1944, lors de la course à travers la France et est resté avec la division pendant la majeure partie de la campagne européenne, à l'exception de la bataille des Ardennes. Le bataillon est rattaché à la 78e division du 19 au 23 décembre, et à la 82e division aéroportée du 2 au 11 janvier 1945, pour revenir à la 5e division blindée à la fin du mois. Il a mis fin à la guerre avec le M36 90mm GMC.

Créé le 15 décembre 1941 à partir du 28th Infantry Division Antitank Battalion (Provisoire) . Arrivé à Greenock en Écosse le 6 février 1944, débarqué à Utah Beach le 30 juillet équipé de M10. Engagé au combat le 2 août près de Perier, en France. Participation à l'enveloppement de Falaise Pocket. Se précipita vers l'est jusqu'à la frontière belge, arrivée le 2 septembre. A aidé à libérer le Luxembourg, a commencé l'assaut sur la ligne Siegfried le 13 septembre. Missions d'artillerie menées en octobre. Converti en M36 en novembre, puis engagé dans le combat dans la forêt d'Hertgen en décembre. Transféré dans le secteur d'Aix-la-Chapelle le 8 décembre pour être envoyé dans les Ardennes lors de la bataille des Ardennes. Se battit pour éliminer Bulge en janvier 1945. Traversa la Roer à partir du 25 février et atteignit le Rhin le 10 mars. Traversée du Rhin le 31 mars à Wessel. Traversé l'Allemagne jusqu'à l'Elbe le 11 avril. Attaqué en retour Ouest éliminer les poches allemandes. A pris ses fonctions d'occupation le 26 avril près de Peine. Rattaché à : 82d Airborne Division 3d, 5th Armored divisions 75th Infantry Division.

Le 629e bataillon TD s'est déployé avec la 9e division d'infanterie en France au cours de la troisième semaine d'août, puis a servi avec la 28e division, au cours des deux dernières semaines de septembre lors des combats sur la ligne Siegfried et la 2e division d'infanterie en novembre. Pendant la bataille des Ardennes, il a soutenu la 75e division jusqu'au début de janvier, date à laquelle il a été rattaché à la 83e division. Il a servi avec la 82nd Airborne Division pendant les deux premières semaines de février, et la 99th Division de la dernière semaine de février jusqu'à la fin de la guerre, concluant la campagne équipée du M36 90mm GMC

M10 couvert de neige du 629e TD BN dans la forêt belge

Créé le 15 décembre 1941 à Fort Meade, Maryland. Arrivé dans le Dorset, en Angleterre, en janvier 1944 et débarqué à Omaha Beach le 2 juillet avec des M10. Missions d'artillerie effectuées dans le secteur de Caumont. A rejoint la 30e division d'infanterie dans les combats à Mortain début août, puis a soutenu la réduction de la poche de Falaise. Participe au défilé du V Corps à travers Paris le 29 août. Avancé au Luxembourg début septembre, puis soutenu les opérations dans la forêt d'Hertgen et contre la ligne Siegfried. Transféré dans le secteur des Ardennes le 24 décembre. A combattu pour éliminer les Ardennes en janvier 1945. A rejoint un nouvel assaut sur la ligne Siegfried en février. Traversé le Rhin en tête de pont de Remagen le 11 mars et converti en M36 le même mois. A participé aux opérations contre la poche de la Ruhr en avril, puis a mené une marche par route vers le sud jusqu'en Bavière et a atteint la rivière Isar avant de mettre fin aux opérations offensives. Attaché à : 82d Airborne Division 5th Armored Division 1st, 2d, 5th, 9th, 28th, 30th, 75th, 83d, 99th Infantry Divisions.

Le 630th TD Battalion était un bataillon remorqué et a soutenu la 28th Division du 20 juillet 1944, jusqu'à la fin de la campagne, à l'exception de quelques jours à la mi-avril où des éléments ont été rattachés à la 97th Division. En tant que tel, il a été impliqué dans certains des combats les plus intenses de la guerre, notamment la campagne de la ligne Siegfried, les combats sanglants de la forêt de Hurtgen et la phase d'ouverture de l'offensive des Ardennes. Il a été rééquipé du M36 à la fin de la campagne.

Activé le 15 décembre 1941 à Fort. Jackson, Caroline du Sud. Débarqué en France d'Angleterre le 24 juillet 1944 avec des canons remorqués et entré en ligne près de Colombières. Avancée à travers la France avec la 28e division d'infanterie jusqu'au Luxembourg. Opérations soutenues contre la ligne Siegfried en septembre-octobre. Exploité dans la forêt de Hürtgen en novembre. Déplacé dans le secteur des Ardennes avec la 28th Infantry Division fin novembre, où se trouvait au début de l'offensive allemande en décembre. Transféré au sud dans la région de Colmar en janvier 1945, où la 28th Infantry Division opérait sous contrôle français. Retourné au nord à la mi-février pour se redéployer au sud dans la région de la Sarre à la mi-mars, après quoi le bataillon s'est converti au M36. A participé à l'élimination de la poche de la Ruhr en avril. A pris ses fonctions d'occupation à Zweibrücken le 28 avril. Attaché à : 17th Airborne Division 13th Armored Division 28th Infantry Division.

Activé le 15 décembre 1941 au Camp Blanding, en Floride. Réorganisé en bataillon remorqué en décembre 1943. Arrivé à Gourock, en Écosse, le 5 août 1944 et à Utah Beach le 31 août. A effectué des missions de zone arrière en France, au Luxembourg et en Allemagne pendant toute la durée de la campagne dans le cadre de la Troisième Armée.

Créé le 15 décembre 1941 au Camp Livingston, LA à partir du personnel de la 32e division d'infanterie. À l'origine un bataillon léger remorqué, ils ont expédié de San Francisco, port d'embarquement en mai. décédé le 12 décembre 1942 et arrivé en Australie le 12 mai 1942. Débarqué en Nouvelle-Guinée le 28 octobre 1943. Débarqué aux Philippines le 20 octobre 1944. Le 632e bataillon de chasseurs de chars était essentiellement traité comme une unité organique de la 32e division. Il est allé en Australie avec la 32e division. Il a combattu avec le 32e à Aitape et à Saidor. Il est entré dans la bataille de Leyte avec la 1re division de cavalerie, mais a ensuite rejoint la 32e sur Leyte. À Luzon, il était initialement rattaché au 13e groupe blindé, mais a ensuite servi avec les 37e, 44e et 32e divisions à Luzon. L'unité a été désactivée au Camp Stoneman, en Californie, le 1er janvier 1946.

Activé le 16 décembre 1941 à Camp Forrest, Tennessee. Arrivé au Havre, France, le 13 avril 1945 équipé de M18. Déménagé à Nürnberg, en Allemagne, arrivant le 3 mai. Avancé à Pilsen, Tchécoslovaquie. Attaché à la 16e division blindée.

Le 634th TD Battalion, équipé de M10 3in. GMC, a servi avec la lst Infantry Division du début août 1944 jusqu'à la fin de la guerre en Europe, participant à la plupart des engagements majeurs de la guerre, notamment les batailles de Normandie et la bataille des Ardennes.

Activé à Camp Claiborne, Louisiane, le 16 décembre 1941. Arrivé en Angleterre le 10 janvier 1944. Débarqué à Utah Beach le 30 juin équipé de M10. Engagé au combat le 10 juillet près de Carentan. Participé à l'évasion de Cobra fin juillet, des éléments largement séparés ont aidé à capturer Mayenne et à vaincre la contre-offensive de Mortain début août. A couru vers l'est jusqu'à Mons, en Belgique. Opérations soutenues contre la ligne Siegfried et capture d'Aix-la-Chapelle, en Allemagne, en octobre. Se sont battus dans la forêt de Hürtgen en novembre. A déménagé en Belgique en décembre, pour ensuite courir vers le sud jusqu'aux Ardennes fin décembre. Traversé la rivière Roer le 25 février 1945. Poussé jusqu'au Rhin à Bonn le 9 mars. Traversée de la rivière à Remagen le 15 mars et enveloppement soutenu de la poche de la Ruhr. Nous nous sommes dirigés vers l'est jusqu'aux montagnes du Harz début avril. A parcouru 200 milles jusqu'à la frontière tchécoslovaque le 28 avril. Attaché à : 1re, 4e, 83e divisions d'infanterie.

Le 635th TD Battalion était un bataillon remorqué déployé avec la 1st Infantry Division en Normandie du 7 juin à la fin septembre, puis a servi avec la 71st Division de la mi-mars 1945 jusqu'à la fin de la guerre. Il faisait partie d'une poignée de bataillons qui ont conservé la configuration remorquée tout au long de la campagne.

Créé le 15 décembre 1941 au Camp Robertson, Arkansas, à partir du 35th Infantry Division Antitank Battalion (Provisoire) . Arrivé à Liverpool, en Angleterre, le 9 février 1944. Débarqué à Omaha Beach le 8 juin. Avancé à travers le nord de la France et la Belgique. Exploité dans le secteur Roetgen-Aix-la-Chapelle et la forêt de Hürtgen en automne. Transféré en Belgique le 22 décembre lors de la bataille des Ardennes. Retourné dans la région d'Aix-la-Chapelle en janvier et soutenu la route vers le Rhin près de Cologne. Transféré à la Septième Armée et de nouveau presque immédiatement à la Troisième Armée le 1er avril 1945. Traversé le Rhin à Mannheim et avancé à travers l'Allemagne centrale jusqu'en Autriche. Soutenus : 1re, 71e divisions d'infanterie, 4e groupe de cavalerie.

636e (M10, a également servi en Tunisie et en Italie)

Le 636e bataillon TD déployé avec la 36e division et est resté avec la division jusqu'à la fin de la guerre, à l'exception de quelques courts intermèdes lorsque des éléments du bataillon ont soutenu la 45e division en octobre 1944 et la 13e division blindée fin mars et avril 1945 .

Les Legget a commencé sa carrière militaire avec la Garde nationale du Texas en 1940, gagnant finalement ses galons de sergent en tant que membre de la 36th Infantry Division 636th Tank Destroyer Battalion's Reconnaissance Company.
Les Leggett ont combattu sur les plages de Salerne, la ligne Bernhard à San Pietro, la ligne Gustav à la rivière Rapido et Cassino, avant de débarquer deux jours après l'assaut d'Anzio.
Le peloton de Leggett a ensuite pris d'assaut les plages près de Nice dans le sud de la France dans le cadre de l'opération Dragoon. Des éléments du 36e ont chargé 300 milles à travers la France en seulement 26 jours, ont traversé le Rhin et le Danube, puis se sont frayé un chemin jusqu'au nord de l'Autriche, où ils étaient stationnés à la fin de la guerre.
En cours de route, Leggett a été blessé par des fragments d'obus, bourdonné par une paire de ME-109 allemands dans une campagne agricole, a heurté un convoi allemand dans les bois et a dévalé un talus de montagne escarpé lorsque la route a cédé sous sa jeep.

Activé le 15 décembre 1941 au Camp Bowie, Texas. Arrivé à Oran, en Algérie, le 13 avril 1943. Débarqué à Paestum, en Italie, à partir du 13 septembre 1943. Des éléments ont effectué des missions d'artillerie, gardé le CP de la Cinquième armée et entraîné les troupes britanniques à la doctrine M10 et TD en octobre et novembre. Ligne rentrée dans le secteur de Mignano fin novembre, où assaut soutenu sur San Pietro. Prise en charge de la traversée de la rivière Rapido en janvier 1944. Entrée dans le secteur de Cassino en février. Transféré à la tête de pont d'Anzio en mai. Entré à Rome le 4 juin. Débarqué dans le sud de la France le 15 août. Première unité à entrer dans Lyon et à rejoindre la Moselle en septembre. Engagé dans le massif des Vosges à partir d'octobre. Relève du 601e bataillon TD à Strasbourg en décembre. A combattu l'offensive allemande Northwind en janvier et février 1945. Converti en M36 à partir de fin février. A frappé la ligne Siegfried près de Wissembourg fin mars. Traversée du Rhin avec la 14e division blindée en avril, s'élança vers Nürnberg. Fin de la guerre dans le sud de la Bavière près de Tegernsee. Attaché à : 14th Armored Division 36th Infantry Division.

Établi le 19 décembre 1941 au Camp Shelby, MS à partir du personnel de la 37e division d'infanterie. À l'origine un bataillon léger remorqué, ils ont expédié de San Francisco, port d'embarquement en mai. décédé le 12 décembre 1942 et arrivé en Australie le 26 mai 1942. Arrivé aux îles Fidji le 28 juin 1942. L'unité était rattachée à la 11th Airborne Div., 1st Cavalry et 37th Infantry Div. Inactivé au Japon le 25 janvier 1946.

Le 638th TD Battalion, équipé du M18 76mm GMC, se déploya avec la 84th Division début décembre 1944, et participa aux combats ultérieurs des Ardennes. Il resta avec la division jusqu'à la fin de la guerre.

Créé le 15 décembre 1941 au Camp Shelby, Mississippi. Arrivé à Cherbourg, France, le 7 septembre 1944 équipé de M18. Entré sur la ligne près de Prummern le 20 novembre et soutenu les opérations contre la ligne Siegfried. Transféré dans le secteur des Ardennes autour de Rochefort, en Belgique, le 22 décembre. A lutté pour réduire le Bulge en janvier 1945. A soutenu la traversée de la rivière Roer en février. Traversée du Rhin le 1er avril. A avancé à travers l'Allemagne et a atteint l'Elbe près de Wittenberg le 24 avril. Attaché à: 84th Infantry Division.

Créé le 19 décembre 1941 au Camp San Luis Obispo, en Californie, par le personnel de la 143e artillerie de campagne de la Garde nationale de Californie.À l'origine un bataillon léger remorqué, ils ont expédié de San Francisco, port d'embarquement le 4 septembre 1942 et sont arrivés à Hawaï le 12 septembre 1942. Arrivé à Guadalcanal le 5 février 1944, en Nouvelle-Bretagne le 3 mai 1944 et le Philippines le 9 janvier 1945. L'unité a été attachée à la 1ère cavalerie, 24e, 43e et 44e division d'infanterie. Inactivé le 13 janvier 1946 au Camp Anza, Californie

643e (T converti en M18 en mars '45)

Le 643rd TD Battalion, équipé de M18 76mm GMC (mars'45), a d'abord soutenu la 82nd Airborne Division début janvier 1945 dans les Ardennes puis a servi avec la 83rd Division de début février jusqu'à la fin de la guerre.

Redésigné du bataillon antichar de la 43e division d'infanterie (provisoire) le 3 décembre 1941 et activé au camp Blanding, en Floride. Le 15 septembre Arrivé à Cherbourg, France, le 15 décembre 1944 équipé de canons tractés. Premier engagement près de Manhay, Belgique, le 22 décembre 1944. Traversé la Roer le 24 février 1945. Rééquipé de M18 en mars 1945, traversé le Rhin à Wesel et l'Elbe en route vers Zerbst. Retiré pour prendre des fonctions d'occupation dans les montagnes du Harz.

Le 644th TD Battalion, équipé du M10 3in. GMC, servi avec la 8e division d'infanterie de juillet 1944 jusqu'à la fin de la guerre, à l'exception des intermèdes lorsque des éléments du bataillon ont soutenu la 2e division d'infanterie dans les Ardennes du 12 décembre 1944 au 27 janvier 1945, et la 99e division du 28 janvier au 8 février 1945.

Redésigné du 44th Antitank Battalion (Provisional) à Fort Dix, New Jersey, le 15 décembre 1941. Arrivé à Gourock, Écosse, en janvier 1944. Débarqué à Utah Beach les 11 et 12 juillet équipé de M10. Engagé au combat au sud de Le Haye Du Puits avec la 8th Infantry Division le 15 juillet. Participé à l'évasion de Cobra à partir du 26 juillet. A avancé en Bretagne en août et a aidé à capturer Brest début septembre. A déménagé au Luxembourg fin septembre. Se sont battus dans la forêt de Hürtgen en novembre. Les compagnies A et C se sont déplacées vers le secteur nord des Ardennes début décembre et ont participé à la bataille des Ardennes, la compagnie B arrivant en fin de partie. Participé à l'élimination des Ardennes au début de 1945 et à l'offensive de la rivière Roer en février. Atteint le Rhin au sud de Cologne en mars. Traversé la rivière à Remagen et soutenu la réduction de la poche de la Ruhr en avril. A basculé vers l'est jusqu'à l'Elbe et a roulé vers la côte baltique avec la 82e division aéroportée, s'arrêtant à Schwerin. Attaché à : 82d Airborne Division 3d Armored Division 1st, 2d, 8th, 9th, 86th, 99th, 104th Infantry Divisions 102d Cavalry Group.

645e (M36, a également servi en Italie avec M10)

Le 645e bataillon TD a servi pendant les campagnes d'Afrique du Nord et de Sicile, et s'est déployé depuis l'Italie avec la 45e division dans le sud de la France, servant avec elle jusqu'à la fin mars 1945, à l'exception de quelques semaines avec la 42e division fin février et quelques jours fin mars avec la 75e division. Il a commencé avec le M10, mais a été complètement rééquipé avec le M36 en janvier 1945.

Activé le 15 décembre 1941 à Camp Barkely, Texas. Le bataillon est arrivé en Algérie le 27 mai 1943. Débarqué à Paestum, Italie, le 9 septembre 1943. A participé à la remontée de la péninsule italienne, puis s'est déplacé vers la tête de pont d'Anzio en février 1944. Retiré pour s'entraîner en juin 1944 pour participer à l'opération Dragoon. Débarqué le 15 août dans le sud de la France. Avancé dans les Vosges près de Grandvillers en octobre. Assaut rejoint la ligne Siegfried en décembre près de Bobenthal, en Allemagne. A combattu l'offensive allemande Nordwind en janvier 1945. Converti en M36 à partir de fin janvier. Attaqué à nouveau la ligne Siegfried au sud de Sarreguemines en mars, traversé le Rhin à Worms le 25 mars. A aidé à réduire la position nazie à Aschaffenburg à la fin du mois et à capturer Nürnberg à la mi-avril. Atteint Munich le 29 avril. Attaché à : 36e, 45e divisions d'infanterie.

Le 648e bataillon TD a servi avec la 70e division du 20 février 1945 jusqu'à la fin mars et en avril 1945 a soutenu la 86e division. Il n'est pas passé de remorqué à automoteur avant la fin de la guerre.

Activé le 6 mars 1943 au Camp Bowie, Texas. Converti en bataillon remorqué en mars 1944. Arrivé au Royaume-Uni le 19 décembre 1944. Engagé au combat près de Lunéville, France, en février 1945. A commencé la conversion en M18 début avril alors qu'il était près de Landstuhl, Allemagne. Fin de la guerre dans les environs d'Ingolstadt. Attaché à : 36e, 70e, 86e divisions d'infanterie.

Le 654th TD Battalion a soutenu la 35th Division pour la plupart des combats en Europe, à l'exception du 22-25 décembre où il a soutenu la 5th Infantry Division. Il était initialement équipé du M10 3in. GMC et par la suite avec le M36.

Activé le 15 décembre 1941 à Fort Benning, Géorgie. Débarqué à Omaha Beach le 11 juillet 1944 avec des M10. Engagé au combat le 12 juillet près de Fallot, en France. Combat à Mortain en août, puis avance à travers la France vers Nancy. Se sont battus le long de la frontière et ont traversé la Sarre début décembre. Déployé dans le secteur des Ardennes le 21 décembre. Retourné vers le sud dans la région de Metz en janvier 1945. Retourné en Belgique en février et converti en M36. Participe à l'offensive sur la Roer, puis sur le Rhin le 24 mars. A avancé à Tangerhutte et y est resté jusqu'à ce qu'il prenne ses fonctions militaires au début du mois de mai. Attaché à : 5e, 30e, 35e, 75e divisions d'infanterie.

Activé le 3 avril 1943 au Camp Bowie, Texas. Arrivé en Angleterre en décembre 1944. Débarqué au Havre, France, le 6 février 1945 équipé de M18. Entré sur la ligne près de Friesenrath, en Allemagne, le 28 février. Poussé vers le Rhin à Remagen et traversé en tête de pont à partir du 7 mars. Converti en M36 à la fin du mois. La 9e division blindée a soutenu le balayage pour aider à encercler la Ruhr début avril, puis s'est précipitée vers l'est jusqu'à la rivière Mulde. Tourna vers le sud et entra en Tchécoslovaquie près de Saint-Sedlo le 6 mai. Attaché à : 9th Armored Division 78th Infantry Division.

Activé le 17 avril 1943 au Camp Bowie, Texas. Arrivé au Havre, France, le 21 janvier 1945 équipé de M18. Engagé au combat à Rocherath-Krinkelt, Belgique, le 16 février 1945. Combat le long de la ligne Siegfried près d'Helenthal, Allemagne, en mars. Traversé le Rhin le 27 mars et avancé à travers l'Allemagne jusqu'à Leipzig le 17 avril, où les hommes ont vu leurs derniers combats. Attaché à : 28e, 69e, 106e divisions d'infanterie.

Activé le 12 juin 1943 à Camp Hood, Texas. Unité expédiée du poste d'embarquement de Seattle le 28 décembre 1944, débarquant à Hawaï le 5 janvier 1945. Expédié aux Philippines en juillet 1945 pour préparer l'invasion du Japon. Renvoyé aux États-Unis via le port de Los Angeles le 16 janvier 1946. L'unité a été désactivée le 17 janvier 1946 au Camp Anza, en Californie.

Activé le 26 juin 1943 à Camp Hood, au Texas, en tant que l'un des nombreux bataillons composés de soldats noirs et principalement d'officiers blancs. Converti en bataillon remorqué le 14 juillet. Débarqué au Havre, France, le 21 janvier 1945, puis réembarqué à Marseille le 1er mars pour transfert en Italie. Entré en ligne dans le secteur du IV Corps le 17 mars. Assaut soutenu sur La Spezia en avril et avancé jusqu'à Gênes début mai. Attaché à : 92e Division d'Infanterie.

Le 691e bataillon TD a été déployé en tant que bataillon de canons AT remorqués. Elle a d'abord soutenu la 35e Division du 5 au 9 septembre 1944, la 80e Division du 16 au 18 septembre et la 26e Division de la mi-octobre au début de décembre 1944. Pendant la bataille des Ardennes, elle a été rattachée à la 6e Division blindée. à la mi-décembre, puis à la 87e division à la fin du mois. Il a servi avec la 76e division de fin janvier à février 1945, la 65e division jusqu'à la plus grande partie du mois de mars et a été partiellement rééquipé dans une compagnie avec le M36 90mm GMC fin mars 1945. Il a ensuite été rattaché à la 76e division à partir de début avril jusqu'à la fin de la guerre. Des éléments du bataillon ont soutenu la 8e division blindée à divers moments de début février à mai 1945.

Activé le 15 décembre 1941 à Fort Bliss, Texas. Entré au combat en septembre 1944 en Lorraine équipé de canons tractés. Transféré dans le secteur des Ardennes en décembre. Il s'est à nouveau déplacé vers le sud et a rejoint les opérations dans la région de la Sarre en février et mars 1945. Converti en M36 à partir de la fin du mois. A avancé à travers l'Allemagne et a atteint Limbach le 24 avril, où l'action a pratiquement cessé. Attaché à : 17th Airborne Division 6th Armored Division 5th, 26th, 35th, 44th, 65th, 76th, 80th, 87th Infantry Division 2d Cavalry Group.

Le 692e bataillon TD est entré en combat avec la 104e division le 29 octobre 1944, au cours de la campagne de la ligne Siegfried en tant qu'unité de canons AT remorqués et
est resté avec la division jusqu'au début de mars 1945. Il a servi pendant la majeure partie du reste de la guerre avec la 42e division et s'est converti en automoteur M36 GMC au début de février 1945.

Activé le 10 avril 1942 à Camp Gordon, Géorgie. Converti en bataillon remorqué en mars 1944. Arrivé à Cherbourg, France, le 23 septembre 1944. Entré en ligne près de Wustwezel, Belgique, vers le 28 octobre. Combat le long de la ligne Siegfried dans les environs de Stolberg à partir de novembre. Positions défensives occupées le long de la rivière Roer pendant la bataille des Ardennes. Converti en M36 en février 1945, il a soutenu le trajet de la Roer au Rhin fin février et début mars et a aidé à capturer Cologne. Après avoir dégagé d'autres fortifications de la ligne Siegfried, il traverse le Rhin à Worms le 31 mars. A couru à travers l'Allemagne en avril et a participé à la capture de Furth. Avancé à Munich avant le 30 avril. Attaché à : 42d, 63d, 104e divisions d'infanterie.

/>

Activé le 15 décembre 1941 à Fort Knox, Kentucky. Attaché à la 1st Armored Division, qui avait fourni la plupart des cadres. Arrivé à Belfast, en Irlande du Nord, le 11 juin 1942. Les compagnies B et C et un peloton de la Recon Company ont participé au débarquement de l'opération Torch le 8 novembre près d'Oran. Avancée vers la Tunisie à partir du 16 novembre. Le reste du bataillon atteint l'Afrique du Nord le 10 décembre. Les actions en Tunisie, généralement rattachées à la 1re division blindée ou à la 1re division d'infanterie, comprenaient El Guettar, le col de Faid, Sidi Bou Zid, Sbeitla, la colline 609 et Mateur. Expédié en Italie en octobre 1943 et entré en ligne dans la région de Pagnataro. Les TD servaient principalement d'artillerie. Pendant une grande partie du début de 1944, le bataillon était rattaché au II ou VI Corps dans le secteur de Cassino. Expédié à la tête de pont d'Anzio en février 1944. Soutenu la 1ère division blindée lors de la percée fin mai, entré à Rome le 4 juin. Poussé au nord jusqu'au fleuve Arno, traversé le fleuve le 1er septembre et atteint la région de Florence. A passé l'entraînement hivernal et les missions d'artillerie de tir. Soutien de la 10e division de montagne dans la vallée du Pô en avril 1945. Entré à Vérone le 26 avril. Attaché à : 1st Armored Division 1st, 3d, 9th, 34th, 45th, 88th, 92d Divisions d'infanterie 10th Mountain Division British 78th Infantry Division Force expéditionnaire brésilienne.

Le 702e bataillon TD a passé la majeure partie de la campagne européenne attaché à la 2e division blindée à l'origine avec le M10 3in. GMC et plus tard avec le M36 90mm GMC.

Le « Seven O Deuce » a été activé le 15 décembre 1941 à Fort Benning, en Géorgie. Équipé de T70 (M18) avant d'être expédié au Royaume-Uni, où le bataillon est arrivé le 25 février 1944 pour ne recevoir que des M10. Débarqué à Omaha Beach le 11 juin. Entrée en ligne à Livry le 2 juillet. A fait partie du fer de lance de la 2e division blindée lors de la percée de Cobra fin juillet. Combat à Mortain, établit le premier contact avec les Canadiens lors de l'encerclement de la poche de Falaise. Entré en Belgique le 5 septembre et traversé la frontière allemande près de Gangelt Combat contre la ligne Siegfried le long de la rivière Wurm en octobre et novembre. Rééquipé de M36 fin novembre. Entraînement pris en charge sur la rivière Roer. Déménagé dans les Ardennes en décembre. Traversée de la Roer le 28 février 1945 et du Rhin le 28 mars. A participé à l'encerclement de la poche de la Ruhr, atteint la rivière Weser le 4 avril. Atteint l'Elbe près de Magdebourg, après quoi il a pris ses fonctions d'occupation. Attaché à : 2e division blindée.

Le 703e bataillon TD a passé la majeure partie de la campagne en Europe avec la 3e division blindée, à l'exception d'un bref intermède pendant la bataille des Ardennes lorsqu'il a été rattaché à la lre division d'infanterie lors des combats le long de la crête d'Elsenborn. Il était à l'origine équipé du M10 3in. GMC et rééquipé du M36 90mm GMC d'ici la fin de la campagne.

Activé le 15 décembre à Camp Polk, en Louisiane. Débarqué en France le 1er juillet 1944. Premier combat près des Hautes Vents le 13 juillet. Participation à l'évasion de Cobra à la fin du mois. Tenu en réserve lors de la bataille de Mortain en août. A traversé la Seine le 26 août, atteint la ligne Siegfried à proximité d'Eschweiler, en Allemagne, le 12 septembre. Premier bataillon converti en M36 à partir du 30 septembre. A combattu le long du mur ouest jusqu'à la mi-décembre, puis transféré dans les Ardennes après le lancement de l'offensive allemande. Se battit pour réduire le Bulge en janvier 1945 et rejoignit Cologne en février et début mars. Traversé le Rhin le 23 mars près d'Honnef et participa à l'enveloppement de la Ruhr. Coupé vers l'est jusqu'à la ligne d'arrêt à Dessau le 14 avril. Attaché à : 82d Airborne Division 3d Armored Division 1st Infantry Division.

Le 704e bataillon TD a été l'un des premiers bataillons de M18 à entrer en service et il est entré en combat avec la 4e division blindée lors de l'opération Cobra en juillet 1944. Il est resté avec la 4e division blindée, à l'exception de quelques brèves pièces jointes à la 87e division au milieu de décembre 1944 et la 94th Division en janvier-mars 1945. Elle reçut une poignée de M36 peu avant la fin de la guerre.

Activé le 15 décembre 1941 à Camp Pine, New York. Arrivé au Royaume-Uni en avril 1944. Premier bataillon de l'ETO à recevoir des M18, ce qui a eu lieu en mai. Débarqué à Utah Beach le 13 juillet. Participé à l'évasion de Cobra à la fin du mois, avancé en Bretagne. A couru vers l'est à travers la France, en passant au nord d'Orléans, et a traversé la Moselle jusqu'à Lunéville début septembre et est resté dans la région jusqu'en octobre. Se sont battus dans la région de Morhange en novembre et ont traversé la Sarre à la fin du mois. Déployé dans les Ardennes le 19 décembre. Se bat autour de Bastogne en janvier 1945, puis recule vers le sud. A avancé en Allemagne près de Sinz en février, combattant à travers la ligne Siegfried et dans le triangle Sarre-Moselle. Prise en charge de la route vers Bitburg en mars et atteinte du Rhin au milieu du mois. Traversée de la rivière le 24 mars à Nierstein. A rugi vers l'est jusqu'à Gotha le 4 avril, a traversé les montagnes du Harz jusqu'à Bayreuth fin avril. Entré en Tchécoslovaquie à Volyne le 6 mai. Attaché à : 101st Airborne Division 4th Armored Division 26th, 87th, 94th Infantry Divisions 6th Cavalry Group.

Le 705th TD Battalion était équipé de M18 76mm GMC et a d'abord soutenu la 95th Division à la mi-octobre 1944. Lors de la bataille des Ardennes, il a soutenu la l0lst Airborne Division lors de la défense de Bastogne, et est devenu célèbre pour ses efforts pour vaincre les attaques du 15e Pz.Gren allemand. Division à Noël. Fin février, il est rattaché à la l lth Armored Division et y reste jusqu'à la fin de la guerre. Il a reçu une poignée de M36 peu avant la fin de la guerre.

Activé le 15 décembre 1941 à Fort Knox, Kentucky. Arrivé à Gourock, en Écosse, le 27 avril 1944. Débarqué à Utah Beach le 18 juillet équipé de M18. A rejoint l'évasion de Cobra et a balayé la Bretagne jusqu'à Brest fin juillet et début août. A aidé à dégager la presqu'île de Crozon jusqu'en septembre. Déménagé à travers la France en octobre jusqu'à la Moselle. Avancé à la frontière allemande à Kitzing à la mi-novembre. Déplacé vers le nord vers la région d'Aix-la-Chapelle début décembre. Déménagé à Bastogne, où les TDs ont participé à la célèbre défense de la 101st Airborne Division. Conduite soutenue jusqu'au Rhin en mars 1945. Traversée du fleuve le 29 mars à Oppenheim. Traversée de l'Allemagne par Bayreuth en avril, arrivée à Neukirchen, en Autriche, le 6 mai. Attaché à : Task Force A 101st Airborne Division 11th Armored Division 29th, 83d, 95th Infantry Divisions.

Le 771e bataillon TD a soutenu la 77e division à la fin de septembre 1944 et a été attaché à la 102e division à partir de début novembre pendant la majeure partie du reste de la guerre, à l'exception de quelques intermèdes avec le llth Cavalry Group. Il était à l'origine équipé du M10 3in. GMC et plus tard avec le M36 90mm GMC.

Activé le 15 décembre 1941 à Fort. Ethan Allen, Vermont. Arrivé à Glamorganshire, Pays de Galles, le 1er janvier 1944 et expédié en France fin septembre équipé de M10. Entré en combat avec la 102e division d'infanterie contre les défenses de la ligne Siegfried le long de la rivière Würm le 3 novembre. Participé à l'entraînement vers la rivière Roer et y occupa des positions défensives en décembre. Converti en M36 en janvier 1945. Conduite soutenue vers le Rhin en février. A traversé le Rhin à partir du 31 mars et a rejoint la 102e division d'infanterie à travers l'Allemagne jusqu'à l'Elbe, atteignant même le 14 avril. Passé le reste de la guerre à aider à éponger les poches de résistance contournées entre le Rhin et l'Elbe. Attaché à : 5th Armored Division 102d Infantry Division 11th Cavalry Group.

Le 772e bataillon TD était un 3in remorqué. AT et déployée en soutien à la 83e division le 22 décembre lors de la bataille des Ardennes, jusqu'à son transfert à la 75e division où elle est restée pendant la majeure partie du reste de la guerre. Il a été rééquipé du M36 à la fin de la campagne.

Activé le 16 décembre 1941. Entré en ligne près de Birgel, en Allemagne, le 22 décembre 1944. Combat en Belgique en janvier 1945, puis s'est déplacé vers le sud jusqu'au secteur de la Septième Armée le long du Rhin en février. Converti en M36 à partir de fin mars. A soutenu des opérations contre la poche de la Ruhr en avril, puis a assumé des fonctions militaires gouvernementales. Attaché aux : 30e, 75e, 83e, 106e divisions d'infanterie.

Le 773rd TD Battalion, équipé de M10 3in. GMC, a soutenu la 79th Division à partir de début septembre 1944 lors des combats à la frontière franco-belge, la 95th Division à partir de fin octobre 1944, et enfin la 90th Division de début novembre jusqu'à la fin de la guerre. Il a conservé le M10 tout au long de la campagne, mais a reçu une poignée de M36 peu avant la fin de la guerre.

Activé le 15 décembre 1941 à partir du 73e bataillon antichar provisoire, qui avait été formé à partir d'unités de la Garde nationale de Louisiane et de Pennsylvanie en juillet. Arrivé à Gourock, en Écosse, le 7 février 1944. Débarqué sur les plages d'Utah et d'Omaha le 8 août équipé de M10. Rattrapé par les fers de lance et a vu la première vraie action à Le Bourg St. Léonard à partir du 17 août lors de l'enveloppement de Falaise Pocket. Avancée vers le secteur de la Moselle via Paris. Combat à Lunéville et à la forêt de Parroy. Prise en charge de Metz en novembre. A rejoint les opérations contre la ligne Siegfried le long de la Sarre en décembre, envoyé dans les Ardennes le 6 janvier 1945. Combat sur la ligne Siegfried en février. Atteint le Rhin à Coblence le 16 mars.Traversée du Rhin 23 24 mars à Oppenheim. A aidé à capturer Darmstadt et Francfort avant de traverser l'Allemagne jusqu'en Tchécoslovaquie à partir du 1er avril. A nettoyé la zone frontalière tchécoslovaque-allemande vers le sud et a mis fin à la guerre près de Petrovice. Attaché à : 6e division blindée 79e, 90e, 95e divisions d'infanterie

Le 774th TD Battalion était une unité de canons AT remorqués et a soutenu la 5th Infantry Division à partir de la mi-septembre 1944 près de Metz, la 95th Division fin octobre, puis est revenu pour soutenir la 5th Infantry Division pendant la majeure partie du mois de novembre. Lors des combats dans les Ardennes, elle soutint la 90th Division du 21 décembre à début janvier puis fut rattachée à la 94th Division de début janvier jusqu'à la fin de la guerre. Il fut rééquipé du M36 90mm GMC fin janvier 1945.

Activé le 15 décembre 1941 au Camp Blanding, en Floride. Converti en bataillon remorqué avant d'arriver à Gourock, en Écosse, le 12 juin 1944. Débarqué à Utah Beach le 7 août. Rejoint les combats autour d'Argentan. A couru vers l'est à travers la France jusqu'en Lorraine dans le cadre d'un écran de cavalerie et de la 7e division blindée. Participe aux combats autour de Metz à partir de septembre. Combat le long de la Sarre en décembre puis rejoint la ruée vers le nord jusqu'aux Ardennes. Converti en M36 fin février 1945. Conduit jusqu'au Rhin en mars. A occupé le Rhin à l'ouest de la poche de la Ruhr en avril, puis a assumé des fonctions militaires du gouvernement. Attaché à : 7th Armored Division 5th, 80th, 90th, 94th, 95th Infantry Divisions 43d Cavalry Group.

776e (M36, a également servi en Tunisie et en Italie avec M10)

Le 776e bataillon TD a servi en Afrique du Nord et en Italie, et a été expédié en France en octobre 1944. Il a soutenu la 44e division de novembre le long de la ligne Maginot jusqu'à la fin de la guerre, à l'exception de quelques pièces jointes à la 63e division fin mars 1945 et la 4e division d'infanterie à la mi-avril. Il était à l'origine équipé du M10 3in. GMC et a été rééquipé du M36 90mm GMC en novembre 1944.

Le 21 décembre 1941, un bataillon antichar provisoire de la 76e brigade d'artillerie de campagne est activé sous le nom de 776e bataillon de chasseurs de chars. A émis des M10 alors qu'il était encore aux États-Unis. Arrivé à Casablanca, Maroc, le 25 janvier 1943. Combat dans la région de Maknassy et Ferryville, Tunisie. Dix-huit hommes enrôlés ont participé à la campagne de Sicile en tant qu'opérateurs radio et police militaire. Débarqué à proximité de Cappaci, Italie, à partir du 19 septembre 1943. Corps principal engagé près de Rotondi le 10 octobre 1943, où il a soutenu la traversée de la rivière Volturno. Soutenu la traversée du fleuve Rapido et combattu près de Cassino et en janvier-mars 1944. A rejoint la percée de la ligne Hitler en mai 1944, est entré à Rome le 4 juin et a rejoint la route vers le fleuve Arno. Transféré dans le sud de la France en septembre-octobre 1944, au cours duquel ont tiré des M36. Mise en ligne près de Lunéville le 30 octobre 1944. Appui soutenu de la 2e Division blindée française jusqu'à Strasbourg en novembre. A combattu l'offensive allemande Nordwind autour de Rimling, en France, en janvier 1945, où le premier Jagdtiger a été détruit sur le front occidental. Attaqué la ligne Siegfried près d'Omersheim, en Allemagne, et traversé le Rhin près de Worms en mars 1945. Aide à la capture de Mannheim, Heidelberg et Ulm, en Allemagne, et traversé le Danube en avril 1945. Fin de la guerre à Ehrwald, en Autriche. Attaché à : 1st Armored Division 4th, 34th, 44th, 63d, 85th, 100th Infantry Divisions.

Le 801st TD Battalion équipé du 3in. canon, a soutenu la 4e division d'infanterie du 13 juin au début novembre, la 99e division jusqu'au début février, la 30e division fin février et la 83e division jusqu'à la mi-avril 1945. Il a été en partie rééquipé du M18 76mm GMC fin mars 1945 alors que dans les montagnes du Harz.

Le 101st New York National Guard Antitank Battalion est fédéralisé le 6 janvier 1941 et rebaptisé 801st Tank Destroyer Battalion le 15 décembre. Arrivé en Angleterre en tant que bataillon remorqué le 11 mars 1944. Débarqué à Utah Beach le 13 juin et a participé à la prise de Cherbourg. Combat à Mortain début août, atteint la périphérie parisienne le 25 août. Entré en Belgique le 8 septembre et en Allemagne le 12 septembre. Opérations soutenues dans la forêt de Hürtgen à partir de fin novembre. En ligne dans les Ardennes lors de l'offensive allemande le 16 décembre. S'installe à Aix-la-Chapelle, en Allemagne, en février 1945. Traverse la Roer le 25 février et atteint le Rhin au sud de Düsseldorf. Traversé le Rhin près de Wessel le 29 mars et soutenu la poussée vers la Ruhr, puis vers l'est jusqu'à l'Elbe. Transféré vers le sud et soutenu les opérations dans les montagnes du Harz fin avril. Converti en M18 fin avril. Traversé le Danube et atteint la rivière Inn à l'extérieur du lieu de naissance d'Hitler à Brunnau, en Autriche, le jour de la victoire. Attaché à : 2d, 13th Armored Divisions 2d, 4th, 9th, 83d, 99th Infantry Divisions.

Le 802e bataillon TD a commencé en tant qu'unité de canons anti-aériens remorqués et s'est déployé avec la 83e division en Normandie au début de juillet 1944, restant en soutien de l'unité jusqu'au début de décembre. Il a soutenu la 4e division d'infanterie sur l'épaule sud du front des Ardennes jusqu'à Noël. Il a été attaché à la 80e division fin janvier et à la 95e division début février, restant avec la 95e pendant la majeure partie du reste des combats. Il fut rééquipé de tbc M36 90mm GMC début mars 1945.

Le 102e bataillon antichar de la Garde nationale de New York a été fédéralisé le 13 janvier 1941 et converti en 802e bataillon de chasseurs de chars le 15 décembre à Camp Shelby, Mississippi. Débarqué en France le 1er juillet 1944 en tant que bataillon remorqué. Entré dans la bataille près de Carentan le 4 juillet. Avancé en Bretagne en août et soutenu l'attaque de Saint-Malo en août. A traversé la France et est entré au Luxembourg le 23 septembre. Opérations soutenues contre la ligne Siegfried jusqu'en novembre. A participé à la bataille des Ardennes au Luxembourg fin décembre. Converti en M36 en février-mars 1945. Traversée du Rhin à Wessel le 2 avril. A rejoint l'élimination de Ruhr Pocket, après quoi a pris des fonctions d'occupation. Attaché à : 4e, 80e, 83e, 95e divisions d'infanterie.

Le 803rd TD Battalion a servi avec la 3rd Armored Division pendant les combats de Normandie en juin et juillet 1944, avant de se déployer pendant quelques semaines avec la 90th Division en difficulté début juillet et la 28th Division fin juillet 1944. Il a soutenu la 4th Infantry Division sur le front des Ardennes méridionales de début novembre jusqu'à Noël, et fut rattaché à la Sth Infantry Division de Noël jusqu'à la fin de la guerre. Il était à l'origine équipé du M10 3in. GMC et plus tard avec le M36 90mm GMC.

Initialement activé en tant que 103e bataillon antichar le 30 septembre 1940 par les troupes de la Garde nationale de Washington, fédéralisé le 10 février 1941, et rebaptisé 803e bataillon de chasseurs de chars le 12 décembre 1941. Parti pour l'Angleterre le 24 juin 1943. Débarqué à Omaha Beach le 13 juin 1944 équipé de M10. A aidé à capturer Saint-Lé en juillet. Traversé le nord de la France en août et traversé la Belgique et la Hollande avant d'atteindre la ligne Siegfried en septembre. Opérations soutenues au nord d'Aix-la-Chapelle en octobre, transférées dans la forêt d'Hertgen. Transféré dans les Ardennes juste avant le début de l'offensive allemande en décembre. Engagé à nouveau contre la ligne Siegfried au début de 1945. Converti en M36 en février. A participé à la capture de Trèves, a traversé le Rhin le 23 mars à Oppenheim. A rejoint l'élimination de la poche de la Ruhr en avril, puis a pivoté et a marché vers le sud-est à travers l'Autriche et la Tchécoslovaquie. Attaché à : 82d Airborne Division 3d Armored Division 2d, 5th, 8th, 29th, 30th Infantry Divisions 1st Belgian Brigade.

804e (M10, a également servi en Tunisie)

Converti en janvier du 104th Infantry Antitank Battalion, 45th Infantry Division, au Camp San Luis Obispo, Californie. Arrivé à Belfast, en Irlande, le 17 août 1942 et à Oran, en Algérie, le 1er février 1943. Formé des troupes françaises sur des M10 en Afrique du Nord, seuls les observateurs du bataillon sont allés au front. Débarqué à Naples, en Italie, le 8 février 1944, et déplacé la ligne Gustav le long de la rivière Garigliano le 9 mars. Entré à Rome le 4 juin. Porté des pâtes à Livourne le 18 juillet. Traversée du fleuve Arno en septembre, puis soutint l'attaque sur la ligne gothique jusqu'en octobre. Entré dans la vallée du Pô en avril 1945, traversé le Pô le 27 avril. La compagnie C fait partie de la colonne qui s'est jointe aux troupes de la septième armée américaine au col du Brenner le 5 mai. Attaché à : 34e, 85e, 88e, 91e divisions d'infanterie.

805e (T, a également servi en Tunisie avec M3)

Le 105th Antitank Battalion rebaptisé 805th Tank Destroyer Battalion le 15 décembre 1941. Arrivé en Angleterre le 18 août 1942. Débarqué à Alger le 17 janvier 1943. Les actions comprenaient le col de Kasserine et Gafsa. Converti en bataillon de canons tractés de 3 pouces en octobre 1943. Débarqué en Italie le 28 octobre 1943 à Bagnoli. Expédié à la tête de pont d'Anzio le 12 mars 1944. A servi en grande partie comme artillerie même après avoir été rééquipé de M18 en juin-août. Les TD faisaient partie de l'avant-garde lors de la capture de Bologne et du col du Brenner. Attaché à : 34e, 85e, 91e divisions d'infanterie.

Formé le 15 mars 1943 au Camp Gordon, GA en tant qu'automoteur lourd. A quitté San Francisco le 12 août 1945 pour atterrir à l'atoll d'Eniwetok le 1er septembre 1945. Débarqué aux Philippines le 8 octobre 1945. Retourné au port de Los Angeles le 11 janvier 1946. Désactivé le 11 janvier 1946 au Camp Anza , CALIFORNIE.

Le 807th TD Battalion était une unité de canons AT remorqués et a d'abord soutenu la 83rd Division fin septembre et début octobre 1944. Il a été rattaché à la 5th Division début décembre et à la 90th Division fin décembre 1944 lors des combats dans les Ardennes. Le bataillon a été déployé avec la l0lst Airborne Division pendant un mois à partir de fin janvier 1945, puis a été déployé dans une succession de courtes affectations avec la 35th Division début mars, les 30th et 75th Divisions fin mars, et la 86th Division de fin avril jusqu'à la fin de la guerre. Il a commencé à recevoir le M18 peu avant la fin de la campagne mais n'a pas été entièrement rééquipé.

Activé le 1er mars 1942 à Camp Cooke, en Californie. Arrive à Liverpool, en Angleterre, le 23 août 1944 et à Utah Beach le 18 septembre. Combattu dans le secteur de Metz de septembre à novembre. Attaqué vers Saarlautern en novembre et décembre. A combattu l'offensive allemande Nordwind en janvier 1945. Déplacé vers le nord pour l'offensive du Rhin en mars. A défendu les ponts du Rhin en avril et converti en M18 à temps pour rejoindre la traversée de la Bavière à la fin du mois. Atteint les environs de Salzbourg, en Autriche, début mai. Attaché à : 101e division aéroportée 5e, 30e, 35e, 75e, 83e, 86e, 90e, 95e, 100e divisions d'infanterie 3e groupe de cavalerie.

Le 808e bataillon TD a servi avec la 80e division de la fin septembre à Noël dans une configuration de canon AT remorqué. Il s'est converti en M36 90mm GMC fin janvier 1945. Il a soutenu la 76e division en mars 1945 et a été rattaché à la 65e division du 5 avril jusqu'à la fin de la guerre.

Activé le 27 mars 1942 au Camp Joseph T. Robinson, Arkansas. Réorganisé en bataillon remorqué en mai 1943. Débarqué à Utah Beach le 19 septembre 1944. Entré en ligne à l'est de la Moselle six jours plus tard, où il est resté jusqu'à son transfert dans les Ardennes le 21 décembre. Flanc protégé du XIIe Corps jusqu'en janvier 1945. Converti en M36 en février. Trajet soutenu jusqu'au Rhin en mars et traversées fluviales au sud de Boppard à la fin du mois. A rejoint la troisième armée à travers Erfurt, Nürnberg et vers le sud en Bavière. Avancé à Linz, Autriche, début mai. Attaché aux : 5e, 65e, 76e, 80e divisions d'infanterie 2e, 6e groupes de cavalerie.

Le 809th TD Battalion était équipé de M18 76mm GMC et a servi du 9 février jusqu'à la fin de la guerre avec la 8th Armored Division, à l'exception de certaines affectations avec la 79th Division fin mars et la 95th Division début avril. Il a reçu un petit nombre de M36 vers la fin de la campagne.

Activé le 18 mars 1942 à Camp Forrest, Tennessee. Arrivé à Liverpool, Angleterre, le 8 décembre 1944 et Le Havre, France, le 20 janvier 1945 équipé de M18. Prise en charge de la traversée de la Roer fin février 1945. Traversée du Rhin le 27 mars. Soutien aux opérations contre la Ruhr Pocket en avril et conversion au M36 le même mois. A aidé à dégager les montagnes du Harz fin avril. Attaché à : 8th Armored Division 79th, 95th Infantry Divisions.

Le 811th TD Battalion était équipé du M18 76mm GMC et déployé pour la première fois avec la 9th Armored Division en novembre 1944. Il a servi avec la division pendant la bataille des Ardennes et a été transféré pour soutenir la 17th Airborne Division pendant les deux dernières semaines de combat. dans les Ardennes en janvier 1945. Il est ensuite rattaché à la 11th Armored Division début février avant d'être rattaché à la 80th Division où il reste la majeure partie du reste de la guerre.

Activé le 10 avril 1942 à Camp Gordon, Géorgie. Arrivé à Cherbourg, France, le 15 septembre 1944 équipé de M18. S'installe au Luxembourg en novembre et participe à la bataille des Ardennes en décembre. Le bataillon était largement dispersé et des pièces étaient attachées à de nombreuses divisions jusqu'en janvier 1945. Opérations soutenues contre la ligne Siegfried en février et début mars. Avancé jusqu'au Rhin fin mars et traversé le fleuve le 30 mars. Soutien de la 80e division d'infanterie dans la capture de Kassel et avance vers Erfurt et Chemnitz en avril. S'est déplacé vers le sud et a traversé le Danube jusqu'à Ratisbonne. Entré en Autriche le 5 mai. Attaché à : 17e, 101e divisions aéroportées 4e, 9e, 11e divisions blindées 28e, 78e, 80e, 87e, 89e divisions d'infanterie 3e groupe de cavalerie.

813th (M36, a également servi en Tunisie et en Sicile avec M3 et M10)

Le 813e bataillon TD a servi en Afrique du Nord et a été déployé pour la première fois avec la 79e division en Normandie le 1er juillet 1944, restant avec la division pendant la majeure partie de la guerre, à l'exception des affectations à la 44e division au cours de la dernière semaine d'octobre 1944, et le l0lst Airborne Division dans les derniers jours de la guerre en mai 1945. Elle était à l'origine équipée du M10 3in. GMC et plus tard avec le M36 90mm GMC.

Activé le 15 décembre 1941 à Fort Bragg, Caroline du Nord. Arrivé en Afrique du Nord le 17 janvier 1943, il soutient les troupes britanniques, françaises et américaines en Tunisie. Rééquipé de M10 après la fin des hostilités. Le bataillon a envoyé six officiers et 400 hommes en Sicile pour gérer les prisonniers de guerre. Deux pelotons ont servi brièvement dans le sud de l'Italie avant que le bataillon ne parte pour le Royaume-Uni en novembre 1943. Débarqué à Utah Beach le 27 juin 1944. Rejoint le Mans puis le nord vers Alençon à Falaise Gap. A été la première unité blindée à traverser la Seine. Entré en Belgique le 2 septembre 1944. S'est déplacé vers le sud et a combattu autour de la forêt de Parroy en octobre. Avance soutenue jusqu'à Strasbourg en novembre, où la compagnie de reconnaissance a en fait précédé la 2e division blindée française à moins d'un mile du Rhin. A combattu l'offensive allemande Nordwind en janvier 1945, partiellement rééquipé de M18 après de lourdes pertes. Transféré en Belgique en février, rééquipé à nouveau de M36. Traversée du Rhin le 24 mars, participation à la réduction de la poche de la Ruhr. Longue marche vers le sud jusqu'à Ulm. A pris des fonctions du gouvernement militaire au début du mois de mai. Attaché à : 44th, 79th, 84th Infantry divisions 106th Cavalry Group.

Le 814e bataillon TD a servi avec la 7e division blindée à partir de la mi-août 1944 et y est resté, à l'exception de quelques brèves affectations à la 75e division au cours de la première semaine de janvier 1945 et à la 99e division au cours de la deuxième semaine de février 1945. Il était à l'origine équipé du M10 3in. GMC et plus tard avec le M36 90mm GMC.

Activé le 1er mai 1942 à Camp Polk, en Louisiane. Arrivé à Greenock, en Écosse, en février 1944. Débarqué à Utah Beach début le 8 août équipé de M10. A couru à travers la France en août et a participé aux combats autour de Metz en septembre. Transféré à Peel Marshes en Hollande fin septembre. A commencé à se rééquiper avec des M36 en octobre, puis a soutenu l'avancée de la neuvième armée vers la rivière Roer en novembre. Transféré avec la 7e division blindée dans les Ardennes le 17 décembre et a participé à la défense de Saint-Vith. Opérations soutenues contre le mur ouest en février 1945. Traversée du Rhin à Remagen le 23 mars. A aidé à réduire la poche de la Ruhr en avril. Conduit vers l'est jusqu'à l'Elbe et traversé, atteignant la côte baltique le 3 mai. Attaché : 7th Armored Division 113th Cavalry Group.

Le 817th TD Battalion était équipé du M18 76mm GMC et déployé pour la première fois avec la 78th Division début décembre 1944 le long de la ligne Siegfried. Il a soutenu la 8e division d'infanterie pendant la majeure partie de décembre 1944 à début février, puis la 99e division fin février et la 104e division en avril et mai 1945.

Activé le 1er juin 1942 au Camp Chaffee, Arkansas. Converti en bataillon remorqué en juin 1943. Arrivé à Greenock, en Écosse, le 31 juillet 1944 et débarqué à Utah Beach le 25 août. A pris des fonctions de sécurité de zone arrière en France et en Belgique. Entré dans la bataille dans la forêt de Hürtgen avec la 8e division d'infanterie le 9 décembre. Transféré dans les Ardennes en février 1945, puis de retour dans le secteur de la Roer River pour tirer comme artillerie. Participé à l'avance au Rhin avec la cavalerie. Traversée de la rivière à Remagen le 15 mars, seul bataillon TD remorqué à entrer dans la tête de pont. Début de la conversion en M18 le 26 mars. A rejoint la 104e division d'infanterie dans la poche de la Ruhr en avril. Deux compagnies ont rejoint la marche vers l'est depuis Marburg à la mi-avril, combattant dans les montagnes du Harz. A aidé à capturer Halle et a avancé jusqu'à la rivière Mulde, où les opérations offensives ont cessé. Attaché aux : 8e, 9e, 78e, 99e, 104e divisions d'infanterie 4e, 14e groupes de cavalerie

Le 818th TD Battalion s'est déployé avec la 5th Infantry Division le 13 juillet et est resté avec la division jusqu'à la fin décembre, date à laquelle il a été rattaché à la 26th Division pour la durée de la guerre. Il était à l'origine équipé du M10 3in. GMC et plus tard avec le M36 90mm GMC.

Activé le 15 décembre 1941 à Fort Sill, Oklahoma. Arrivé en Irlande du Nord le 1er novembre 1943. Débarqué en France à J+36 avec des canons tractés. Avancé à travers la France en août et septembre jusqu'à la région de Metz. Opérations soutenues le long de la Sarre jusqu'en décembre, puis transfert dans le secteur des Ardennes. A participé à une course à travers l'Allemagne à partir de mars 1945. Converti en M36 avant la mi-avril. Fin de la guerre à Kienberg, en Tchécoslovaquie. Attaché à : 5e, 26e divisions d'infanterie.

Activé le 1er juin 1942 au Camp Chaffee, AR en tant qu'unité lourde automotrice. Expédié du port d'embarquement de San Francisco le 15 mars 1944 et débarqué à Hawaï le 21 mars 1944. Débarqué à Palau le 1er février 1945.

Le 820th TD Battalion était un 3in remorqué. AT et déployé avec la malheureuse 106e division qui a été envahie lors de la phase d'ouverture de la bataille des Ardennes près de Saint-Vith. Les éléments survivants du bataillon se sont retirés avec la 7e division blindée et ont servi dans les combats ultérieurs contre le 2e corps SS-Panzer. Il fut rééquipé de chasseurs de chars M18 en mars 1945.Le bataillon est rattaché à la 97e division fin avril et y reste jusqu'à la fin de la guerre quelques semaines plus tard.

Activé le 25 juin 1942 à Camp Swift, Texas. Arrivé à Liverpool, en Angleterre, le 15 octobre 1944 et à Omaha Beach avec des canons remorqués deux jours plus tard. Déménagé dans le secteur des Ardennes début décembre, où le bataillon est déployé avec la 106th Infantry Division sur la trajectoire de l'offensive allemande. Converti en M18 au début de 1945. Opérations soutenues dans la poche de la Ruhr en avril 1945. A traversé l'Allemagne jusqu'à la région de Mesto Touskov en Tchécoslovaquie début mai. Attaché à : 13th Armored Division 97th, 106th Infantry Divisions.

Le 821e bataillon TD s'est déployé en Normandie en tant qu'unité de canons AT remorqués et a soutenu la 35e division lors des combats de juillet. Le bataillon est réorganisé en bataillon automoteur fin décembre 1944 avec le M10.

Activé le 25 juillet 1942 à Camp Carson, Colorado. Arrivé en Angleterre le 17 avril 1944. Débarqué à Omaha Beach le 26 juin avec des canons de 3 pouces remorqués. Prise en charge de la capture de St. L et de l'évasion ultérieure. Entré en Bretagne en août, pris en charge la capture de Brest le 18 septembre. Déménagé vers l'est fin septembre en Hollande. A mené des opérations contre la ligne Siegfried en octobre près d'Aix-la-Chapelle, en Allemagne. Transféré à Ubach, en Allemagne, en novembre et soutenu en direction de la rivière Roer. Converti en M10 à partir de décembre. Traversé la Roer à partir du 23 février 1945. Retiré de la ligne courant mars. La compagnie B a soutenu les opérations contre Ruhr Pocket en avril. Le bataillon a ensuite marché vers l'est jusqu'à l'Elbe. A pris ses fonctions d'occupation le 27 avril. Attaché à : 29e, 35e divisions d'infanterie.

Le 822e bataillon TD était équipé de canons AT remorqués et déployé pour la première fois avec la 63e division le 6 février 1945, le long de la rivière Sarre. Il servit dans la division jusqu'à la fin de la guerre. Il fut rééquipé du M18 76mm GMC à la mi-avril 1945.

Activé le 25 juillet 1942 à Camp Carson, Colorado. Arrivé au Havre, France, le 23 janvier 1945 avec des canons tractés. Entré en ligne avec la 63e division d'infanterie près de Sarreguemines le 7 février. Traversé le Rhin le 27 mars et atteint Heidelberg le 1er avril. Réorganisé en bataillon automoteur à la mi-avril, bien que le bataillon possédait quelques M18 à la fin mars. A avancé à travers l'Allemagne, a atteint Munsterhausen le 27 avril et a pris des fonctions d'occupation. Attaché à : 36e, 63e divisions d'infanterie.

Le 823rd TD Battalion était équipé de 3in. canons antichars et déployés pour la première fois en soutien de la 30e Division fin juin, combattant en soutien de la division dans les batailles critiques dont la défense de Mortain en juillet 1944. Le bataillon fut réorganisé avec le M10 3in. GMC à la mi-décembre 1944.

Activé le 25 juillet 1942 à Camp Carson, Colorado. Arrivé en Angleterre en avril 1944. Débarqué à Omaha Beach le 24 juin avec des canons de 3 pouces remorqués. Drive pris en charge sur St. L . Combat à Mortain en août. Passé par la Belgique et la Hollande, et est entré en Allemagne le 17 septembre. Se sont battus le long de la ligne Siegfried en octobre, y compris l'encerclement d'Aix-la-Chapelle. Converti en M10 à partir de novembre. Passé dans les Ardennes fin décembre et combattu pour éliminer les Ardennes en janvier 1945. Traversé la Roer le 24 février et le Rhin le 24 mars. A couru vers l'est jusqu'à l'Elbe à Magdebourg en avril. A commencé ses fonctions d'occupation militaire le 21 avril. Attaché à : 29e, 30e divisions d'infanterie.

Le 824th TD Battalion s'est déployé avec la 100th Division en tant qu'unité remorquée le 26 novembre lors des combats dans les Vosges et est resté avec elle jusqu'à fin avril. Il fut rééquipé du M18 76mm GMC à la mi-mars 1944. Il fut rattaché à la 103rd Division le 24 avril, restant avec elle pendant les deux dernières semaines de la guerre.

Activé le 10 août 1942 au Camp Gruber, Oklahoma. Réorganisé en bataillon remorqué en mai 1943. Arrivé à Marseille, France, le 29 octobre 1944. Déployé près de Sarrebourg le 27 novembre. Se sont battus autour de Bitche et contre la ligne Siegfried en décembre. A combattu l'offensive allemande Nordwind en janvier 1945. Converti en M18 en mars et traversé le Rhin le dernier jour du mois. A rejoint le combat acharné à Heilbronn le 8 avril, puis a avancé jusqu'à la frontière autrichienne à la fin du mois. A nettoyé les montagnes bavaroises et pris Innsbruck début mai. Attaché à : 45e, 100e, 103e divisions d'infanterie 106e groupe de cavalerie.

Activé le 10 août 1942 au Camp Gruber, Oklahoma. Réorganisé en bataillon remorqué en juillet 1943. Affecté à la zone de communication et aux fonctions de sécurité du 12e groupe d'armées entre août et décembre 1944. Le 17 décembre, le bataillon entra en combat près de Malmedy, en Belgique. Retourné aux fonctions de sécurité le 16 janvier 1945. Attaché à : 30th Infantry Division.

Le 827th TD Battalion (Colored) est passé de canons AT remorqués à des M18 76mm GMC en juillet 1944 avant d'être déployé en France en novembre 1944. L'unité était mal entraînée et, après de piètres performances lors des combats à Hatten-Rittershoffen en Alsace, elle était retiré à la mi-février 1945.

Activé le 20 avril 1942 à Camp Forrest, Tennessee. L'un de plusieurs bataillons avec du personnel enrôlé noir et des officiers en grande partie blancs. Réorganisé en bataillon tracté en juin 1943. Arrivé dans le secteur de la 7e armée à l'est des Vosges au plus fort de l'offensive allemande Nordwind en janvier 1945, équipé de M18. Se sont battus pour éliminer la poche de Colmar fin janvier et début février. Transféré à la zone de communication pour des tâches de sécurité en mars et a par la suite entrepris d'autres fonctions dans la zone arrière. Attaché à : 12th Armored Division 79th Infantry Division.

Le 893rd TD Battalion, équipé du M10 3in. GMC, a servi avec la 4th Infantry Division à partir du 23 août 1944. Fin octobre, il a soutenu la 28th Division pendant la phase d'ouverture des combats de la forêt de Hürtgen, et a été rattaché à la 78th Division du 11 décembre 1944, jusqu'au fin de la guerre. Il a conservé le chasseur de chars M10 jusqu'à la fin de la guerre.

Le bataillon antichar de la 93e division d'infanterie est redésigné le 15 décembre 1941 à Fort Benning, en Géorgie. Arrivé à Liverpool, Angleterre, le 20 janvier 1944. Débarqué à la tête de pont d'Omaha le 1er juillet équipé de M10. Engagé au combat dans les environs de Saint-Jean de Daye. Avancée à Paris le 25 août et de là à la ligne Siegfried dans la Schnee Eifel. A combattu dans la forêt de Hürtgen en novembre, soutenant l'assaut désastreux de la 28th Infantry Division sur Schmidt, et y est resté lorsque la division a été remplacée. A tenu des positions défensives en janvier 1945. A soutenu la capture des barrages de la Roer par la 78e division d'infanterie en février 1945, puis a participé à une offensive à travers la Roer en direction du Rhin. Traversé le Rhin à Remagen le 7 mars et soutenu l'attaque vers le nord jusqu'à la rivière Sieg et les opérations ultérieures contre la poche de la Ruhr en avril. Attaché aux : 2e, 4e, 8e, 28e, 78e, 80e, 90e divisions d'infanterie 14e, 102e groupes de cavalerie.

894e (M10, a également servi en Tunisie)

Le 94th Antitank Battalion a été rebaptisé 894th Tank Destroyer Battalion le 15 décembre 1941. Engagé au combat le 20 février 1943 au col de Kasserine en Tunisie. Prise en charge prise en charge de Bizerte. Débarqué en Italie fin octobre 1943, situé à proximité de Pignataro dans le secteur de Migniano dès décembre. Transféré à la tête de pont d'Anzio le 25 janvier 1944, où le bataillon soutenait principalement les troupes britanniques. Entré à Rome en juin. Traversée du fleuve Arno à Pise en septembre. Englué à Porretta Terme fin 1944-début 1945. Entré à Gênes le 27 avril. Attaché à : 1ère Division Blindée 34ème, 45ème, 85ème et 92ème Divisions d'Infanterie 10ème Division de Montagne 1ère et 5ème Divisions d'Infanterie britannique Corps expéditionnaire français Corps expéditionnaire brésilien.

899e (M36, a également servi en Tunisie avec M10)

Le 899th TD Battalion a été déployé pour la première fois avec la 9th Infantry Division le 19 juin 1944, en Normandie et a soutenu la division jusqu'à la fin juillet. Il était à l'origine équipé du M10 3in. GMC et plus tard avec le M36 90mm GMC.

Le 99th Antitank Battalion a été rebaptisé 899th Tank Destroyer Battalion le 15 décembre 1941. Arrivé à Casablanca le 26 janvier 1943, où ont été publiés de nouveaux M10. Déployé dans le secteur Gafsa-El Guettar, Tunisie, le 16 mars 1943. Premier contact américain établi avec la 8e armée britannique le 7 avril 1943. Arrivé dans la région de Naples, Italie, le 10 novembre 1943. Passé presque immédiatement au Royaume-Uni. Le personnel de liaison accompagnait le deuxième planeur de la 82e Division aéroportée lors de l'invasion de la Normandie. Le bataillon proprement dit a débarqué à Utah Beach le jour J. A aidé à capturer Cherbourg fin juin. Prise en charge de l'évasion de Cobra fin juillet, avance à travers la Mayenne. Entré en Belgique le 2 septembre, il a soutenu les opérations de la 9e division d'infanterie dans les environs de Monschau et Hofen, en Allemagne. Se sont battus dans la région forestière de Rütgen/Hürtgen en octobre. Des éléments déployés dans les premiers jours de la bataille des Ardennes pour arrêter l'avance allemande, d'autres sont restés dans la zone du VII Corps. Attaque soutenue pour capturer les barrages de la rivière Roer en février 1945. Largement converti en M36 le même mois. Traversée de la Roer le 28 février. Avancée jusqu'au Rhin près de Bad Godesberg, et les premiers éléments traversèrent la tête de pont de Remagen le 8 mars. A rejoint l'attaque sur la poche de la Ruhr en avril, puis s'est déplacé vers l'est dans les montagnes du Harz. Déplacé à Mulde River pour la liaison avec les forces soviétiques, réalisé le 27 avril. A commencé son service d'occupation à Bernburg le 3 mai 1945. Attaché à : 82d Airborne Division 1st Armored Division 1st, 4th, 9th Infantry Divisions.

6 bataillons sont restés aux États-Unis :

606e - 611e - 627e - 652e - 670e - 816e

Comme l'emploi en masse de bataillons de chars séparés, le déploiement en masse des chasseurs de chars pour vaincre les attaques blindées ennemies n'a jamais été pratiqué. Dans la campagne des Ardennes, la troisième armée a employé un bataillon de TD comme une augmentation de la force de police militaire de l'armée. À la fin de la guerre, il était clair que l'expérience des chasseurs de chars n'avait aucun avenir dans l'armée, le 10 novembre 1945, le Tank Destroyer Center de Fort Hood au Texas a été officiellement interrompu, mettant fin à l'existence de la force des chasseurs de chars.


Histoire alternative des véhicules de combat blindés, partie 3


Oui, je n'ai jamais vraiment compris pourquoi les chars français étaient tous si étroits.

Pas James Stockdale

Cortz#9

Char moyen M5 "Cougar"

En 1942, les États-Unis ont reçu un char moyen T-34 pour évaluation, les inspecteurs de l'armée américaine n'ont pas été trop impressionnés par la disposition générale du T-34 mais ils ont aimé la conception globale et le blindage incliné de la conception.
Les États-Unis ont commandé un nouveau char moyen incorporant certaines des caractéristiques du T-34, le nouveau char devait avoir un blindage incliné de 25 à 80 mm et monter le canon M7 de 76 mm. Le nouveau char était prêt pour les essais à la fin de 1942 et fonctionnait assez bien, même s'il y avait quelques problèmes de démarrage à surmonter. L'armée a approuvé le nouveau design, il avait un blindage plus épais et un canon plus gros que le M4 et l'armée a ordonné que le nouveau char soit produit en série et que le M4 soit poursuivi en production pour servir dans les armées des alliés américains.

Le nouveau char moyen a été surnommé le M5 Cougar.

À l'été 1943, le M5 était presque prêt à entrer en service lorsque les renseignements de l'armée reçurent des photos du nouveau char moyen allemand, le Pz.Kpfw. V Panthère. Dire que les agents du renseignement ont été choqués serait un euphémisme.

M5 fabriqué avec une suspension M18, une coque M36, une tourelle et un pont moteur d'un M41 et un canon d'un M6.
Aucune pièce allemande n'a été utilisée, à l'exception des tuyaux d'échappement d'un Jagdpanther, je pense, qui pourraient provenir d'un Tiger-II dont je ne me souviens pas.

Cortz#9

M5A2 Cougar avec 17pdr

NoirDragon98

Cortz#9

Claymore

Béret La Rouge

Tête de boue

Cortz#9

Remitonov

Cortz#9

Cortz#9

Sturmwagons und Panzerjagern: Les AFV de Weimar Germany Pt. 4

Alors que le Pz-I conçu par Daimler-Benz et Rheinmetal traversait une phase de développement difficile, un autre design de panzer léger de BMW et Krupp avait été soumis au comité Panzer de la Reichswehr, ce nouveau design avait été influencé par le FT-17 français et était armé du canon automatique Becker 20 mm.

Il y avait ceux qui ont proposé que la conception DB soit annulée et que la conception BMW-Krupp soit approuvée pour la production, mais il y avait aussi ceux qui ont souligné que la conception Krupp-BMW était très lente et avait quelques difficultés sur un terrain très accidenté tandis que DB & Rheinmetal la conception était beaucoup plus rapide et agile, c'est à ce moment-là qu'elle fonctionnait.
La faction pro D-B & R. pensait que la conception précédente du Pz-I était plus prometteuse, mais la faction pro BMW-Krupp a estimé que la conception ultérieure était plus puissante et fiable.

En fin de compte, le comité a décidé d'accepter le design BMW-Krupp comme Pz-I et une fois que le design DB & Rheinmetal aurait corrigé ses bugs, il serait désigné Pz-II et servirait dans le rôle de reconnaissance, c'est-à-dire si suffisant des fonds pourraient être trouvés.

Heureusement pour l'Allemagne, la Pologne et la Suède ont manifesté leur intérêt pour les nouveaux modèles allemands et ont proposé d'investir dans leur développement pour obtenir des droits de fabrication sous licence.
La Suède à la fin de la Grande Guerre avait secrètement acheté des pièces pour dix chars légers LK II pour 20 000 couronnes, l'Allemagne avait envoyé des pièces pour neuf des AFV promis mais avait gardé suffisamment de pièces pour un char complet. L'Allemagne a promis de récompenser les Suédois plus tard.

Pendant ce temps, la société de fabrication Henschel & Son a reçu les pièces LK-II et a reçu l'ordre de développer davantage la conception si possible.
Henschel désespéré pour un contrat avec le gouvernement a immédiatement essayé d'améliorer la conception et la première chose qu'ils ont faite a été de donner au char un nouveau moteur, un moteur Daimler-Benz 6 cylindres pour remplacer le moteur D-B 4 cylindres d'origine. Henschel a également déplacé le moteur vers l'arrière et déplacé la position du conducteur vers la partie avant gauche du char et une position des artilleurs pour un canon TAK 1918 de 3,7 cm vers la droite.

Remitonov

Cortz#9

De longue datelurkerinMD

M5A2 Cougar avec 17pdr

J'aime entendre le Claymore/Cortz#9/et al. opinion sur ce qui suit et ces deux dernières conceptions ont stimulé la question.

Les chasseurs de chars américains historiques IRL avaient tous les ingrédients M10/M36 - un blindage incliné, un excellent moteur M18 qui le rendait super rapide, alors qu'en est-il du " mauvais transporteur " accident de ces composants ET d'un canon de 90 mm à double menace qui fait deux tâches à la fois, comme le StugIII G/H l'a fait pour les Allemands, seulement en tourelle.

Il ne s'agit pas de ce qui s'est réellement passé et pourquoi, ou de la pensée erronée à l'époque par des personnalités clés, mais cela fonctionnerait-il bien. Je prends en compte le commentaire d'AJE sur les munitions HE/AP que j'ai faites plus tôt en particulier. Je reviens à un concept auquel j'ai pensé à haute voix il y a quelque temps et qui a produit un véhicule qui ressemblait beaucoup à un JagdPanther par le travail de Claymore, je pense.

Mon véhicule concept ferait tout cela correctement et sortirait de "rôles distincts" légèrement modifiés en pensant à l'époque à ce que les chars et les chasseurs de chars sont censés faire, et les circonscriptions de l'armée américaine avaient commencé la guerre.
1. L'armure inclinée est épaissie à partir de l'armure OTL TD, de sorte qu'elle offre une protection au moins équivalente ou légèrement meilleure que M4A1/M4A3, peut cependant commencer à ciel ouvert.
2. Quelque chose comme le moteur M18 Hellcat s'habitue - cela ne signifie pas que le nouveau véhicule roule à 55 mph comme le M18, mais il est plus rapide que le M4A1/M4A3, non ? Peut-être la vitesse de Cromwell.
3. 90 mm devient le nouveau support de char 105 mm et l'arme anti-blindage proactive "est aussi bonne ou meilleure que le 88, sur une réaction excessive du site à partir de l'orbite". le tour est, mais les deux tours tirent du même pistolet. Gun ne va pas trop loin et essaie d'être un L/71 qui n'est pas encore là de toute façon, reste heureux d'être comme une version L/56 Tiger I du 88mm. L'idée serait de garder les munitions compatibles avec le canon AA de 90 mm (pas sûr que le canon OTL AA et le M36 puissent tirer les mêmes obus).

Le concept/le développement/le terrain découlerait d'une réponse ATL à ce que les Américains rencontrent (ou ont vu ci-dessus) sur le champ de bataille - une réflexion meilleure, plus rapide et plus proactive que l'OTL - probablement motivée par des personnes clés, peut-être certaines ou toutes différentes en raison de divers POD d'OTL.

Un grand ATL incorporerait trois copains qui sont allés à West Point ensemble - un est allé à l'artillerie, un à l'armure et un à l'infanterie, et ils avaient un copain moins proche qui s'est retrouvé dans l'anti-aérien lourd, qui avait un ami dans l'artillerie. Mon impression est que beaucoup de décisions dépendaient des relations et de qui aimait, faisait confiance et écoutait qui.
Peut-être que l'un des gars ci-dessus est en France en tant qu'observateur avec les Britanniques à Arras et voit Matilda se faire sortir pour lancer le bal, avant Pearl Harbor.

1. Les M4 continuent d'être fabriqués, mais ce nouveau véhicule commence à être produit pour que les divisions d'infanterie effectuent des travaux de soutien antichar et rapproché HE et remplace progressivement le matériel antichar et canon remorqué au niveau du bataillon et du régiment - en remplacement des 105 et 57 - 76 n'entre jamais en scène. Commence la vie en tant qu'unité expérimentale. Il pourrait éventuellement y avoir deux bataillons de ceux-ci dans chaque division d'infanterie - 4 batteries chacune, mais pour commencer, un bataillon par division d'infanterie 3 compagnies chacune.

2. Les Américains copient l'attelage du système d'attelage de 88 mm pour le 90 mm dans leurs unités AA lourdes, ces unités deviennent très tôt à triple rôle. comme les M16 l'ont fait plus tard pour le soutien de l'infanterie lorsqu'il n'y avait plus de Luftwaffe.

3. Finalement, les Américains se rendent compte qu'ils fabriquent peut-être ce nouveau véhicule et ont un MBT moderne au début. La rationalisation finit également par se produire et le 90 mm devient le nouveau 105, et les Américains ont leur propre version du 25pdr et Sexton, copiant fortement et construisant sous licence le premier.

Pas James Stockdale

Claymore

J'aime entendre le Claymore/Cortz#9/et al. opinion sur ce qui suit et ces deux dernières conceptions ont stimulé la question.

Les chasseurs de chars américains historiques IRL avaient tous les ingrédients M10/M36 - un blindage incliné, un excellent moteur M18 qui le rendait super rapide, alors qu'en est-il du " mauvais transporteur " accident de ces composants ET d'un canon de 90 mm à double menace qui fait deux tâches à la fois, comme le StugIII G/H l'a fait pour les Allemands, seulement en tourelle.

Il ne s'agit pas de ce qui s'est réellement passé et pourquoi, ou de la pensée erronée à l'époque par des personnalités clés, mais cela fonctionnerait-il bien. Je prends en compte le commentaire d'AJE sur les munitions HE/AP que j'ai faites plus tôt en particulier. Je reviens à un concept auquel j'ai pensé à haute voix il y a quelque temps et qui a produit un véhicule qui ressemblait beaucoup à un JagdPanther par le travail de Claymore, je pense.

Mon véhicule concept ferait tout cela correctement et sortirait de "rôles distincts" légèrement modifiés en pensant à l'époque à ce que les chars et les chasseurs de chars sont censés faire, et les circonscriptions de l'armée américaine avaient commencé la guerre.
1. L'armure inclinée est épaissie à partir de l'armure OTL TD, de sorte qu'elle offre une protection au moins équivalente ou légèrement meilleure que M4A1/M4A3, peut cependant commencer à ciel ouvert.
2. Quelque chose comme le moteur M18 Hellcat s'habitue - cela ne signifie pas que le nouveau véhicule roule à 55 mph comme le M18, mais il est plus rapide que le M4A1/M4A3, non ? Peut-être la vitesse de Cromwell.
3.Le 90 mm devient le nouveau support de char 105 mm et les armes anti-blindage proactives "sont aussi bonnes ou meilleures que le 88, sur une réaction excessive du site à partir de l'orbite". , mais les deux cartouches tirent du même canon. Gun ne va pas trop loin et essaie d'être un L/71 qui n'est pas encore là de toute façon, reste heureux d'être comme une version L/56 Tiger I du 88mm. L'idée serait de garder les munitions compatibles avec le canon AA de 90 mm (pas sûr que le canon OTL AA et le M36 puissent tirer les mêmes obus).

Le concept/le développement/le terrain découlerait d'une réponse ATL à ce que les Américains rencontrent (ou ont vu ci-dessus) sur le champ de bataille - une réflexion meilleure, plus rapide et plus proactive que l'OTL - probablement motivée par des personnes clés, peut-être certaines ou toutes différentes en raison de divers POD d'OTL.

Un grand ATL incorporerait trois copains qui sont allés à West Point ensemble - un est allé à l'artillerie, un à l'armure et un à l'infanterie, et ils avaient un copain moins proche qui s'est retrouvé dans l'anti-aérien lourd, qui avait un ami dans l'artillerie. Mon impression est que beaucoup de décisions dépendaient des relations et de qui aimait, faisait confiance et écoutait qui.
Peut-être que l'un des gars ci-dessus est en France en tant qu'observateur avec les Britanniques à Arras et voit Matilda se faire sortir pour lancer le bal, avant Pearl Harbor.

1. Les M4 continuent d'être fabriqués, mais ce nouveau véhicule commence à être produit pour que les divisions d'infanterie effectuent des travaux de soutien antichar et rapproché HE et remplace progressivement le matériel antichar et canon remorqué au niveau du bataillon et du régiment - en remplacement des 105 et 57 - 76 n'entre jamais en scène. Commence la vie en tant qu'unité expérimentale. Il pourrait éventuellement y avoir deux bataillons de ceux-ci dans chaque division d'infanterie - 4 batteries chacune, mais pour commencer, un bataillon par division d'infanterie 3 compagnies chacune.

2. Les Américains copient l'attelage du système d'attelage de 88 mm pour le 90 mm dans leurs unités AA lourdes, ces unités deviennent très tôt à triple rôle. comme les M16 l'ont fait plus tard pour le soutien de l'infanterie lorsqu'il n'y avait plus de Luftwaffe.

3. Finalement, les Américains se rendent compte qu'ils fabriquent peut-être ce nouveau véhicule et ont un MBT moderne au début. La rationalisation finit également par se produire et le 90 mm devient le nouveau 105, et les Américains ont leur propre version du 25pdr et Sexton, copiant fortement et construisant sous licence le premier.

Votre concept se résume à l'introduction du "réservoir universel" plus tôt que l'OTL. Un véhicule armé de 90 mm capable de soutenir l'AT et l'infanterie est admirable, cependant, votre suggestion qu'il serait limité initialement aux divisions d'infanterie (remplacent essentiellement les canons AT) suggère un manque de compréhension/d'initiative doctrinale qui semble improbable même de la part de l'US Army Armor et commandes TD de l'époque.

@Pas les commentaires de James Stockdale ci-dessus sont tous entièrement valables et excluraient le moteur Hellcat et la tourelle ouverte (en supposant que ce véhicule soit destiné à être un MBT universel. Donc, je pense que vous devrez peut-être envisager une tourelle plus grande (mieux rangement de munitions avec toit) ou une coque plus grande et une tourelle légèrement plus grande. Les deux options vont malheureusement augmenter le poids total.


Le viseur périscope M4

Le Periscope M4 avait un télescope M38 avec un réticule balistique à l'intérieur, mais aucun grossissement. Le M4 n'était pas très apprécié et le support dans lequel il s'insère était en tôle et était un peu fragile. La liaison qui l'attaquait au pistolet n'était pas très robuste et pouvait être désalignée de manière ennuyeuse et facile. Sur les premiers Sherman, c'était un gros problème, car ils n'avaient pas encore de télescope direct. Vous ne pouviez pas vraiment profiter de la gamme de canons M3 de 75 mm avec cette configuration de visée non plus, car elle n'avait pas de grossissement. Les meilleurs périscopes ultérieurs comme les séries M4, M4A1 et M8 conviendraient tous à l'ancienne monture.


L'ETO allemand a détruit l'armure 1944-1945

Publier par Miles Krogfus » 29 oct. 2016, 20:26

En utilisant les données OKH/Gen Std Heer, voici les chiffres mensuels détruits de juin 1944 à avril 1945 pour les Panzers et les canons d'assaut (selon les "pertes irrécupérables" de Krivosheev):
130 juin, 161 juillet, 649 août (et 588 abandonnés), 598 septembre, 32 octobre, 152 novembre, 338 décembre, 150 janvier 1945, 135 février, 141 mars, 72 avril pour un total de 1893 Panzers, 665 canons d'assaut et 588 abandonné Pz/AG.

Le SHAEF ainsi que les 12e et 21e groupes d'armées ont détruit les chiffres totaux de juin 1944 à avril 1945 : 6443 chars de combat principaux et chasseurs de chars, 298 chars légers américains et 317 21e groupe d'armées.

Re: Armure allemande ETO détruite 1944-1945

Publier par Richard Anderson » 29 oct. 2016, 21:00

Les pertes de l'armée américaine dans l'ETOUSA (12e et 6e groupe d'armées) étaient de 4 389 chars moyens de 75 mm et 76 mm M4, 1 char lourd M26 (T26E3), 178 chars moyens de 105 mm M4, 1 507 chars légers (toutes les séries M3, M5 et M24). Les pertes des chasseurs de chars étaient de 540 M10 3" GMC, 217 M18 76 mm GMC et 152 M36 90 mm GMC. Au total, 6 075 chars et 909 GMC.

Les pertes du Commonwealth en NWE étaient de 2 712 Sherman, 609 Cromwell, 39 Challenger, 26 Comet, 656 Churchill, 433 Stuart et 2 Chaffee. Au total 4 477 chars.

A noter cependant quelques problèmes. Les GMC américains n'étaient pas utilisés doctrinalement comme Jagdpanzer ou Sturmgeschutz. Pour être une comparaison précise, toutes les pertes allemandes de véhicules de type Marder devraient également être incluses. Pour les Britanniques, les chasseurs de chars étaient un atout de la Royal Artillery, donc les pertes de 3" et 17-pdr M10 et Archer ne sont pas incluses. Cependant, Challenger est, qui ressemblait plus à un GMC/Tank Destroyer/Marder qu'à un char, mais sur le plan de la doctrine, les Britanniques les utilisaient dans des régiments de chars. N'oubliez pas qu'ils étaient si mauvais mécaniquement que je soupçonne que la plupart de ces pertes étaient dues à des pannes. En plus de cela, il n'est pas clair si le total américain comprend les chars perdus par les unités françaises du 6e groupe d'armées - Je soupçonne qu'ils ne le font pas.

Nous pourrions également entrer dans le débat sur le moment où un "char abandonné" est une perte de bataille, ce qui est extrêmement problématique. Par exemple, l'armée américaine a signalé au moins trois chars moyens M4 perdus parce qu'ils étaient abandonnés et « irrécupérables ». jusqu'à ce que le sol soit repris quelques jours plus tard et ils ont été, bien sûr, récupérés. Il est impossible d'en être sûr maintenant, mais il est possible qu'ils n'aient jamais été comptabilisés comme « non perdus » dans les totaux cumulatifs ci-dessus.

Quoi qu'il en soit, je soupçonne que le chiffre comparable est de l'ordre de 10 500 chars alliés perdus contre environ 3 200 chars allemands et des véhicules blindés de doctrine similaire. Y compris tous les AFV "de type char" tels que GMC et Marders, il s'agit probablement d'environ 12 500 contre 4 000 environ. quelque part autour d'un ratio de 3:1 à 4:1. Ce qui est un rapport assez insignifiant.

Re: Blindage détruit par l'ETO allemand 1944-1945

Publier par Miles Krogfus » 29 oct. 2016, 21:27

Re: Blindage détruit par l'ETO allemand 1944-1945

Publier par Stiltzkin » 30 oct. 2016, 00:01

Re: Blindage détruit par l'ETO allemand 1944-1945

Publier par MarqueF617 » 30 oct. 2016, 00:32

J'ai récemment fini de lire A30 Challenger une histoire technique par P.M.Knight. Ce livre est un compte rendu très détaillé du développement et de l'entretien du char Challenger en utilisant de nombreuses sources primaires. Le Challenger n'était pas peu fiable, le problème était qu'ils élargissaient les pistes d'environ un pouce et demi (je suis à Londres en ce moment donc je ne peux pas vérifier la quantité exacte) ce qui a causé une accumulation de boue entre les pistes et le la plupart des roues arrière en marche arrière, ce qui a causé des dommages. Ce problème a été identifié, résolu et rectifié. En 1945, le Challenger était assez décent mais n'a pas été continué car Comet sortait de la chaîne de production. Je recommanderais vraiment ces histoires techniques, j'ai lu le Challenger et le Covenanter qui sont vraiment bons avec le Crusader suivant sur ma liste de lecture.

Re: Blindage détruit par l'ETO allemand 1944-1945

Publier par Richard Anderson » 30 oct. 2016, 19:24

J'ai récemment fini de lire A30 Challenger une histoire technique par P.M.Knight. Ce livre est un compte rendu très détaillé du développement et de l'entretien du char Challenger en utilisant de nombreuses sources primaires. Le Challenger n'était pas peu fiable, le problème était qu'ils ont élargi les pistes d'environ un pouce et demi (je suis à Londres en ce moment donc je ne peux pas vérifier la quantité exacte) ce qui a causé une accumulation de boue entre les pistes et le la plupart des roues arrière en marche arrière, ce qui a causé des dommages. Ce problème a été identifié, résolu et rectifié. En 1945, le Challenger était assez décent mais n'a pas été continué car Comet sortait de la chaîne de production. Je recommanderais vraiment ces histoires techniques, j'ai lu le Challenger et le Covenanter qui sont vraiment bons avec le Crusader suivant sur ma liste de lecture.

Le mien était un commentaire jetable rapide basé sur la mémoire. J'ai découvert qu'après avoir consulté mes notes, le problème n'était pas un manque de fiabilité, mais des problèmes de conception entraînant des problèmes de maintenance. Un problème n'était pas la largeur des pistes - du moins que je peux trouver - mais la longueur des pistes. Pour accueillir la tourelle agrandie sur la coque de l'A27M, il fallait une coque plus longue avec un ensemble de bogies supplémentaires et une plus grande longueur de voie, ce qui rendait la direction difficile et stressait la roue de renvoi, provoquant sa défaillance (un problème pas rare dans Cromwell et Comet également). Il souffrait également de problèmes de stabilité sur les pentes en raison de la tourelle haute et dans le lot initial, il était considéré comme légèrement blindé (corrigé plus tard à partir du véhicule 41 pour le mantelet et du véhicule 101 pour l'applique de coque).

Cependant, fondamentalement, il s'agissait d'un stop gap grossièrement conçu, qui n'a jamais été considéré comme pleinement satisfaisant. Dans le document WO165/136, un résumé de juillet 1944 indiquait « une autre production n'est pas envisagée en raison de la silhouette haute et de l'armure mince ». DCIGS Weeks a commenté qu'il s'agissait "d'un moyen temporaire et rapide de mettre un 17 Pr dans les formations de Cromwell… Ce n'est pas considéré comme un travail de production de masse approprié, il est également trop mince." En décembre 1943, WO165/134 (le RAC Six Monthly Progress Report) déclarait : « Ce véhicule est un Cromwell avec un blindage réduit et un anneau de tourelle de 70 pouces. Il est équipé d'un canon de 17 Pdr… Il a un ensemble de suspension supplémentaire de chaque côté ." Il y avait "un certain nombre de défauts, qui nécessitent encore une attention avant que le char ne soit remis aux unités".

Cette évaluation se reflète également dans l'historique du problème. Les premiers (8 ?) furent distribués en juillet à la 7th Armored Division. C'est un peu obscur quant à ce qui s'est passé exactement (je dois retrouver le rapport pertinent du 21e groupe d'armées RAC), mais après quelques semaines de service avec le 7e blindé au cours desquelles 2 ont été perdus, tous ont été retirés pour des correctifs supplémentaires à la suspension , avant d'être réédité en octobre aux 7th AD (12), Guards Armored (6), 11th AD (13), et à l'AD polonais (1). Le pic d'émission d'unités n'a pas eu lieu avant la semaine se terminant le 7 avril 1945, avec 47 contre une UE de 45 et 44 autres en main. Le pic disponible était de 113 pour la semaine se terminant le 21 avril 1945, mais de manière significative, l'UE n'a pas changé. Plus important encore, l'UE a en fait culminé la semaine se terminant le 3 février 1945 à 64, après que l'exigence a été retirée dans de nombreuses unités, bien que le véhicule soit disponible pour l'émission.

Un autre indice de la valeur du Challenger est le nombre construit - 200 - par rapport au nombre réel émis. L'évaluation la plus positive du Challenger était probablement l'AVIA11/30, qui au début de 1945 déclarait : « Après une période d'impopularité, principalement due à des problèmes avec les ralentisseurs avant, le Challenger est maintenant généralement populaire. Une ou deux instances de ce char résistent à une attaque de Les Faustpatrones sans dommage lui ont conféré une réputation d'immunité qui n'est probablement pas justifiée."


Contenu

À la suite des campagnes réussies de l'Allemagne de 1939 à 1941, la doctrine blindée américaine avait incorporé l'idée de véhicules rapides et légèrement blindés transportant des canons antichars à grande vitesse comme le meilleur moyen de faire face aux fers de lance rapides de la Blitzkrieg allemande. [ citation requise ] Le M10 était basé sur le châssis du M4 Sherman mais portait un blindage plus mince bien que plus incliné afin de se conformer aux exigences de vitesse élevée pour le char. Dans le même temps, les Britanniques examinaient la possibilité de concevoir un canon antichar automoteur automoteur à faible silhouette, de préférence avec une tourelle traversante à 360 degrés, avec un blindage capable de résister aux 5 cm allemands. Canon KwK 39 monté sur des chars allemands à 800 mètres et monté sur le canon antichar de 17 livres. Cependant, avec l'arrivée du M10 sur le champ de bataille à la fin de 1942, les plans britanniques pour un canon automoteur à tourelle ont été annulés.

Pendant la campagne d'Afrique du Nord, les Britanniques ont utilisé des canons automoteurs AT tels que le 6-pdr Sexton. Le châssis du char Valentine a été équipé du 17pdr et pour créer l'Archer qui a été utilisé plus tard dans le nord-ouest de l'Europe.

Le blindage du M10 offrait une bonne protection contre les 50 mm montés sur la plupart des chars et canons antichars allemands. Le M10 a été mis à la disposition des Britanniques pour la première fois en 1943. Ces véhicules étaient à toit ouvert et montaient un canon américain M7 de 3 pouces (76,2 mm), qui était nettement plus puissant que le livre Ordnance QF 6 qui était monté sur des chars britanniques de l'époque et était d'une puissance égale au 7,5 cm KwK 40 utilisé par le Panzer IV et le Sturmgeschütz III.

Le 17 pdr SP Achilles était essentiellement un M10 modifié, la principale différence étant le canon. L'armement principal de l'Achille était l'Ordnance QF 17 livres, un canon nettement plus puissant que le M7 de 3 pouces (76,2 mm) monté sur le M10 standard. La mitrailleuse lourde M2 ​​Browning de calibre .50 montée sur le dessus a été conservée.

Le 17 livres monté sur l'Achille a pu pénétrer quelque 140 mm de blindage à 500 m (550 yd) et 131 mm à 1 000 m (1 100 yd) en utilisant des munitions standard Armor Piercing, Capped, Ballistic Capped (APCBC) impactant à 30 -angle de degré. Lorsqu'elles sont fournies, les munitions de sabot de mise au rebut perforant (APDS) pouvaient pénétrer quelque 209 mm (8 pouces) de blindage à 500 mètres et 192 mm à 1 000 mètres à un angle de 30 degrés, bien que la précision de l'obus APDS ait été médiocre pendant la guerre. En comparaison, le canon M7 sur le M10 standard utilisant le même type de munition (APCBC) pénétrerait 98 mm de blindage à 500 m à un angle de 30 degrés et 88 mm de blindage à 1 000 mètres à un angle de 30 degrés. Ce n'est qu'avec des munitions HVAP (High-Velocity Armor Piercing) que ce canon se compare au 17 livres, les munitions pouvant pénétrer 140 mm à 500 m à un angle de 30 degrés et 127 mm à 1 000 m à un angle de 30 degrés. . Cependant, les munitions HVAP étaient très rares, alors que les munitions standard de 17 livres étaient disponibles en quantités énormes pour les Britanniques.

Le 17 livres nécessitait un contrepoids installé derrière le frein de bouche sur son long canon. Cela a donné à l'Achille une apparence distinctive par rapport au canon relativement court, sans frein et entièrement droit du M10. Une fois que les Allemands ont découvert l'efficacité du canon d'Achille sur le même affût M10 que le canon M7 beaucoup moins puissant, des tentatives ont été faites pour déguiser le 17 livres en peignant son frein et son contrepoids.

Deux autres modifications matérielles ont été apportées à l'Achille : l'ajout de plaques de blindage de 17 mm (0,67 in) d'épaisseur soudées à l'avant et sur les côtés du M10 pour augmenter la protection du blindage, et la tourelle ouverte du M10 a été équipée d'un bouclier de 20 mm d'épaisseur pour fournir une protection contre les menaces aériennes. [ citation requise ]

Le désir de monter le 17 livres sur le M10 était gouverné par le degré de difficulté impliqué dans le montage du 17 livres sur le réservoir lui-même. Heureusement pour les Britanniques, les premiers lots de M10 avaient un support de canon facilement modifiable pour faciliter le remplacement futur de l'ancien canon M7 de 3 pouces par le nouveau canon de 76 mm M1. Cette conception de montage de canon a permis aux Britanniques de remplacer le canon de 3 pouces par le canon de 17 livres. Les Britanniques prirent livraison de quelque 845 véhicules en 1943, mais de la deuxième version du M10, seule la marque T71 conçue pour embarquer le canon M1 pouvait embarquer le 17 livres. [2]

Les Britanniques avaient prévu de convertir quelque 1 000 M10 en variantes armées 17pdr pour la Normandie, mais pour une raison quelconque, les conversions n'ont commencé qu'en avril 1944. Le jour J, seuls quelque 124 M10 avaient été convertis cependant, le nombre de conversions après le jour J augmenté et à la fin de l'année, 816 M10 avaient été convertis, 152 véhicules rien qu'en novembre. Cependant, le faible nombre au jour J signifiait à la fois que de nombreuses unités britanniques débarquaient avec des M10 standard et que les pertes des unités Achille étaient souvent remplacées par des M10 armés standard de 3".

En tant que canon antichar automoteur, les Achilles et les M10 standard ont été distribués et exploités par les régiments de la Royal Artillery. Environ 1 650 M10 ont été reçus par les Britanniques pendant la guerre, dont 1 100 convertis au 17 pdr à sa fin.

Le canon antichar standard utilisé dans les unités d'infanterie de l'armée britannique était le canon QF 6 livres, un petit canon léger capable de vaincre les plus communs Panzer IV et Sturmgeschütz allemands avec des munitions régulières, mais pas les Panthers et les Tigers plus lourds. L'anti-canon britannique de nouvelle génération, le 17 livres, était capable de faire face aux Tigres et aux Panthers, mais avait un temps de mise en place beaucoup plus long avant la bataille que le 6 livres en raison de sa plus grande taille, prenant souvent une journée pour se préparer pleinement à l'action.

En conséquence, les Britanniques ont utilisé l'Achille comme un canon antichar rapidement déployable, capable de renforcer une position prise par l'infanterie et d'engager les forces allemandes de contre-attaque tandis que les 17 livres remorqués plus lents étaient tirés et enterrés plus longtemps. terme de présence défensive. Cela avait l'avantage d'atténuer la faible protection blindée de l'Achille, car son utilisation défensive lui permettait généralement de tirer le premier coup vital. Cela était conforme au concept de conception original du véhicule, destiné à émousser les tactiques d'attaque allemandes "blitzkrieg". La tourelle M10/Achilles avait une rotation de tourelle manuelle extrêmement lente, un inconvénient tactique limité lorsque le char n'était utilisé que dans un rôle défensif. En tant que tels, ils avaient un avantage sur les Stugs allemands, qui n'avaient pas de rotation de tourelle. Cependant, le profil bas et le blindage lourd du Stug étaient des atouts importants qui lui ont permis de réussir dans son environnement tactique différent. Habituellement, la seule fois où les Britanniques ont utilisé le M10 et l'Achille de manière offensive, c'était pour soutenir les unités de chars Churchill, qui manquaient des chars associés à 17 pdr que les unités de chars Sherman et Cromwell avaient.

Achilles a débarqué le jour J, équipant des unités de l'Artillerie royale et de l'Artillerie royale canadienne dans la division blindée ou les régiments antichars du corps. Un régiment A/Tk typique aurait 4 batteries, 2 x batteries tractées 17 Pdr, 1 x Achille et 1 x batterie M10. La batterie M10 a été remplacée par une deuxième batterie d'Achille à mesure que davantage de véhicules sont devenus disponibles. L'action la plus réussie de l'Achille a peut-être été menée par la troupe B, 245th Battery, 62nd Anti-Tank Regiment, Royal Artillery, rattachée à la Royal Hamilton Light Infantry pendant l'opération Charnwood.Au sud de Buron, une contre-attaque par une force mixte de chars Panzer IV et Panther du 12e SS Panzer Regiment a été vaincue par Achille et les canons antichars de 17 livres de la 245e Batterie, 62e Régiment antichar. Treize chars allemands ont été détruits dans l'un des combats antichars les plus réussis de la campagne, pour la perte de quatre canons automoteurs et quatre autres endommagés. [3]


Contenu

Le bataillon est activé le 15 décembre 1941, dans le cadre de la réorganisation de la force antichar, à Fort Sill, Oklahoma. Il était formé du 18e bataillon antichar provisoire, qui avait été tiré des 77e, 142e et 349e régiments d'artillerie de campagne, et des 71e, 72e et 83e bataillons d'artillerie de campagne. [1] Il a déménagé au Camp Bowie, Texas, au début de l'année suivante et en juin a déménagé au Tank Destroyer Center au Camp Hood. Pendant qu'il s'y entraîne, il détache un cadre pour former le 820e bataillon de chasseurs de chars. [2]

Après une série de postes d'entraînement en Louisiane, Virginie et New Jersey, [3] le bataillon a été expédié de New York à bord de l'USS Fairisle en octobre 1943, pour être stationné en Irlande du Nord. En mai 1944, dans le cadre de la préparation du débarquement de Normandie, ils ont été transférés dans un camp de transit dans le Wiltshire, dans le sud-ouest de l'Angleterre. [4] L'unité était organisée en bataillon automoteur, équipé de chasseurs de chars M10 GMC. [5]

Le 818th débarqua en Normandie dans la soirée du 14 juillet, débarquant à Utah Beach, et fut rattaché à la 5th Infantry Division, arrivée en Normandie quelques jours plus tôt. [6] Les premières compagnies se mirent en ligne le 16 juillet, soulageant les équipages du 635th Tank Destroyer Battalion, et tirèrent leurs premiers coups de feu au petit matin du 18 juillet. Le bataillon a eu son premier décès le lendemain, lorsqu'un sous-officier a été accidentellement abattu par un garde. [7] Les missions de tir de soutien limitées ont continué tout au long du mois, avec une compagnie déployée en soutien rapproché d'une attaque d'infanterie le 26 juillet. [8]

C'était le début de l'opération Cobra, la percée de Normandie alors que la 5e division était déployée à l'extrême gauche des lignes américaines et n'était pas directement impliquée dans l'offensive, elle a commencé à avancer rapidement alors que les lignes allemandes se retiraient. Le 1er août, la division est retirée de la 1re armée, qui se tourne pour flanquer les forces allemandes, et affectée à la 3e armée, qui est chargée de parcourir la France. [6] Poursuivant l'offensive, le bataillon soutint la prise d'Angers le 11 août [9] et libéra le 13 août un camp de plus d'une centaine d'aviateurs américains abattus au-dessus de la France et ayant échappé ou échappé à la captivité. [10] Ils ont soutenu la prise de Chartres, au sud de Paris, le 15 août et ont continué à pousser à l'est, atteignant la Seine le 27 août. Le bataillon traverse ensuite la Marne et arrive à Reims le 30 août, se reposant un court instant avant de reprendre l'avance. [11]

Début septembre, la 5e division sonde à travers Verdun vers Metz [12] La compagnie C de la 818e soutient une tentative infructueuse de ponter la Moselle à Dornot, mais est tenue en réserve et ne voit pas d'action significative avant le retrait de la tête de pont. [13] Une deuxième attaque, à Arnaville au sud de la ville le 10 septembre, a été soutenue par la compagnie B [14] les M10 ont été retenus sur la rive ouest de la rivière, placés sur une falaise avec une bonne vue sur la tête de pont jusqu'à la est. De là, ils pouvaient soutenir directement l'infanterie. [15] Deux pelotons ont été amenés sur la rivière sur un pont temporaire le jour suivant, le premier soutien blindé disponible pour l'attaque. [16] Après que la tête de pont ait été établie en toute sécurité, la 5e division s'est déplacée contre Metz dans les premières phases de la bataille de Metz. [17] Après avoir soutenu une attaque sur les fortifications extérieures a été repoussé le 27 septembre - le 818th découvrant à ses dépens que ses canons étaient inefficaces contre les fortifications à grande échelle [18] - ils sont restés dans des positions défensives ici jusqu'au début de novembre, avec un petite pause fin octobre pour se rééquiper et se reposer. [19] La 5e division et des éléments de la 818e ont commencé l'attaque finale sur Metz le 10 novembre, nettoyant la ville à la fin du mois et se déplaçant vers l'est à travers la frontière allemande. [20]

Le 818th a soutenu la 5th Division dans les combats autour de Saarlautern jusqu'au 19 décembre, date à laquelle il a reçu l'ordre de se désengager et de se mettre en réserve en réponse à l'attaque allemande dans les Ardennes. [21] Il a été assigné à rejoindre la 26th Infantry Division le 21 décembre. [22] Pendant les dix jours suivants, le bataillon a poussé vers le nord, les compagnies se répartissant entre les régiments d'infanterie divisionnaires, jusqu'à ce qu'ils s'arrêtent à Luxembourg à la fin du mois. Ils restèrent en ligne jusqu'au 27 janvier, date à laquelle la division fut relevée et retourna à la tête de pont de Saarlautern. [23]

Cela s'est avéré être un secteur calme tout en restant dans des positions défensives, les équipages ont pu se reposer et réparer leur équipement. la Sarre. En février, de nouveaux chasseurs de chars M36 GMC sont arrivés et le bataillon s'est rééquipé avec les nouveaux véhicules. [24] Le M36 était un développement du M10, il utilisait la même coque et le même moteur, mais montait une tourelle plus grande abritant un canon de 90 mm sensiblement plus puissant dans certaines situations, il était capable de détruire un char ennemi à plus de deux ans et demi. milles (environ 4 km). [25]

Au début de mars, la division s'est déplacée à Sarrebourg et a commencé son attaque le long de la ligne Siegfried le 13 mars. Comme c'était devenu la routine à ce stade, les compagnies du 818th opéraient séparément, en contact étroit avec les régiments d'infanterie de la division, elles franchissaient la ligne le 18 mars et se pressaient vers l'est en direction du Rhin. Au cours des dernières étapes de l'avance, le quartier général du bataillon a formé un groupe ad hoc (Task Force Hail) pour masquer le flanc sud de la division, commandant la compagnie de reconnaissance du bataillon et une compagnie d'infanterie de la division. Ils atteignirent le Rhin le 25 mars et traversèrent la même nuit, la progression se poursuivit sans interruption pendant plusieurs jours. [26] En avançant à pas de géant, le bataillon s'était approché de la frontière tchèque le 16 avril, se tournant vers le sud en direction de l'Autriche et des Alpes. [27] Dans les derniers jours de la guerre, les éléments avancés sont entrés à Linz et se sont déplacés vers le nord en Tchécoslovaquie même. [28]

Après le jour de la victoire le 7 mai, le bataillon a été chargé de garder les prisonniers allemands, passant lentement à des tâches d'occupation plus générales avant d'être retiré en Allemagne fin juillet pour se préparer à la démobilisation. Le bataillon a finalement été expédié à New York trois mois plus tard, où il a finalement été inactivé le 30 octobre. [29] Au cours de ses 297 jours de service actif, il avait perdu vingt-trois hommes tués en service actif, ainsi que huit chasseurs de chars (quatre M10 et quatre M36). En retour, il avait détruit vingt-trois chars allemands (dont un char lourd Tigre) et dix canons automoteurs, ainsi qu'un grand nombre de véhicules légers et de positions fixes [30], c'était dans la moyenne pour un bataillon de chasseurs de chars, avec des pertes peut-être plus légères que d'habitude. [31] Pendant la guerre, les hommes du bataillon ont reçu neuf étoiles d'argent et soixante-douze étoiles de bronze, tandis que deux autres hommes ont reçu la Croix de guerre française. [30] Le bataillon dans son ensemble est mentionné dans les ordres du jour de l'armée belge pour son service dans les Ardennes, tandis que la Distinguished Unit Citation est décernée au 1er peloton, compagnie A, pour son service. [32]

Le bataillon a été rebaptisé 323e Escadron de reconnaissance de cavalerie mécanisée au début de 1947, et activé dans le cadre de la Réserve organisée, il a ensuite été réorganisé en 1er Bataillon, 300e Régiment de cavalerie blindée, et a perdu son statut de réserve en 1950. Il a ensuite été rebaptisé le 818e bataillon de chars, et affecté sur papier à une division blindée inactive de l'armée régulière. [32]


Chasseurs de chars M10 - M36

Variantes de Wolverine M10

Le T35 a été amélioré, il y avait une surface inclinée placée sur le châssis Sherman et la tourelle ronde a été remplacée par une coupole pentagonale, ce modèle était le 3 pouces Gun Motor Carriage T35E1 mentionné. En juin 1942, le nom a changé pour 3 pouces Gun Motor Carriage M10 et en production. - (source Wikipédia)

- 3 pouces Gun Motor Carriage T35 (Prototype) - Début de la production
- 3 pouces Gun Motor Carriage T35E1 / 3 pouces GMC M10 (3 pouces SP, Wolverine) - moteur diesel (

5000)
- 3 pouces M10A1 GMC - Essence Ford GAA (


Canons antichars américains

L'histoire du développement des canons antichars de l'armée américaine a commencé avant la guerre, en 1938. Jusqu'à présent, le seul modèle qui pouvait être utilisé dans ce rôle en tir direct était le canon américain de 3 pouces, ou plus précisément le 75 mm Gun M1897. En 1940, l'infanterie disposait d'un canon léger AT de 37 mm M3, tandis qu'en 1943 une nouvelle génération est entrée dans la mêlée, le tout nouveau 3-in M5 et le canon de 90 mm M1-M3, plus le 105 mm T8. L'armée américaine avait même un canon de construction britannique en service en 1942, le 57 mm M1, qui était en fait le QF-6pdr.

Canon de 75 mm M1897

dérivé du français 󈬻”, et produit vers 1900, utilisé en 1918 et stocké dans l'entre-deux-guerres. Bien qu'ils aient une cadence de tir élevée, la précision, la portée et la vitesse initiale globale étaient médiocres dans les normes de la Seconde Guerre mondiale. Néanmoins, sur ces modèles construits aux États-Unis, les voitures ont été construites par Willys-Overland, les récupérateurs hydropneumatiques par Singer Manufacturing Company et Rock Island Arsenal, le canon lui-même par Symington-Anderson et Wisconsin Gun Company. Ils ont été rebaptisés M1897A4 pendant l'entre-deux-guerres (les A2-A3 étaient de fabrication française), et utilisaient le chariot moderne M2A3 : -Split trail, pneus en caoutchouc, et mieux (+45 degrés), 30 degrés de traversée de chaque côté. Ils formaient l'épine dorsale des bataillons TD en 1939, mais avaient besoin de camions pour fonctionner. L'infanterie recherchait un modèle beaucoup plus léger et plus maniable qui peut offrir des vitesses bien meilleures mais avec un obus AP plus petit.
Ils n'ont été retirés du service qu'en 1941-42, mis sur le M3 Half-Track en tant que M3 GMC et ont connu un service étendu de cette façon jusqu'à la fin de la guerre. Dans le Pacifique, le faible niveau de protection des chars japonais (et leur rareté) signifiait qu'ils étaient également utilisés pour couvrir les tirs HE. L'obus M1897A4 était vraiment la norme principale pour les chars, similaire aux 75mm M2 et M3 (M3 Lee & Sherman), même les hélicoptères de combat Chaffee’s 75mm M6 et B25 Mitchell’s.

Pistolet 37 mm M3


Illustration de l'auteur du canon de 37 mm M1.
(Venir)

Canon de 57 mm M1


Troupes américaines tirant au canon de 57 mm M1 à St Malo, Bretagne, 1944.
(Venir)

Canon de 75 mm M5

Canon de 90 mm M1/M3

Canon de 105 mm T8

Illustrations


M1 Combat Car, 1st Armored Division, Fort Benning, Georgia, 1938. Le M1 est entré en service en 1937. Remarquez les couleurs de l'unité d'exercice, peintes sur la tourelle. Les deux mitrailleuses supplémentaires étaient rarement montées.


Voiture de combat M1 à Fort Raily, Kansas, 1940. La M1 et ses dérivés n'ont jamais quitté le sol américain. Ils ont été conservés pour l'entraînement et les exercices de forage.


Char léger M1A1 d'une unité d'entraînement non identifiée, 1941. Cette variante (17 construits en 1937) a reçu une nouvelle tourelle octogonale. La coque était plus longue de 40 cm (jusqu'à 4,44 m) et les deux bogies étaient plus éloignés l'un de l'autre. Le prochain M1A1E1 (7 produits) a reçu un nouveau moteur diesel Guiberson. Ils ont conduit au développement du char léger M2.


M2A1 en 1937.

M2A2 “Mae West” de la 21e division blindée – Fort Belvoir, Virginie, novembre 1940.

M2A2 du 192e bataillon de chars, manœuvres de la 3e armée, début 1941.

M2A4 de l'USMC 1st Tank Battalion, Company A, Guadalcanal, septembre 1942.

Le prototype M3 à la mi-1941, avec un armement principal de calibre .50 (12,7 mm). Ce futur char léger principal de l'US Army était basé sur le M2A4, mais avec une protection accrue et une roue folle révisée.


M6A1, type de coque blindée, Fort Bennnings, 1942.

Une vue prospective d'une coque de type M6 soudée en Italie, 1944.


Première production M7, VIIIe armée britannique, deuxième bataille d'El Alamein, octobre 1942.
M7 standardisé basé sur le châssis M4 Sherman, Tunisie, janvier 1943.

Américain M7 HMC d'une unité inconnue, Sicile ou Italie du Sud, automne 1943.

HMC M7 français libre de la 2e division blindée, sud de la France, août 1944.

M7B1 en Europe du Nord-Est, hiver 1944-45.

APC britannique "Derocked Priest" en Normandie, opération Goodwood, juin 1944.

Kangourou de l'armée néo-zélandaise, armé d'un fusil Boys supplémentaire, Italie du Nord, automne 1944.

M7 américain pendant la bataille des Ardennes, Belgique, hiver 1944-45.

US Marine’s M7B1 dans le Pacifique, 1945.


Le premier prototype du M7 (T7), 1942 – Illustrateur : David Bocquelet

La version “série” du M7 – Illustrateur : David Bocquelet


Howitzer Motor Carriage M8 Scott dans le sud de l'Italie, septembre 1943.


HMC M8 Scott en Normandie, juillet 1944. Dans le bocage, les mouvements de troupes ennemies étaient parfois si difficiles à détecter que les bataillons M8 se sont retrouvés attaqués par des fantassins allemands infiltrés, dans des secteurs normalement « dépollués », mais pouvaient repousser les assauts grâce à leurs mitrailleuses cal.50 (12,7 mm).


Prototype T23, automne 1943.

Prototype T23E3, début 1944.


Voiture blindée M1 en formation à Fort Riley, Kansas, 1930. Remarquez les phares entièrement chromés.


Pré-série M2 avec une seule mitrailleuse cal.30 (7,62 mm) sur un socle central. Il s'agissait du tracteur à canon d'origine, avec juste assez de place pour l'équipage et de grandes cales à munitions. Ceux-ci ont été principalement utilisés pour transporter des obusiers de pack M1927 sur le champ de bataille. Voici un modèle utilisé par l'USMC aux Philippines, décembre 1941.

Un M2 avec le support de patin d'origine en Algérie, novembre 1942.

M2 en Tunisie, janvier 1943.

M2A1 avec le support de pistolet M48 et les supports d'attelage cal.30 (7,62 mm). France, juin 1944.

M2 Half-Track, unité inconnue, été 1944.

M2A1 en Italie, 1944.

Beutepanzer M2 (capturé T28E1) en 1944.

Soviétique M2 Half-Track, front nord, hiver 1943-44.

M4A1 81 mm (3,19 in) MMC, version porte-mortier.

Le M2 avec M3 37 mm (1,46 in), la variante du chasseur de chars.

T28E1, la variante anti-aérienne.

M3 Half Track avec toile, Italie, 1944, à titre de comparaison.


Un M3A1 blanc opérant en Tunisie, en novembre 1942, avec une première combinaison de montures, une mitrailleuse lourde de 50 cal (12,7 mm) à nacelle centrale et deux Browning modèle 1917A1 refroidis par eau à l'arrière.

Un Scout Car britannique de la VIIIe armée M3A1 en mai 1942. Ils ont été largement utilisés pour diverses missions, avec un certain succès, en raison de leur grande autonomie, de leur robustesse et de leur fiabilité, même dans ces conditions défavorables.

M3 de l'armée américaine, l'un des rares à avoir été construit en 1938. Ils n'avaient pas de rouleau de démolition et une coque légèrement plus petite. Ils appartenaient tous au 7e régiment de cavalerie américain “Garryowen”, utilisé pour des missions de repérage et de dépistage tout au long de 1943-44 dans le théâtre du Pacifique.

M3A1 de l'armée britannique en Europe, juin 1944. Cette unité a servi de véhicule de transport et de récupération de parachutistes.

M3A1E1 soviétique sur le secteur nord, mars 1943. La société White a fourni plus de 3000 de ces versions modifiées via le prêt-bail, à équiper de diesels Buda-Danova sur place.

L'US Army M3A1 Scout Car en Tunisie, mai 1943.

Scout Car M3A1 de la 2e D.B. Française Libre du général Leclerc, août-septembre 1944.


LVT-1 à Guadalcanal, automne 1942, 2e bataillon de tracteurs amphibies, 1re division USMC.

LVT-1 “My Deloris” de l'USMC à Tarawa, 1943.

LVT-1 de l'USMC, 708th Amphibian Tank Battalion, Saipan, 15 juin 1944.

LVT-1 de la 3rd USMC Division, Guam, été 1944. Notez que les cal.50 (12,7 mm) sont protégés par des boucliers, et des cal.30 supplémentaires sont ajoutés


Un LVT-2 Buffalo régulier de l'armée américaine, fin 1942.

Buffle d'eau USMC LVT-2 à Tarawa, 1943.

LVT-2 britannique, 79th Armored Division, Nimègue, Hollande, février 1945.

LVT-2(A) Buffalo II, 13e bataillon à chenilles USMC, Iwo Jima, 1944.

LVT-2(A) Buffalo II, 1er bataillon de marines amphibies à chenilles, Beach red one, Iwo Jima, 1944.


LVT(A)-1 en livrée bleu marine

LVT(A)-1 dans une livrée camouflée. À ce jour, les véhicules survivants sont visibles au National Armor and Cavalry Museum, Fort Benning, GA (non public), à Fairmount Park, Riverside, CA, et au World War II and Korea LVT Museum, Camp Pendleton, CA. Il y a aussi une épave rouillée identifiée sur l'île Peleliu (République des Palaos).


Un LVT-4 régulier de l'armée américaine en 1944.

Début de la production US Marine Corps LVT-4 en 1944.

USMC LVT-4, Tinian, août 1944.

Buffalo IV de la 79th Armored Division, Rhénanie, mars 1945. Remarquez le canon mitrailleur Polsten de 20 mm (0,79 in).

Buffalo IV Sheffield des Royal Dragoons, Rhénanie, 79th Armored Division, mars 1945.

Ambulance Buffalo IV attachée à la 79e division blindée, Rhénanie, mars 1945

LVT-4 aux Philippines, armée américaine, début 1945.

LVT-4 blindé tardif en 1944.

LVT-4 du 10e bataillon de tracteurs amphibiens, Yellow Beach 2, Iwo Jima 1945

LVT-4 conservé au USMC American Wartime Museum, de nos jours.

LVT-4 de l'USMC avec la première cabine blindée, 3e USMC Tractor Marine Battalion, Iwo Jima, 1945.

LVT-4 du 10e bataillon de tracteurs amphibies USMC, Yellow Beach, Iwo Jima, février 1945.

Début de cabine blindée VT-4, 8th USMC Amphibious Tractor Battalion, 1st US Marine Division, Okinawa, été 1945.

Prêt-Bail LVT-4, Armée rouge, la traversée de l'Oder, 1945.

LVT-4 français de la Force H, Port-Saïd, Egypte, crise de Suez, 1956.

LVT-4 français de la Force H, Port-Saïd, Egypte, crise de Suez, 1956.


Un LVT-3 Bushmaster régulier de l'armée américaine, avec sa rampe descendante, en 1944.

US Marine Corps LVT-3 à Okinawa 1945.

Un ancien LVT-3C maintenant partie d'une collection privée, peint et remanié, maintenant exposé lors d'expositions publiques.


DUKW pendant l'opération Anvil Dragoon, Côte d'Azur, août 1944. Remarquez les enjoliveurs bas. Le véhicule avait son déflecteur d'ondes déplié.

DUKW avec bâche sur le compartiment conducteur et la soute.

Un DUKW transportant un canon M3 de 75 mm (2,95 in), Normandie 1944.

Un DUKW transportant un obusier de pack M1 de 75 mm (2,95 in), avec le support standard de l'anneau de mitrailleuse lourde M1920 de 0,5 cal (12,7 mm).

Unité alliée inconnue, Sicile, automne 1943.

Un DUKW de prêt-bail soviétique en Prusse orientale, avec le 2e front biélorusse de Konstantin Rokossovsky, janvier 1945.

Compagnie USMC DUKW à Iwo Jima, “Joan Molley”, février 1945.


Bantam BRC-40, la Jeep originale de 1940.

Willys Jeep MA, première production.

Un des premiers Ford GP en Chine, Flying Tigers Squadron, 1941.

Willys MB standard avec une mitrailleuse cal.30 (7,62 mm). Illustration de haute qualité.

Willys MB avec une mitrailleuse cal.50 (12,7 mm), l'arme la plus lourde équipant régulièrement la Jeep.

Jeep Willys MB standard avec bâche.

Un Willys MB de la 1re Division d'infanterie, opération Torch, novembre 1942.

Willys MB Jeep, Ardennes belges, Bataille des Ardennes, décembre 1944.

Willys équipé d'une radio et d'une mitrailleuse Browning M1917A1 à refroidissement liquide (7,62 mm/0,3 in) et d'un M1920 cal.50 (12,7 mm). Illustration de haute qualité.
/>
Camion blindé 1/4 tonne 4ࡪ, Belgique, hiver 1944-45.

Camion 1/4 tonne 4&# 2154 blindé, escouade antichar rapide, Belgique, janvier 1945.

Radio Willys MB.

Willys MB, véhicule de liaison.

Ford GPW soviétique, secteur de Leningrad, hiver 1943.

Jeep MB britannique avec bâche partielle et portes en toile, Birmanie, 1945.

Jeep Ford GPW à toit rigide de prêt-bail russe.

Véhicule LRDG, désert libyen, 1943.

Un Willis MB britannique en Italie, début 1944. Remarquez le fusil Boys AT et le fusil AA Bren.

Ambulance Jeep Willys MB.

Tracteur britannique Willys Jeep MB avec canon 2 pdr (40 mm/1,57 in).

Willys MB avec remorque standard.

M6 GMC, 601e bataillon TD, Tunisie, novembre 1942.

M6 GMC camouflé, Tunisie, hiver 1942-43.

Tracteur d'artillerie canadien Ford Marmon-Herrington

T-9. Le T9E1 expérimental différait par la présence de 4 grandes roues métalliques dans la suspension Timken

Camion utilitaire de base HMC-353 2-1/2 tonnes. Camion benne standard avec renforts et support de bague HMG brunissant M2HB 0.5 M1920. Le cadre de protection n'est pas monté.

Camion à benne basculante standard CCKW CCKW 353 de 2-1/2 tonnes avec cadres de lit montés, QG WAC, 1943

CCKW H1, camion benne à cabine ouverte standard

CCKW 353 Torpedo (cabine ouverte), 45th Quartermaster Company, 45th Infantry Division en Sicile – Op. Husky 1943


Voir la vidéo: War Thunder. 90-mm GMC M36 JacksonSlugger (Mai 2022).