Podcasts sur l'histoire

Comment s'appelait le père de Mésha, roi de Moab ?

Comment s'appelait le père de Mésha, roi de Moab ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Dans les traductions anglaises de la stèle de Mesha, les premiers mots sont « Je suis Mesha, fils de Chemosh-melekh, roi de Moab le Dibonite ». Cependant, la vérité est que le texte réel de la Stèle (rendu en caractères hébreux) se lit comme suit :

** הדיבני.

Les étoiles sont apparemment des lettres illisibles, que certains érudits ont déchiffrées comme ית, rendant le nom du père de Mesha, Chemoshyat. D'où vient donc que le nom de son père est Chemosh-melek, mais ce n'est pas ce que dit le texte de la Stèle. Cette explication, semble-t-il, prend le mot מלך et le répète deux fois, la première attachée à Chemosh- comme dans Chemosh-melekh et puis à nouveau pour signifier roi. Je pense que c'est une erreur. Quelqu'un peut-il corroborer mes conclusions ou m'indiquer un article qui traite de cette question ?


Dans l'écriture carrée hébraïque, la première ligne de la stèle dit

.משע.בנ.כמש[מלכ].מלכ.מאב.הד

Les lettres "מלכ" (m-l-k) sont en effet répétées deux fois, mais aucune de ces deux copies ne fait partie du vrai nom du père qui est juste "Chemosh". La ligne dit vraiment "Je suis Mesha, fils du roi Kemosh, le roi de Moab le Dibonite". Le mot "Roi" est probablement répété au début pour distinguer le roi (père) de Chemosh, le dieu moabite, d'après lequel la nation s'appelait parfois "le peuple de Chemosh". Le roi devait porter le nom du dieu, et non l'inverse.

Le nom modifié du roi (père) Cheroshyat se résume à une autre stèle, l'inscription El-Kerak, découverte en Jordanie en 1958, qui commence presque à l'identique, à l'exception des caractères supplémentaires du nom du roi.


Le nom du père de Mesha était très probablement כמשית kmšyt.

Les lettres manquantes dans le nom du père de Mesha n'ont été fournies que par diverses conjectures. M. Clermont-Ganneau, dans un ouvrage de 1887 (« La stèle de Mésa : examen critique du texte » p. 18), cite différentes lectures : כמשנדב kmšndb, כמשגד kmšgd, כמשמלכ kmšmlk (un nom signifiant « Chemosh est roi », pas "le roi Chemosh"). Cependant, ils étaient tous soutenus par des noms tirés de documents assyriens et ammonites qui citaient ces noms ou des noms similaires, ou par de pures suppositions.

La première preuve épigraphique est venue de l'inscription El-Kerak, découverte en 1958, qui commence :

… ]Mmeyt mlk m'b hd[…

qui ressemble beaucoup à l'ouverture de la stèle de Mesha :

'nk mš' bn kmš ** mlk m'b hdybny

(lettres partagées surlignées en gras)

Comme ils partageaient probablement la même formule qu'une ouverture, l'inscription la plus récente peut être utilisée avec la stèle plus ancienne pour fournir la fin du nom du père de Mesha (en supposant qu'elle a également été écrite par Mesha); les mettre ensemble donne son nom comme kmšyt.

Cette lecture est acceptée par Douglas Green, « J'ai entrepris de grands travaux » : l'idéologie des réalisations domestiques dans les inscriptions royales sémitiques occidentales p. 99 et Shmouel Ahituv, Recueil d'inscriptions des royaumes d'Israël et de Transjordanie à l'époque du premier temple p. 362 (hébreu) ​​p. 362, ainsi que sur le site Web de K. C. Hanson ici.


Pourquoi le roi Mesha de Moab a sacrifié son fils aîné, Baruch Margalit, BAR 12:06, nov-déc 1986.

Dans son article très intéressant, « Why the Moabite Stone Was Blown to Pieces », BAR 12-03, le professeur Siegfried Horn raconte le IXe siècle av. guerre entre Moab et une alliance d'Israël, de Juda et d'Edom. Lorsque l'alliance assiégea la capitale moabite de Kir-Hareseth, le roi moabite Mesha, en désespoir de cause, sacrifia son fils aîné au dieu Chemosh. Le roi Mesha offrit le prince héritier en holocauste au sommet du mur de la ville à la vue des forces ennemies (2 Rois 3-26-27).

Avec cet acte horrible, Mesha a transformé la défaite en victoire. Les forces alliées se retirèrent et Moab conserva son indépendance pendant les deux siècles suivants.

Quelle était la raison de cette brusque volte-face des forces alliées ? Le professeur Horn propose un certain nombre de spéculations, mais conclut en admettant que "personne n'a été en mesure de donner une réponse satisfaisante".

Des études récentes placent l'acte de Mesha dans un contexte culturel plus large et peuvent même suggérer une explication.

En 1978, une tablette cunéiforme de la ville syrienne d'Ugarita a été publiée,1 dont le texte indique que l'acte apparemment sans précédent, ainsi que moralement scandaleux, de Mesha a en fait été accompli conformément aux anciennes lois cananéennes de la « guerre sainte ».

Le texte pertinent de cette tablette ougaritique est suffisamment court pour être cité en entier :

« Si une force ennemie attaque vos [ville-] portes,

Tu lèveras tes yeux vers Baal [et priera] -

Chassez la force [ennemie] de nos portes,

L'agresseur de nos murs.

Nous te sacrifierons un taureau, ô Baal,

Une promesse votive que nous remplirons [à savoir]-

nous remplirons [comme engagement votif].

Un «dixième» [de toutes nos richesses] nous [te] donnerons la dîme,

Au temple de Baal nous monterons,

Dans les sentiers de la Maison-de-Baal, nous marcherons.

« Alors Baal entendra vos prières,

Il chassera la force [ennemie] de vos portes,

L'agresseur de vos murs.

Ce texte peut être daté d'environ 1250-1200 av. Les actions de Mesha, et la retraite israélite, s'inscrivent parfaitement dans cette tradition cananéenne, plus tard punique (néo-cananéenne), de mille ans.

Diodore de Sicile (environ 50 av. d'argent et… d'offrandes coûteuses à Tyr… quand ils… virent leur ennemi camper devant leurs murs… ils choisirent deux cents des plus nobles enfants et les sacrifièrent publiquement. »4

Une preuve supplémentaire de cette pratique de sacrifice d'enfants par les « Cananéens » assiégés est fournie par un autre historien romain, Quintus Curtius (Rufus) (50 après JC). La ville de Tyr était assiégée par Alexandre le Grand. Au début, les citoyens espéraient l'aide des colonies de l'ouest. Lorsque cela ne s'est pas concrétisé, les dirigeants se sont réunis pour envisager des mesures d'urgence. Selon Rufus-
« Certains… proposèrent de renouveler un sacrifice qui avait été interrompu depuis de nombreuses années (multis saeculis intermissum)… destruction de leur ville — et à moins que les anciens… s'y soient opposés, l'horrible superstition aurait prévalu sur la miséricorde. »5

Cette pratique carthaginoise de sacrifice d'enfants pour soulager un siège a été attribuée aux Phéniciens (Canaanites) par l'historien phénicien Sanchuniaton, telle que transmise par Philon de Byblos, Porphyre et le père de l'Église Eusèbe. Selon cette tradition, les Phéniciens, dans des circonstances d'extrême contrainte, sacrifiaient leurs enfants bien-aimés à leur dieu suprême. L'histoire en huit volumes de Sanchuniaton était réputée pleine de telles histoires.6

L'importance de ce matériel pour une bonne compréhension du récit du sacrifice de l'enfant de Mesha dans 2 Rois 3 peut difficilement être exagérée. En effet, la correspondance entre la théorie telle que présentée dans le texte ougaritique et la pratique telle que racontée dans le texte biblique est tout simplement remarquable. Les circonstances, une ville assiégée, sont identiques. Le sacrifice de Mesha est l'un des éléments mentionnés dans la section prière du texte. Et le retrait des Israélites est étrangement présagé dans la conclusion de la tablette cunéiforme d'Ougarit.

Dans le récit biblique, on nous dit seulement qu'après que Mesha eut sacrifié son fils, « il y eut une amère indignation contre les Israélites, qui se retirèrent » (2 Rois 3-27). Aucune autre explication n'est donnée. Le mot hébreu traduit par « indignation » est ketsef. Mais à la lumière des textes précédents, cela ne peut pas vraiment être compris comme une « indignation » ou une « colère » du dieu national moabite Chemosh. Le mot désigne la dépression ou le traumatisme psychologique qui a affecté les forces israélites lorsqu'elles ont vu le signe du sacrifice humain au sommet des murs de Kir-Hareseth. L'auteur du texte ougaritique a apparemment anticipé cette réaction d'hystérie de masse lorsqu'il a prédit avec assurance le retrait de la force attaquante. Apparemment, cela s'était déjà produit ailleurs, et pouvait être considéré comme une sorte de réflexe conditionné.

Il s'ensuit que le sacrifice de Mesha de son fils, plutôt que sans précédent, faisait en fait partie intégrante, bien que rarement mis en œuvre, d'une tradition cananéenne séculaire de guerre sacrée.

Cette considération pourrait atténuer notre condamnation morale de ce « païen dégénéré ». Le sacrifice de Mesha de son premier-né, vu sous ce nouveau jour, était pratiquement garanti pour sauver la vie de toute la population - hommes, femmes et enfants - de la ville assiégée. Dans ces circonstances, la conduite de Mesha peut être considérée comme un acte d'altruisme sanctionné, voire loué, par une vénérable tradition religieuse.

b. Lawrence E. Stager et Samuel R. Wolff, « Sacrifice des enfants à Carthage : rite religieux ou contrôle de la population ? » BARRE 10-01.

1. A. Herdner « Nouveaux Textes Alphabétiques de Ras Shamra », Ougaritica VII (Paris, 1978), p. 31-38 (texte en fac-similé p. 33). Pour une publication antérieure, voir Herdner, « Une priere a Baal des ugaritains en danger », Actes de l'Académie Française des Inscriptions et Belles Lettres (CRAIBL, 1972 [1973]), p. 694. Les opinions du présent auteur sur ce texte peuvent être trouvées dans « A Ugaritic Prayer for a City Under Siege », dans Actes du septième Congrès mondial d'études juives - Études sur la Bible et le Proche-Orient ancien 177 [1981], p. 63-83 (en hébreu).

2. Le mot ougaritique bkr en hébreu équivaut à [bekor], le même mot utilisé dans 2 Rois 3-27 ! Le signe initial du mot ougaritique est fortement endommagé, et certains ont douté qu'il s'agisse d'un B plutôt que d'un D. Mais Mlle. Herdner, spécialiste reconnu de l'épigraphie ougaritique, a été assez précise dans sa lecture à ces deux occasions, et le présent auteur a rassemblé les arguments littéraires-prosodiques en faveur de cette lecture dans son étude susmentionnée (note 1). Pour un avis contraire, cf. P. Xella dans Rivista di Studio Fenice 6 (1978), p. 127-136.

3. Le texte lit en fait un H|-T-P autrement inconnu que je considère comme une erreur de scribe pour le H|-T-K bien attesté — « progéniture » ​​ou similaire. En écriture cunéiforme ougaritique, P et K sont très similaires et se confondent à plusieurs reprises. Les tentatives pour interpréter le H|-T-P ougaritique comme l'équivalent du Hå-T-P akkadien sont hautement improbables pour des raisons purement phonologiques, et les résultats sont beaucoup moins convaincants littérairement, puisque le mot est manifestement synonyme de parallélisme avec B-K-R. Pour une discussion plus approfondie, le lecteur est renvoyé à mon étude précitée, pp. 76ff.

4. Bibliothèque historique, Livre XX.13.4ff, 14.1ff trad. R. M. Greer.

5. Une histoire d'Alexandre le Grand (de Macédoine), Livre 4.3.23 trad. J.C. Rolfe.

6. Porphyre, De l'abstinence, II.56 = Eusèbe, Praep. Évangélique, 16.6. Traduction et commentaire dans C. Clemen, Die Phönikische Religion (Liepzig, 1939).


Comment s'appelait le père de Mésha, roi de Moab ? - Histoire

La pierre moabite

Photo de la stèle de Mesha (pierre moabite)

La pierre moabite a été découverte en 1868 à environ 20 miles à l'est de la mer Morte. Ce qui est le plus étonnant, c'est qu'il mentionne "Israël", "Yahweh" et la "Maison de David". Il est maintenant au musée du Louvre à Paris.

Stèle de Mesha (Pierre moabite)
Dans la Bible, il est dit que Mésha, roi de Moab, payait tribut à Israël et qu'ils se sont soudainement arrêtés : "Mesha, roi de Moab, s'est rebellé contre le roi d'Israël. " (2 Rois 3:5). Eh bien, Mesha a fait son propre record de cette rébellion, et le record a été trouvé. Elle est connue aujourd'hui sous le nom de « la stèle de Mesha » ou la désignation plus populaire « la pierre de Moabite ». Elle a été trouvée en 1868 à Dibon, à Moab. Dibon est situé à 20 miles à l'est de la mer Morte. Étonnamment, il a été découvert par hasard par F.A. Klein, un missionnaire allemand qui avait entendu des rumeurs sur cette pierre lors de sa visite dans la région. C'était une pierre de basalte bleuâtre, d'environ 4 pieds de haut et 2 pieds de large, et 14 pouces d'épaisseur, avec une inscription du roi Mesha. Quand il a été trouvé, le musée de Berlin a négocié pour cela tandis que le consulat français à Jérusalem a offert plus d'argent.

L'année suivante, des Arabes locaux, réalisant tout ce qui était en jeu, l'ont péniblement hissé hors de la terre et ont allumé un feu autour de lui, et après avoir versé de l'eau froide dessus, ils en ont découpé plusieurs gros morceaux qu'ils ont distribués à quelques-uns d'entre eux. Plus tard, les Français ont réassemblé 669 des 1100 consonnes estimées à partir des pièces et ont conservé l'inscription. Il est aujourd'hui conservé au musée du Louvre à Paris.

La pierre moabite

" L'affirmation des sceptiques selon laquelle le roi David n'a jamais existé est maintenant difficile à défendre. L'année dernière, l'universitaire français André Lemaire a rapporté une découverte liée à la " Maison de David " dans la Revue d'archéologie biblique. Son sujet était la stèle de Mesha (également connue sous le nom de pierre moabite), l'inscription la plus étendue jamais récupérée de l'ancienne Palestine. Trouvée en 1868 dans les ruines du Dibon biblique et plus tard fracturée, la pierre de basalte s'est retrouvée au Louvre, où Lemaire a passé sept ans à l'étudier. Sa conclusion : l'expression « Maison de David » y apparaît également. Comme pour le fragment de Tel Dan, cette inscription provient d'un ennemi d'Israël se vantant d'une victoire : le roi Mesha de Moab, qui figurait dans la Bible. Lemaire a dû reconstituer une lettre manquante pour décoder le libellé, mais s'il a raison, il existe maintenant deux références au IXe siècle à la dynastie de David."

- Le magazine Time
18 décembre 1995 Volume 146, n° 25

Taille et description

Langue: Moabite (une langue sémitique occidentale)
Moyen: stèle en pierre de basalte (noir-bleuâtre)
Taille: 1,15 mètre de haut 60-68 centimètres de large
Longueur: 39 lignes d'écriture
Honoré : Mesha, roi de Moab (fin du IXe siècle avant notre ère)
Date approximative: 830 avant notre ère
Lieu de découverte : Dhiban [en Jordanie moderne]
Date de découverte: 1868
Localisation actuelle: Musée du Louvre (Paris, France)
Numéro d'inventaire: AO 5066

"L'inscription la plus étendue jamais récupérée de l'ancienne Palestine. "

  1. "Je suis Mesha, fils de Kemosh[-yatti], le roi de Moab, le Dibonite.
  2. Mon père (avait) régné sur Moab pendant trente ans, et j'ai régné
  3. après mon père. Et j'ai fait ce haut lieu pour Chemosh à Qarcho. . .
  4. parce qu'il m'a délivré de tous les rois, et parce qu'il m'a fait triompher de tous mes ennemis. Quant à Omri
  5. le roi d'Israël, et il humilia Moab pendant de nombreuses années (jours), car Kemosh était en colère contre son pays.
  6. Et son fils régna à sa place et il dit aussi : " J'opprimerai Moab ! " De mon temps il le dit.
  7. Mais j'ai triomphé sur lui et sur sa maison, et Israël a péri, il a péri pour toujours ! Et Omri prit possession de tout le pays de Médeba,
  8. et il y vécut en ses jours et la moitié des jours de son fils (Achab) : quarante ans.
  9. Mais Chemosh l'a restauré à mon époque. Et j'ai construit Baal Meon, et j'y ai construit un réservoir d'eau. Et j'ai construit
  10. Qiryaton. Et les hommes de Gad vivaient dans le pays d'Atarot depuis les temps anciens et le roi d'Israël
  11. construit Atarot pour lui-même, et je me suis battu contre la ville et je l'ai capturée. Et j'ai tué tous les gens de
  12. la ville en sacrifice pour Kemosh et pour Moab. Et j'ai ramené le foyer de son oncle de là et je l'ai ramené
  13. devant le visage de Chemosh à Qerioit, et j'y ai fait vivre les hommes de Sharon, ainsi que les hommes de Maharit.
  14. Et Chemosh m'a dit : « Va, prends Nebo d'Israël ».
  15. Et je suis allé dans la nuit et je l'ai combattu depuis l'aube jusqu'à midi, et je l'ai pris
  16. et j'ai tué toute la population : sept mille sujets masculins et étrangers, et sujets féminins, étrangers et servantes.
  17. Car je les avais consacrés à la destruction pour (le dieu) Ashtar Chemosh. Et à partir de là, j'ai pris le
  18. vases de Yahvé, et je les présentai devant Kemosh. Et le roi d'Israël avait bâti
  19. Yahaz, et il y est resté tout au long de sa campagne contre moi et Chemosh l'a chassé devant moi. Et
  20. J'ai pris deux cents hommes de Moab, tous de première classe (guerriers), et je les ai conduits jusqu'à Yahaz. Et je l'ai pris
  21. afin de l'ajouter à Dibon. J'ai construit Qarcho, le mur des bois et le mur de
  22. la citadelle et j'ai construit ses portes et j'ai construit ses tours et
  23. J'ai construit la maison du roi et j'ai fait le double réservoir pour la source dans la partie la plus reculée de la ville.
  24. Or, la partie la plus intérieure de la ville n'avait pas de citerne, à Qarcho, et j'ai dit à tout le peuple : "Chacun de vous fera
  25. une citerne dans sa maison." Et j'ai coupé le fossé pour Qarcho en utilisant des captifs israélites.
  26. J'ai construit Aroer, et j'ai construit la route militaire à Arnon (vallée).
  27. J'ai bâti Beth-Bamot, car elle avait été détruite. J'ai construit Bezer, car il gisait
  28. en ruine. Et les hommes de Dibon se tenaient en bataille, car tout Dibon était soumis. Et je suis le roi
  29. sur les centaines dans les villes que j'ai ajoutées au pays. Et j'ai construit
  30. Beth-Médéba et Beth-Diblaten et Beth-Baal-Meon, et j'y ai apporté . . .
  31. troupeaux de la terre. Et la maison de [Da]vid habitait à Hauranen, . . .
  32. Chemosh m'a dit : " Descends, combats contre Hauranen ! " Je suis descendu. . . et Chemosh l'a restauré à mon époque. . ."

Ce que dit la Bible (comparez)
II R 3 :4-5 « Maintenant, Mesha, roi de Moab, était éleveur de moutons, et il payait régulièrement au roi d’Israël cent mille agneaux et la laine de cent mille béliers. Mais il arriva, à la mort d'Achab, que le roi de Moab se révolta contre le roi d'Israël.»

Qui étaient les Moabites ?
L'existence des "Moabites" bibliques était remise en question par la plupart des historiens jusqu'à la récente découverte de la pierre moabite. Les Moabites étaient un peuple sémitique occidental qui vivait dans les montagnes à l'est de la mer Morte, en Transjordanie (maintenant considérée comme le centre-ouest de la Jordanie) et ils ont prospéré au IXe siècle av. Ils sont connus principalement par l'Ancien Testament et par l'inscription sur la pierre moabite.Les érudits ont daté leur culture de la fin du 14ème siècle avant JC à 582 avant JC, quand ils ont été conquis par les Babyloniens, selon l'historien juif Josèphe (Ier siècle après JC).

Selon l'Ancien Testament (par exemple, Genèse 19:30-38), les Moabites appartenaient à la même souche ethnique que les Israélites, descendant de Moab, un fils de Lot, qui était un neveu du premier Hébreu, Abraham. Il y a beaucoup de mentions dans la Bible au sujet des Moabites. Le roi Saül au XIe siècle. AVANT JC. combattu contre eux, l'arrière-grand-mère de David, Ruth, était originaire de Moab (Ruth 4:17-22), et c'est à Moab que David chercha refuge contre le roi Saül (1 Samuel 22:3-4). Sanballat, qui à l'époque de Néhémie était associé à Tobie l'Ammonite et à Guéshem l'Arabe contre les Juifs (<Neh. 2:10,19> etc.), était un Horonite. Si ce nom est dérivé de Horonaim, Sanballat était un Moabite, comme on le considère assez souvent.

"Yahvé"
Une note importante qui est souvent négligée est la mention de Yahweh au verset 18 de l'inscription Mesha. Il semble que le roi Mesha connaissait le dieu israléite Yahweh et dit qu'il a pris "les vases de Yahweh et les a présentés devant la face de Kemosh" son dieu.

"Chemosh"
Chemosh, la divinité nationale de Moab, est mentionnée tout au long de l'inscription de la stèle de Mesha. Dans la Bible, Kemosh est mentionné dans (Nombres 21:29 Juges 11:24 1 Kin. 11:7,33 2 Kin. 23:13 Jer. 48:7,13,46). Le grand roi Salomon s'est égaré en prenant des princesses moabites pour son harem (1 Rois 11:1-8) et en érigeant près de Jérusalem un sanctuaire dédié à Kemosh.

Le dieu que les Moabites croyaient protéger leur nation était Chemosh :

"Chemosh était une ancienne divinité sémitique occidentale, vénérée par les Moabites comme leur dieu suprême. On sait peu de choses sur Kemosh, bien que le roi Salomon d'Israël lui ait construit un sanctuaire à l'est de Jérusalem (1 Rois 11:7), le sanctuaire a ensuite été aboli par le roi Josias (2 Rois 23:13). La déesse Astarté était probablement la partenaire culte de Chemosh."

- Encyclopédie de la Britannica

"Le roi Omri et son fils"
L'inscription fait également référence au roi Omri d'Israël (règne vers 884-vers 872 av. J.-C.) et à son fils, que nous connaissons sous le nom de roi Achab. le roi Omri est mentionné dans 1 Rois 16:23-28, et est connu pour avoir reconquis les terres moabites qui avaient été perdues depuis la mort de Salomon en 922 av.

"La maison de David"
La ligne 31 est très importante. En 1993, une stèle a été découverte à Tel Dan dans le nord d'Israël mentionnant la « Maison de David » (Bible and Spade, automne 1993 : 119-121). Cette inscription a fourni la première mention de David dans un texte contemporain en dehors de la Bible. L'existence du genre David a été remise en question par les savants pendant des siècles. À peu près au même moment où la stèle de Dan a été découverte, l'érudit français André Lemaire travaillait sur l'inscription de Mesha et a déterminé que la même phrase y figurait à la ligne 31 (Bible and Spade, Summer 1995 : 91-92). Lemaire a pu identifier une lettre auparavant indiscernable comme un "d" dans l'expression "Maison de David". Cette expression était couramment utilisée dans l'Ancien Testament pour la dynastie davidique.

Quelque chose d'intéressant à noter
De nombreux critiques de la Bible se sont moqués de la prétendue contradiction dans les Écritures où (Deut. 2:29) il semblerait à première vue que Moab et Édom ont accordé la demande d'Israël d'être autorisé à traverser leur territoire, mais quand vous comparez (Nom. 20:18-21) et (Deut. 23:3-4) il semble montrer que Moab et Edom ont catégoriquement refusé. Mais une enquête minutieuse dans le contexte enlève la difficulté et nous donne une idée claire de l'ensemble de la situation. La demande d'Israël dans (Nom. 20:17) était autorisée S'ils traversaient le territoire d'Edom par la route royale.

La langue moabite
La langue de Moab n'était qu'un dialecte de l'hébreu, ne différant de l'hébreu biblique que par quelques détails mineurs. La langue moabite ne différait que dialectiquement de l'hébreu, et la religion et la culture moabites étaient très étroitement liées à celles des Israélites.

"L'inscription sur cette pierre dans un degré remarquable complète et corrobore l'histoire du roi Mesha enregistrée dans (2 Kin. 3:4-27). Il apporte la preuve de la connaissance de l'écriture alphabétique dans les pays du Jourdain.

"L'art d'écrire et de lire n'a peut-être pas été une nouveauté. Dès que Mésha a secoué le joug de l'étranger, il érige un monument inscrit en commémoration de ses victoires. . . . C'est la première et la plus naturelle chose à faire pour lui, et il va de soi que le disque aura de nombreux lecteurs. . . . De plus, les formes des lettres telles qu'elles apparaissent sur la pierre moabite montrent que l'écriture alphabétique devait être pratiquée depuis longtemps dans le royaume de Mesha. Ce sont des formes qui présupposent une longue connaissance de l'art de graver des inscriptions sur des pierres, et sont très éloignées des formes à partir desquelles elles ont dû se développer. Ensuite, encore une fois, la langue de l'inscription est remarquable. Entre lui et l'hébreu, les différences sont peu nombreuses et légères. C'est une preuve que les Moabites étaient apparentés aux Israélites par la langue aussi bien que par la race, et que, comme leurs parents, ils avaient adopté l'ancienne « langue de Canaan ». La ressemblance entre les langues de Moab et d'Israël s'étend au-delà des simples idiomes de la grammaire et de la syntaxe. C'est une ressemblance qui existe aussi dans la pensée » (Sayce, Higher Crit. and the Mon., p. 364).

Qu'est-il arrivé aux Moabites ?
Exactement comme la Bible l'avait prédit, les Moabites furent vaincus. Moab était devenu un affluent de l'Assyrie à la fin du VIIIe siècle av. J.-C. et a été conquise par les Babyloniens en 582 av. Leur territoire a été réinstallé par les Nabatéens au IVe-IIIe siècle av.

Isaïe, dans son "Fardeau contre Moab" (Isa. 15-16 25:10), prédit, dans une lamentation poétique, la chute de Moab le réduisant à un petit et faible reste (16:14).

Esa 15:1-3 "Le fardeau contre Moab. Parce que pendant la nuit Ar de Moab est dévasté et détruit, parce que dans la nuit Kir de Moab est dévasté et détruit, Il est monté au temple et à Dibon, sur les hauts lieux pour pleurer. Moab se lamentera sur Nebo et sur Medeba sur toutes leurs têtes sera la calvitie, et toute barbe sera coupée. Dans leurs rues, ils se vêtront d'un sac sur le toit de leurs maisons et dans leurs rues tout le monde se lamentera, pleurant amèrement. » (NKJ)

Esa 25:10-12 "Car sur cette montagne la main de l'Éternel reposera, et Moab sera foulé aux pieds sous lui, comme on foule la paille pour le tas d'ordures. Et Il étendra Ses mains au milieu d'eux comme un nageur tend la main pour nager, et Il fera tomber leur orgueil avec la ruse de leurs mains. La forteresse du haut fort de tes murs, il la renversera, la baissera et la renversera sur le sol, jusqu'à la poussière. (NKJ)

Le nom Moab est devenu un synonyme typique pour les ennemis de Dieu.

La pierre moabite dans le dictionnaire de la Bible de Smith

Pierre Moabite, La
En l'an 1868, le révérend F. Klein, de la Church Missionary Society à Jérusalem, trouva à Dhiban (le Dibon biblique), à ​​Moab, une pierre remarquable, appelée depuis la pierre moabite. Il gisait sur le sol, avec l'inscription en haut, et mesurait environ 3 pieds 9 pouces de long, 2 pieds 4 pouces de large et 1 pied 2 pouces d'épaisseur. C'est un basalte noir très lourd et compact. Une impression a été faite du bloc principal, et de certaines parties récupérées cassées par les Arabes. Il a été brisé par les Arabes, mais les fragments ont été achetés par le gouvernement français pour 32 000 francs, et sont au Louvre à Paris. Le visage gravé a à peu près la forme d'une pierre tombale ordinaire, arrondie au sommet. Sur cette pierre se trouve le récit en caractères phéniciens des guerres de Mésha, roi de Moab, avec Israël. 2R 3:4 Il parle du roi Omri et d'autres noms de lieux et de personnes mentionnés dans la Bible, et appartient à cette période exacte de l'histoire juive et moabite. Les noms donnés sur la pierre moabite, gravés par quelqu'un qui les connaissait dans la vie quotidienne, sont, dans presque tous les cas, identiques à ceux trouvés dans la Bible elle-même, et témoignent de la merveilleuse intégrité avec laquelle les Écritures ont été préservées. "L'inscription se lit comme une feuille tirée d'un livre perdu de Chroniques. Les expressions sont les mêmes, les noms des dieux, des rois et des villes sont les mêmes." --(Voir Rawlinson's "Historical Illustrations" American Cyclopedia and Bibliotheca Sacra, 20 octobre 1870. Article complet

La pierre moabite dans l'encyclopédie biblique - ISBE

PIERRE MOABITE
Un monument érigé à Dibon (Dhiban) par Mesha, roi de Moab (2 R 3:4,5), pour commémorer sa révolte réussie contre Israël et sa conquête du territoire israélite. Elle fut découverte, le 19 août 1868, par un missionnaire allemand, V. Klein, qui n'en prit malheureusement ni copie ni pressage. Il mesurait 3 pieds 10 pouces de haut et 2 pieds de large, avec un sommet semi-circulaire. Le musée de Berlin entra en pourparlers pour son achat, mais tandis que celles-ci avançaient lentement, M. Clermont-Ganneau, alors drogman du consulat de France à Jérusalem, envoya des agents pour prendre des pressions et tenter les Arabes de le vendre pour une somme importante. d'argent. Cela a conduit à l'intervention des fonctionnaires turcs, avec pour résultat qu'en 1869 les Arabes ont allumé un feu sous la pierre, et en versant de l'eau froide dessus, ils l'ont brisée en morceaux qu'ils ont emportés comme des charmes. M. Clermont-Ganneau réussit cependant à en récupérer une grande partie et, à l'aide des pinces, put réécrire la plus grande partie de l'inscription. La dernière et la plus définitive édition du texte a été publiée par les professeurs Smend et Socin en 1886 à partir d'une comparaison des fragments de l'original (maintenant au Louvre) avec les compressions (à Paris et Bale) et des photographies.

On remarquera le caractère biblique de la langue de l'inscription ainsi que l'utilisation de "quarante" pour signifier une durée indéterminée. Comme en Israël, aucune déesse ne semble avoir été vénérée à Moab, puisque la déesse Ashtoreth est privée du suffixe féminin, et s'identifie au mâle Chemosh (Ashtar-Chemosh). Dodah semble avoir été une divinité féminine adorée aux côtés de Yahvé la racine du nom est la même que celle de David et du Carthaginois Didon. Les Arel étaient « les champions » de la divinité (qurart assyrien), traduits par « hommes semblables à des lionnes » dans la version King James (2 Sam 23:20 comparer Isa 33:7). Il y avait un Ophel dans la capitale moabite aussi bien qu'à Jérusalem.
L'alphabet de l'inscription est une forme ancienne du phénicien et ressemble à celui des premières inscriptions grecques. Les mots sont séparés les uns des autres par des points, et les formes courbes de certaines lettres (b, k, l, marge, n) supposent une écriture à l'encre sur papyrus, parchemin ou tessons de poterie.
La révolte de Mésha a eu lieu après la mort d'Achab (2 R 3:5). Lors de la bataille de Qarqar en 854 av. Il semblerait cependant, d'après l'inscription, que Medeba avait déjà été restituée à Mesha, peut-être en échange du paiement régulier de son tribut de 100 000 agneaux et 100 000 béliers avec leur laine (2 R 3 :4). Article complet

La Bible mentionne les "Moabites" et "Moab"

Deutéronome 23:3 - Une Ammonite ou Moabite n'entreront pas dans l'assemblée de l'Éternel jusqu'à leur dixième génération, n'entreront-ils pas pour toujours dans l'assemblée de l'Éternel;

Néhémie 13:1 - Ce jour-là, ils lurent dans le livre de Moïse dans l'auditoire du peuple et il y fut trouvé écrit, que l'Ammonite et le Moabite ne devrait pas entrer dans la congrégation de Dieu pour toujours

1 Chroniques 11:46 - Eliel le Mahavite, et Jeribai, et Joshaviah, les fils d'Elnaam, et Ithmah le Moabite

Juges 3:12 - Et les enfants d'Israël firent de nouveau le mal aux yeux de l'Éternel; et l'Éternel fortifia Eglon, roi de Moab contre Israël, parce qu'ils avaient fait du mal aux yeux de l'Éternel.

Juges 10:6 - Et les enfants d'Israël firent encore du mal aux yeux de l'Éternel, et servirent Baalim, et Ashtaroth, et les dieux de Syrie, et les dieux de Sidon, et les dieux de Moab, et les dieux des fils d'Ammon, et les dieux des Philistins, et abandonnèrent l'Éternel, et ne le servirent pas.

Jérémie 48:36 - C'est pourquoi mon cœur sonnera pour Moab comme des flûtes, et mon cœur sonnera comme des flûtes pour les gens de Kirheres, car les richesses qu'il a acquises ont péri.

2 Rois 3:13 - Et Elisée dit au roi d'Israël : Qu'ai-je à faire avec toi ? va vers les prophètes de ton père et vers les prophètes de ta mère. Et le roi d'Israël lui dit : Non, car l'Éternel a réuni ces trois rois pour les livrer entre les mains de Moab.

Juges 11:17 - Alors Israël envoya des messagers au roi d'Edom, disant : Laisse-moi, je te prie, traverser ton pays ; mais le roi d'Edom n'a pas voulu écouter [cela]. Et de la même manière ils envoyèrent au roi de Moab: mais il ne voulait pas [consentir]: et Israël demeura à Kadès.

2 Rois 3:4 - Et Mesha roi de Moab était un berger et rendit au roi d'Israël cent mille agneaux et cent mille béliers, avec la laine.

2 Chroniques 20:23 - Pour les enfants d'Ammon et Moab se dressa contre les habitants du mont Seir, pour les tuer et les détruire complètement; et quand ils eurent mis fin aux habitants de Seir, chacun contribua à en détruire un autre.

Juges 3:15 - Mais quand les enfants d'Israël crièrent à l'Éternel, l'Éternel leur suscita un libérateur, Ehud, fils de Guéra, un Benjaminite, un homme gaucher; et par lui les enfants d'Israël envoyèrent un présent à Eglon, roi de Moab.

Jérémie 48:11 - Moab a été à l'aise dès sa jeunesse, et il s'est installé sur ses lies, et n'a pas été vidé de vase en vase, il n'est pas allé non plus en captivité : c'est pourquoi son goût est resté en lui, et son odeur n'a pas changé.

Jérémie 27:3 - Et envoie-les au roi d'Edom, et au roi de Moab, et au roi des Ammonites, et au roi de Tyrus, et au roi de Sidon, par la main des messagers qui sont venus à Jérusalem vers Sédécias, roi de Juda

Esaïe 15:8 - Car le cri a fait le tour des frontières de Moab son hurlement à Eglaim, et son hurlement à Beerelim.

Sophonie 2:9 - C'est pourquoi je vis, dit l'Éternel des armées, le Dieu d'Israël, Moab sera comme Sodome, et les enfants d'Ammon comme Gomorrhe, [même] l'élevage d'orties et de salines, et une désolation perpétuelle : le reste de mon peuple les détruira, et le reste de mon peuple les possédera.

2 Samuel 8:2 - Et il a frappé Moab, et les mesura avec une ligne, les jetant à terre même avec deux lignes qu'il mesurait pour les mettre à mort, et avec une ligne pleine pour les garder en vie. Et [ainsi] le Moabites devinrent les serviteurs de David, [et] apportèrent des cadeaux.

Deutéronome 34:8 - Et les enfants d'Israël pleurèrent Moïse dans les plaines de Moab trente jours : ainsi furent terminés les jours de pleurs [et] de deuil pour Moïse.

1 Samuel 12:9 - Et quand ils oublièrent l'Éternel, leur Dieu, il les vendit entre les mains de Sisera, chef de l'armée de Hatsor, et entre les mains des Philistins, et entre les mains du roi de Moab, et ils se sont battus contre eux.

Jérémie 48:33 - Et la joie et l'allégresse sont retirées du champ abondant et du pays de Moab et j'ai fait couler le vin des pressoirs : personne ne marchera en criant [leur] cri [sera] pas de cri.

Jérémie 9:26 - L'Egypte, et Juda, et Edom, et les fils d'Ammon, et Moab, et tous [qui sont] dans les recoins les plus reculés, qui habitent dans le désert; car toutes [ces] nations [sont] incirconcises, et toute la maison d'Israël [sont] incirconcis de coeur.

Jérémie 48:45 - Ceux qui fuyaient se tenaient sous l'ombre de Hesbon à cause de la force; mais un feu sortira de Hesbon, et une flamme du milieu de Sihon, et dévorera le coin de Moab, et la couronne de la tête des tumultueux.

Deutéronome 32:49 - Monte sur cette montagne d'Abarim, [au] mont Nebo, qui [est] dans le pays de Moab, qui est en face de Jéricho et voici le pays de Canaan, que je donne en possession aux enfants d'Israël:

Esaïe 16:4 - Que mes parias habitent avec toi, Moab sois-tu à l'abri de la face du voleur: car le voleur est à la fin, le voleur cesse, les oppresseurs sont consumés hors du pays.

Esaïe 16:14 - Mais maintenant l'Éternel a parlé, disant: Dans trois ans, comme les années d'un mercenaire, et la gloire de Moab sera méprisé avec toute cette grande multitude et le reste [sera] très petit [et] faible.

Juges 3:17 - Et il apporta le présent à Eglon, roi de Moab: et Eglon [était] un très gros homme.

Deutéronome 2:8 - Et quand nous sommes passés de chez nos frères les enfants d'Ésaü, qui habitaient à Séir, par le chemin de la plaine d'Elath et d'Eziongaber, nous avons tourné et passé par le chemin du désert de Moab.

Deutéronome 29:1 - Telles sont les paroles de l'alliance que l'Éternel ordonna à Moïse de conclure avec les enfants d'Israël dans le pays de Moab, à côté de l'alliance qu'il a faite avec eux en Horeb.

2 Samuel 23:20 - Et Benaja, fils de Jehojada, fils d'un homme vaillant, de Kabzeel, qui avait fait beaucoup d'actes, il tua deux hommes lions de Moab: il descendit aussi et tua un lion au milieu d'une fosse au temps de la neige :

1 Rois 11:7 - Alors Salomon construisit un haut lieu pour Kemosh, l'abomination de Moab, dans la colline qui [est] devant Jérusalem, et pour Moloc, l'abomination des fils d'Ammon.

Nombres 22:7 - Et les anciens de Moab et les anciens de Madian partirent avec les récompenses de la divination à la main et ils vinrent vers Balaam, et lui dirent les paroles de Balak.

Ruth 1:22 - Alors Naomi revint, et Ruth la Moabitesse, sa belle-fille, avec elle, qui est revenue du pays de Moab: et ils arrivèrent à Bethléem au début de la moisson de l'orge.

Jérémie 48:1 - Contre Moab ainsi parle l'Éternel des armées, le Dieu d'Israël Malheur à Nébo ! car il est gâté : Kiriathaïm est confondu [et] pris : Misgab est confondu et consterné.

Jérémie 48:28 - O vous qui habitez Moab, quitte les villes, et habite dans le rocher, et sois comme la colombe [qui] fait son nid dans les côtés de la bouche du trou.


Bibliographie sur le culte antique de Baal

Elie, Yahvé et Baal par Gunkel et Hanson, 106 pages, Pub. 2014


Comment s'appelait le père de Mésha, roi de Moab ? - Histoire

Les anciens Moabites
mœurs et coutumes anciennes, vie quotidienne, cultures, terres bibliques


Peinture de Raphaël de Lot et de ses filles fuyant Sodome et Gomorrhe

Les Moabites habitaient du côté est de la mer Morte, et ils ont été une épine constante du côté d'Israël tout au long de l'histoire de l'Ancien Testament. Leur ancêtre d'origine était Moab qui était en fait l'enfant de Lot et sa fille qui a commis l'inceste avec lui parce qu'elle pensait que c'était la fin du monde après avoir été dans la région lorsque Sodome et Gomorrhe ont été détruits par le feu et le soufre du ciel. Une Moabite célèbre mentionnée dans la Bible était Ruth qui est mentionnée dans la généalogie de Jésus-Christ dans Matthieu 1.

Moab était la zone à l'est de la mer Morte, s'étendant vers le nord sur environ 50 milles et à l'intérieur des terres sur environ 30 milles. A l'origine, le territoire de l'ancienne Moab était dominé par une race de géants connus sous le nom d'Emim. Au moment où Moïse est venu dans la région avec les enfants d'Israël, Moab était une région qui s'étendait du ruisseau de Zéred au sud et du fleuve Arnon au nord. Au cours de la période de l'histoire de l'Ancien Testament, il y avait de nombreuses villes dans cette région, et nous le savons par les Écritures et aussi par la célèbre pierre moabite. Les villes mentionnées étaient Dibon, Nebo, Beth-diblaim, Kerioth et Zoar. Selon la Bible dans Genèse 19:30-37, le neveu d'Abraham, Lot, a été incité à commettre un inceste avec sa fille. Sa fille avait cru que la fin du monde était arrivée à cause de la destruction de Sodome et de Gomorrhe, et elle et sa sœur enivrèrent son père et couchèrent avec lui. Son enfant s'appelait Moab et il était le père des Moabites. Moab était une épine constante et du côté d'Israël, et leur relation était marquée par une inimitié constante.

Et l'Éternel me dit: N'afflige pas les Moabites, et ne combats pas avec eux dans la bataille; car je ne te donnerai pas leur pays en possession, parce que j'ai donné Ar aux enfants de Lot en possession. - Deutéronome 2:9

Moïse et les Moabites

Tout a commencé avec Balak le roi de Moab lorsqu'il a engagé un devin mésopotamien nommé à Balaam pour saboter les Israélites (Nombres 22,24).

Les Juges et les Moabites

À l'époque des juges d'Israël, les Moabites avaient constamment opprimé les Israélites pendant 18 ans, jusqu'à ce qu'Eglon, le roi de Moab, soit finalement assassiné par Ehud, l'un des juges israélites (Juges 3:12-30).

David et les Moabites

À l'époque du roi David, les Moabites étaient vassaux d'Israël (2 Samuel 8:2) et ils sont restés vassaux jusqu'à ce que la guerre civile éclate entre Israël et Juda, cela a donné aux Moabites l'occasion idéale de se révolter.

Israël et les Moabites

Plus tard, le roi Omri du royaume du nord d'Israël a reconquis Moab. Mais ce n'était pas la fin de leurs conflits avec les Moabites, car plusieurs fois de graves problèmes se développèrent entre les Moabites et les Israélites.

Histoire ultérieure des Moabites

Lorsque le royaume du sud de Juda est finalement tombé sous le pouvoir des Babyloniens et du roi Nabuchodonosor, Moab a fui la région et au fil du temps, leur identité a été perdue. (Voir carte)

LA TERRE DE MOAB s'étendait à l'est et au sud-est de la mer Morte, et principalement au sud du fleuve Arnon. A une certaine époque, cependant, elle s'étendait au nord jusqu'au Jabbok, et pendant longtemps la région au-delà du Jourdain en face de Jéricho conserva le nom de " les plaines de Moab". rites obscènes, et parfois avec des sacrifices humains. A l'approche d'Israël d'Egypte, les Moabites ont agi avec une grande inhumanité, (Nom. 22:24 Deut. 2:8, 9) et bien que Dieu les ait épargnés de la conquête, il les a exclus ainsi que leur postérité jusqu'à la dixième génération de les privilèges particuliers de son peuple. Les Moabites descendaient de Moab, fils de Lot. - Géographie ancienne


Carte du territoire des anciens moabites à l'est de la mer Morte

Contexte de l'événement
Après qu'Abraham et Lot aient décidé de se séparer, Abraham lui a donné le choix de la partie du pays dans laquelle il aimerait habiter, et Abraham habiterait dans l'autre partie du pays. Lot montre la belle vallée luxuriante du Jourdain, la ville de Sodome. Sodome s'est avérée être une ville très méchante, et un jour, trois étrangers sont venus rendre visite à Abraham alors qu'il était à Mamré. L'un des étrangers s'est avéré être le SEIGNEUR lui-même, et il a parlé à Abraham de ses plans pour détruire les villes de Sodome et Gomorrhe. Abraham s'est opposé à cela et il a intercédé pour les villes, demandant au Seigneur pourquoi il détruirait les justes avec les méchants. Mais les villes étaient trop méchantes et allaient être détruites, mais le neveu d'Abraham, Lot et sa famille ont été épargnés.

L'inceste de Lot
Lot et ses filles se sont d'abord réfugiés dans le village de Zoar, mais ils craignaient la possibilité de nouvelles destructions et ont déménagé vers un terrain plus élevé dans les montagnes. La Bible rapporte que Lot a commis un inceste avec ses filles et que les enfants qui leur sont nés étaient Moab et Ben Ammi dont les descendants étaient les Moabites et les Ammonites de la Bible. Il est intéressant de noter que Ruth était une Moabite et qu'elle était l'arrière-grand-mère du roi David, et qu'elle était mentionnée dans la généalogie de Jésus au chapitre un de Matthieu.


La mer Morte avec l'ancien territoire moabite au loin

Le territoire des Moabites dans l'Antiquité
Moab antique

Moabites dans le dictionnaire biblique d'Easton
la postérité du père, ou, selon d'autres, la terre désirable, le fils aîné de Lot (Gen. 19:37), de naissance incestueuse. (2.) Utilisé pour désigner le peuple de Moab (Nom. 22:3-14 Judg. 3:30 2 Sam. 8:2 Jér. 48:11, 13). (3.) Le pays de Moab (Jér. 48:24), appelé aussi le "pays de Moab" (Ruth 1:2, 6 2:6), à l'est du Jourdain et de la mer Morte, et au sud de l'Arnon ( Nombres 21:13, 26). Dans un sens plus large, il comprenait toute la région qui avait été occupée par les Amorites. Il porte le nom moderne de Kerak. Dans les plaines de Moab, en face de Jéricho (Nom. 22:1 26:63 Jos. 13:32), les enfants d'Israël avaient leur dernier campement avant d'entrer dans le pays de Canaan. Il était à cette époque en possession des Amoréens (Nom. 21:22). « Moïse monta des plaines de Moab jusqu'à la montagne de Nébo, au sommet du Pisga », et « y mourut dans le pays de Moab, selon la parole de l'Éternel » (Deut. 34:5, 6). "Sûrement si nous n'avions rien d'autre pour nous intéresser dans la terre de Moab, le fait que c'était du haut de Pisgah, sa hauteur la plus noble, ce plus puissant des prophètes regardait d'un œil non obscurci la terre promise qu'il était ici sur Nebo , sa plus haute montagne, qu'il est mort de sa mort solitaire qu'il était ici, dans la vallée face à Beth-Peor, il a trouvé son mystérieux sépulcre, nous en avons assez pour enchâsser le souvenir dans nos cœurs." Lire l'article complet

Moabites dans le dictionnaire biblique de Fausset
("du père"), c'est-à-dire la progéniture incestueuse de la fille aînée de Lot, près de Zoar, S.E. de la mer Morte (Genèse 19:37). A l'origine, les Moabites habitaient à l'est de la mer Morte, d'où ils chassèrent les Emims. Leur territoire était de 40 miles de long, 12 de large, le Belka ou Kerak moderne (Deutéronome 2:10-11). Par la suite, Sihon, roi des Amoréens, les chassa au sud de la rivière Amon, maintenant l'oued el Mojib (Nombres 21:13 Nombres 21:26-30 Juges 11:13 Juges 11:18), qui était désormais leur limite nord. Il était interdit à Israël de se mêler d'eux (Juges 11:9 Juges 11:19) à cause du lien de sang avec Lot, le neveu d'Abraham, car Jéhovah a donné Ar aux enfants de Lot, ayant dépossédé le géant Emims. Ce n'est que lorsque Moab a séduit Israël à l'idolâtrie et à l'impureté (Nombres 25) et a engagé Balaam pour les maudire, qu'ils ont été exclus de la congrégation de Jéhovah jusqu'à la dixième génération (Deutéronome 23 :3-4). Ammon était plus itinérant que Moab et occupait les pâturages au N.E. en dehors des montagnes. Moab était plus ancré dans ses habitudes et restait plus près du siège d'origine de Tsoar. Son territoire après la conquête amorite était circonscrit, mais bien fortifié par la nature (Nombres 21:20, marge) appelé "le champ de Moab" (Rth 1:1-63, et "le coin de Moab" (Nombres 24:17 Jérémie 48:45) . Le pays au nord de l'Arnon, en face de Jéricho atteignant Galaad, était plus ouvert de vastes plaines ressemblant à des prairies brisées par des proéminences rocheuses "le pays de Moab" (Deutéronome 1:5 Deutéronome 32:49). En outre, il y avait l'Arboth Moab, "les plaines ( vallée plutôt profonde) de Moab, "la vallée sèche et engloutie du Jourdain (Nombres 22:1). À l'extérieur des collines entourant Moab proprement dit au sud-est se trouvent les pâturages incultes appelés midbar, "désert" faisant face à Moab (Nombres 21:11). C'est par lui qu'Israël avança. Le cantique (Exode 15:15) à la mer Rouge mentionne d'abord la nation, " Le tremblement s'emparera des hommes puissants de Moab. " La demande d'Israël pour un passage à travers Edom et Moab, et la liberté d'acheter du pain et de l'eau, a été refusée (Juges 11:17 Nombres 20:14-21). Dans la marche détournée d'Israël autour des deux royaumes, ils leur vendirent enfin du pain et de l'eau, quand cela convenait à leurs propres fins égoïstes et quand ils ne pouvaient pas empêcher la marche d'Israël (Deutéronome 2:28-29 Deutéronome 23:3-4). L'exclusion d'un Moabite de la congrégation interdisait seulement sa naturalisation, pas sa demeure en Israël ni un Israélite épousant une Moabite. Ruth épousa le fils de Naomi, mais devint prosélyte. Il est clair que la loi d'exclusion n'aurait jamais pu être écrite après l'époque de David, dont l'arrière grand-mère était une Moabite. Israël occupait le pays au nord de l'Arnon que Moab venait de perdre au profit de Sihon, et qu'Israël lui avait arraché à son tour, et avec sa force principale était descendu du niveau supérieur vers les plaines de Shittim, l'Arboth Moab, dans le Jourdain vallée, lorsque Balak, alarmé par son territoire déjà diminué, incita les « anciens » madianites à le rejoindre et à embaucher Balak virtuellement, mais jamais réellement, « en guerre contre Israël » (Josué 24 :9 Juges 11 :25). Les filles de Moab, mentionnées dans Nombres 25:1, étaient celles avec lesquelles Israël « a commencé à se prostituer », mais la principale culpabilité était celle de Madian, et sur Madian est tombée la vengeance (Nombres 25:16-18 Nombres 31:1-18). Les rites licencieux de Moab ont fourni l'occasion, mais Madian était l'agent actif dans la corruption du peuple. Balak (contraste, "l'ancien roi de Moab", Nombres 21:26) n'était probablement pas un roi héréditaire mais un Madianite dont les Madianites profitaient. Lire l'article complet

Moabites dans le dictionnaire biblique d'Hitchcock
leur secret leur ciment Lire l'article complet

Moabites dans la Bible d'actualité de Naves
1. Fils de Lot Gn 19:37 -2. Les plaines des Israélites viennent en De 2:17,18 Les forces militaires numérotées en Nu 26:3,63 La loi répétée en, par Moïse Nu 35 36 De 29 30 31 32 33 Les Israélites renouvellent leur alliance en De 29:1 La terre de promesse attribuée à Jos 13:32 Lire l'article complet

Moabites dans Smith's Bible Dictionary
(de son père), Mo'abites. Moab était le fils de la fille aînée de Lot, l'ancêtre des Moabites. Zoar était le berceau de la race de Lot. A partir de ce centre, les tribus frères se sont propagées. Les Moabites ont d'abord habité les riches hautes terres qui couronnent le côté oriental du gouffre de la mer Morte, s'étendant au nord jusqu'à la montagne de Galaad, d'où ils ont expulsé les Emims, les habitants d'origine, De 2:11 mais ils étaient eux-mêmes ensuite chassés vers le sud par les belliqueux Amoréens, qui avaient traversé le Jourdain et étaient confinés dans le pays au sud du fleuve Arnon, qui formait leur frontière nord. Nu 21:13 Jud 11:18 Le territoire occupé par Moab à la période de sa plus grande étendue, avant l'invasion des Amoréens, s'est naturellement divisé en trois parties distinctes et indépendantes :-- (1) Le coin fermé ou canton au sud de l'Arnon était le "champ de Moab". De 1:5 32:49 etc. (3) Le district englouti dans les profondeurs tropicales de la vallée du Jourdain. Nu 22:1 etc. Les Israélites, en entrant dans la terre promise, ne passèrent pas par les Moabites, Jud 11:18 mais conquirent les Amorites, qui occupaient le pays dont les Moabites avaient été si récemment expulsés. Après la conquête de Canaan, les relations de Moab avec Israël étaient mixtes, tantôt guerrières, tantôt pacifiques. Avec la tribu de Benjamin, ils ont eu au moins une lutte acharnée, en union avec leurs parents les Ammonites. Jud 3:12-30 L'histoire de Ruth, d'autre part, témoigne de l'existence d'une relation amicale entre Moab et Bethléem, l'une des villes de Juda. Par sa descendance de Ruth, on peut dire que David avait du sang moabite dans ses veines. Il confia ses parents à la protection du roi de Moab, lorsqu'il fut durement pressé par Saül. 1Sa 22:3,4 Mais ici, toutes les relations amicales s'arrêtent pour toujours. La prochaine fois que le nom est mentionné, c'est dans le récit de la guerre de David, qui a fait des Moabites un affluent. 2Sa 8:2 1Ch 18:2 Lors de la perturbation du royaume, Moab semble être tombé dans le royaume du nord. A la mort d'Achab, les Moabites refusèrent de payer tribut et affirmèrent leur indépendance, faisant la guerre au royaume de Juda. 2Ch 22:1 . Comme conséquence naturelle des derniers événements, Israël, Juda et Édom se sont unis dans une attaque contre Moab, entraînant le renversement complet des Moabites. Se repliant dans leur propre pays, ils ont été suivis et leurs villes et leurs fermes détruites. Enfin, enfermé dans les murs de sa propre capitale, le roi Mesha, à la vue des milliers de personnes qui couvraient les parois de ce vaste amphithéâtre, tua et brûla son enfant en sacrifice propitiatoire aux dieux cruels de son pays. Isaïe, ch. Isa 15,16,25:10-12 prédit l'anéantissement total des Moabites et ils sont fréquemment dénoncés par les prophètes suivants. Pour la religion des Moabites, voir CHEMOSH MOLECH PEOR. Voir aussi le "Land of Moab de Tristram." État actuel. --(Noldeke dit que l'extinction des Moabites était d'environ 200 après J. de Kir-moab, a fait place à Kerak, son nom moderne. Sur toute la région sont dispersées de nombreuses ruines de villes anciennes et tandis que le pays est presque dénudé d'une plus grande végétation, c'est encore un riche pâturage, avec des champs occasionnels de La terre témoigne ainsi de sa richesse et de son pouvoir d'antan. --ED.) Lire l'article complet

Moabites dans l'encyclopédie biblique ISBE
mo'-ab, mo'-ab-its (Moab, mo'abh, pierre moabite, M-'-B grec (septante) Moab, il Moabeitis, Moabitis Moabite, mo'abhi Moabites, bene mo'abh): 1 Le pays : Moab était le district à l'est de la mer Morte, s'étendant d'un point situé à une certaine distance au nord de celle-ci jusqu'à son extrémité sud. La frontière orientale était indéfinie, étant la frontière du désert qui est irrégulière. La longueur du territoire était d'environ 50 milles et la largeur moyenne d'environ 30. C'est un haut plateau, d'une moyenne de 3 000 pieds au-dessus du niveau de la Méditerranée et de 4 300 pieds au-dessus de celui de la mer Morte. L'aspect du terrain, tel qu'on le regarde du côté occidental de la mer Morte, est celui d'une chaîne de montagnes avec un front très escarpé, mais l'élévation de cette crête au-dessus de l'intérieur est très faible. Des gouffres profonds descendent du plateau jusqu'au rivage de la mer Morte, le principal étant la gorge de la rivière Arnon, qui a environ 1 700 pieds de profondeur et 2 milles ou plus de largeur au niveau du plateau, mais très étroite au niveau du fond et avec des rives extrêmement escarpées. À environ 13 milles en arrière de l'embouchure de la rivière, la gorge se divise, et plus loin elle se subdivise, de sorte que plusieurs vallées se forment de moins en moins de profondeur à mesure qu'elles s'approchent de la frontière du désert. Celles-ci sont désignées dans Nu 21:14 comme les "vallées de l'Arnon". long ou profond que l'Arnon, est de même nature dans son cours inférieur, très difficile à traverser, se divisant en deux branches, mais à un point beaucoup plus près de la mer. Le ruisseau n'est pas aussi gros que l'Arnon, mais il est assez abondant, même en été. Ces gorges ont des flancs si escarpés qu'il serait très difficile à une armée de les franchir, sauf dans leurs cours supérieurs près du désert où elles deviennent peu profondes. Les Israélites les passèrent dans cette région, probablement le long de l'actuelle route du Hajj et de la ligne du chemin de fer de la Mecque. Le plateau est fertile mais manque d'eau. Les fontaines et les ruisseaux dans les vallées et sur les pentes vers la mer Morte sont abondants, mais les hautes terres sont presque dépourvues d'eau courante. Les habitants s'approvisionnent au moyen de citernes, dont beaucoup sont anciennes, mais beaucoup de celles utilisées dans les temps anciens sont en ruine. La population devait être beaucoup plus nombreuse autrefois qu'aujourd'hui. Les précipitations sont généralement suffisantes pour faire mûrir les cultures, bien qu'elles ne tombent qu'en hiver. La fertilité du pays dans les temps anciens est indiquée par les nombreuses villes et villages connus pour y avoir existé, mentionnés dans l'Écriture et sur la pierre moabite, cette dernière en donnant quelques-unes introuvables ailleurs. Les principaux d'entre eux étaient : Ar (Nu 21:15) Ataroth, Dibon, Jazer, Nimrah, Nebo (Nu 32:3) Beth-peor (Dt 3:29) Beth-diblaim, Bozrah, Kerioth (Jer 48:22- 24) Kir (Isa 15:1) Medeba, Elealeh, Zoar (Isa 15:2,4,5) Kirheres (Isa 16:11) Sibmah (Jos 13:19) en tout, quelque 45 noms de lieux à Moab sont connus , la plupart des villes étant en ruines. Kir de Moab est représenté dans le Kerak moderne, le plus important de tous et le centre gouvernemental du district. Madeba représente maintenant l'ancienne Medeba, et s'est fait remarquer pour la découverte d'une carte médiévale d'Israël, en mosaïque, d'une valeur archéologique considérable. Rabbath-moab et Heshbon (Rabba et Hesban modernes) sont des villages misérables, et le pays est soumis aux incursions des tribus bédouines du désert voisin, ce qui décourage l'agriculture. Mais la terre est encore un bon pâturage pour le bétail et les moutons, comme dans les temps anciens (Nu 32:3,4). 2.Le Peuple : Les Moabites étaient de souche sémitique et de parenté avec les Hébreux, comme l'indique leur descendance de Lot, le neveu d'Abraham (Gen 19:30-37), et par leur langue qui est pratiquement la même que l'hébreu . Cela ressort clairement de l'inscription. Lire l'article complet

La Bible mentionne le Moabites Souvent

2 Rois 23:13 - Et les hauts lieux qui [étaient] devant Jérusalem, qui [étaient] à la droite du mont de la corruption, que Salomon, roi d'Israël, avait bâti pour Ashtoreth, l'abomination des Sidoniens, et pour Kemosh, l'abomination des Moabites, et pour Milcom, l'abomination des fils d'Ammon, le roi souillé.

2 Rois 24:2 - Et l'Éternel envoya contre lui des bandes de Chaldéens, et des bandes de Syriens, et des bandes de Moabites, et des bandes des fils d'Ammon, et les envoya contre Juda pour le détruire, selon la parole de l'Éternel, qu'il avait dite par ses serviteurs les prophètes.

2 Samuel 8:2 - Et il frappa Moab, et les mesura avec une ligne, les jetant à terre, même avec deux lignes mesurées pour les mettre à mort, et avec une ligne pleine pour les garder en vie. Et [ainsi] le Moabites sont devenus les serviteurs de David, [et] ont apporté des cadeaux.

Esdras 9:1 - Or, quand ces choses furent faites, les princes vinrent vers moi, disant : Le peuple d'Israël, et les sacrificateurs, et les Lévites, ne se sont pas séparés du peuple des pays, [agissant] selon leurs abominations, [même ] des Cananéens, des Hittites, des Perizzites, des Jébuséens, des Ammonites, des Moabites, les Egyptiens et les Amorites.

1 Rois 11:33 - Parce qu'ils m'ont abandonné et qu'ils ont adoré Ashtoreth la déesse des Sidoniens, Kemosh le dieu de la Moabites, et Milcom le dieu des enfants d'Ammon, et n'ont pas marché dans mes voies, pour faire [ce qui est] droit à mes yeux, et [garder] mes statuts et mes jugements, comme [a fait] David son père.

1 Rois 11:1 - Mais le roi Salomon aimait beaucoup de femmes étrangères, ainsi que la fille de Pharaon, les femmes du Moabites, Ammonites, Edomites, Sidoniens, [et] Hittites

Deutéronome 2:9 - Et l'Éternel me dit: Ne t'afflige pas Moabites, ne les affronte pas dans la bataille, car je ne te donnerai pas de leur pays [pour] une possession parce que j'ai donné Ar aux enfants de Lot [pour] une possession.

Deutéronome 2:29 - (Comme les enfants d'Ésaü qui habitent à Séir, et les Moabites qui habitent à Ar, m'a fait) jusqu'à ce que je passe le Jourdain dans le pays que l'Éternel notre Dieu nous donne.

2 Rois 3:22 - Et ils se levèrent tôt le matin, et le soleil brillait sur l'eau, et le Moabites vu l'eau de l'autre côté [aussi] rouge que le sang:

Nombres 22:4 - Et Moab dit aux anciens de Madian : Maintenant cette troupe va lécher tout ce qui est autour de nous, comme le bœuf lèche l'herbe des champs. Et Balak, fils de Tsippor, [était] roi de la Moabites à ce moment-là.

Juges 3:28 - Et il leur dit : Suivez-moi, car l'Éternel a délivré vos ennemis les Moabites dans ta main. Et ils descendirent après lui, et prirent les gués du Jourdain vers Moab, et ne laissèrent pas passer un homme.

2 Rois 3:21 - Et quand tous les Moabites apprirent que les rois étaient montés pour combattre contre eux, ils rassemblèrent tous ceux qui pouvaient porter des armures, et en haut, et se tinrent à la frontière.

2 Rois 13:20 - Et Elisée est mort, et ils l'ont enterré. Et les bandes de Moabites envahi le pays au début de l'année.

2 Rois 3:18 - Et ceci n'est [mais] qu'une chose légère aux yeux de l'Éternel : il délivrera le Moabites aussi dans ta main.

1 Chroniques 18:2 - Et il frappa Moab et le Moabites sont devenus les serviteurs de David, [et] ont apporté des cadeaux.

Genèse 19:37 - Et le premier-né enfanta un fils, et appela son nom Moab : le même [est] le père du Moabites jusqu'à ce jour.

Deutéronome 2:11 - Qui aussi étaient comptés comme des géants, comme les Anakims mais les Moabites appelez-les Emims.

2 Rois 3:24 - Et quand ils arrivèrent au camp d'Israël, les Israélites se levèrent et frappèrent le Moabites, de sorte qu'ils s'enfuirent devant eux; mais ils avancèrent en frappant le Moabites, même dans [leur] pays.


La Bible mentionne mentionne également Moab

Juges 3:12 - Et les enfants d'Israël firent de nouveau le mal aux yeux de l'Éternel; et l'Éternel fortifia Eglon, roi de Moab contre Israël, parce qu'ils avaient fait du mal aux yeux de l'Éternel.

Juges 10:6 - Et les enfants d'Israël firent encore du mal aux yeux de l'Éternel, et servirent Baalim, et Ashtaroth, et les dieux de Syrie, et les dieux de Sidon, et les dieux de Moab, et les dieux des fils d'Ammon, et les dieux des Philistins, et abandonnèrent l'Éternel, et ne le servirent pas.

Jérémie 48:36 - C'est pourquoi mon cœur sonnera pour Moab comme des flûtes, et mon cœur sonnera comme des flûtes pour les gens de Kirheres, car les richesses qu'il a acquises ont péri.

2 Rois 3:13 - Et Elisée dit au roi d'Israël : Qu'ai-je à faire avec toi ? va vers les prophètes de ton père et vers les prophètes de ta mère. Et le roi d'Israël lui dit : Non, car l'Éternel a réuni ces trois rois pour les livrer entre les mains de Moab.

Juges 11:17 - Alors Israël envoya des messagers au roi d'Edom, disant : Laisse-moi, je te prie, traverser ton pays ; mais le roi d'Edom n'a pas voulu écouter [cela]. Et de la même manière ils envoyèrent au roi de Moab: mais il ne voulait pas [consentir]: et Israël demeura à Kadès.

2 Rois 3:4 - Et Mesha roi de Moab était un berger et rendit au roi d'Israël cent mille agneaux et cent mille béliers, avec la laine.

2 Chroniques 20:23 - Pour les enfants d'Ammon et Moab se dressa contre les habitants du mont Seir, pour les tuer et les détruire complètement; et quand ils eurent mis fin aux habitants de Seir, chacun contribua à en détruire un autre.

Juges 3:15 - Mais quand les enfants d'Israël crièrent à l'Éternel, l'Éternel leur suscita un libérateur, Ehud, fils de Guéra, un Benjaminite, un homme gaucher; et par lui les enfants d'Israël envoyèrent un présent à Eglon, roi de Moab.

Jérémie 48:11 - Moab a été à l'aise dès sa jeunesse, et il s'est installé sur ses lies, et n'a pas été vidé de vase en vase, il n'est pas allé non plus en captivité : c'est pourquoi son goût est resté en lui, et son odeur n'a pas changé.

Jérémie 27:3 - Et envoie-les au roi d'Edom, et au roi de Moab, et au roi des Ammonites, et au roi de Tyrus, et au roi de Sidon, par la main des messagers qui sont venus à Jérusalem vers Sédécias, roi de Juda

Esaïe 15:8 - Car le cri a fait le tour des frontières de Moab son hurlement à Eglaim, et son hurlement à Beerelim.

Sophonie 2:9 - C'est pourquoi je vis, dit l'Éternel des armées, le Dieu d'Israël, Moab sera comme Sodome, et les enfants d'Ammon comme Gomorrhe, [même] l'élevage d'orties et de salines, et une désolation perpétuelle : le reste de mon peuple les détruira, et le reste de mon peuple les possédera.

2 Samuel 8:2 - Et il a frappé Moab, et les mesura avec une ligne, les jetant à terre même avec deux lignes qu'il mesurait pour les mettre à mort, et avec une ligne pleine pour les garder en vie. Et [ainsi] le Moabites devinrent les serviteurs de David, [et] apportèrent des cadeaux.

Deutéronome 34:8 - Et les enfants d'Israël pleurèrent Moïse dans les plaines de Moab trente jours : ainsi furent terminés les jours de pleurs [et] de deuil pour Moïse.

1 Samuel 12:9 - Et quand ils oublièrent l'Éternel, leur Dieu, il les vendit entre les mains de Sisera, chef de l'armée de Hatsor, et entre les mains des Philistins, et entre les mains du roi de Moab, et ils se sont battus contre eux.

Jérémie 48:33 - Et la joie et l'allégresse sont retirées du champ abondant et du pays de Moab et j'ai fait couler le vin des pressoirs : personne ne marchera en criant [leur] cri [sera] pas de cri.

Jérémie 9:26 - L'Egypte, et Juda, et Edom, et les fils d'Ammon, et Moab, et tous [qui sont] dans les recoins les plus reculés, qui habitent dans le désert; car toutes [ces] nations [sont] incirconcises, et toute la maison d'Israël [sont] incirconcis de coeur.

Jérémie 48:45 - Ceux qui fuyaient se tenaient sous l'ombre de Hesbon à cause de la force; mais un feu sortira de Hesbon, et une flamme du milieu de Sihon, et dévorera le coin de Moab, et la couronne de la tête des tumultueux.

Deutéronome 32:49 - Monte sur cette montagne d'Abarim, [au] mont Nebo, qui [est] dans le pays de Moab, qui est en face de Jéricho et voici le pays de Canaan, que je donne en possession aux enfants d'Israël:

Esaïe 16:4 - Que mes parias habitent avec toi, Moab sois-tu à l'abri de la face du voleur: car le voleur est à la fin, le voleur cesse, les oppresseurs sont consumés hors du pays.

Esaïe 16:14 - Mais maintenant l'Éternel a parlé, disant: Dans trois ans, comme les années d'un mercenaire, et la gloire de Moab sera méprisé avec toute cette grande multitude et le reste [sera] très petit [et] faible.

Juges 3:17 - Et il apporta le présent à Eglon, roi de Moab: et Eglon [était] un très gros homme.

Deutéronome 2:8 - Et quand nous sommes passés de chez nos frères les enfants d'Ésaü, qui habitaient à Séir, par le chemin de la plaine d'Elath et d'Eziongaber, nous avons tourné et passé par le chemin du désert de Moab.

Deutéronome 29:1 - Telles sont les paroles de l'alliance que l'Éternel ordonna à Moïse de conclure avec les enfants d'Israël dans le pays de Moab, à côté de l'alliance qu'il a faite avec eux en Horeb.

2 Samuel 23:20 - Et Benaja, fils de Jehojada, fils d'un homme vaillant, de Kabzeel, qui avait fait beaucoup d'actes, il tua deux hommes lions de Moab: il descendit aussi et tua un lion au milieu d'une fosse au temps de la neige :

1 Rois 11:7 - Alors Salomon construisit un haut lieu pour Kemosh, l'abomination de Moab, dans la colline qui [est] devant Jérusalem, et pour Moloc, l'abomination des fils d'Ammon.

Nombres 22:7 - Et les anciens de Moab et les anciens de Madian partirent avec les récompenses de la divination à la main et ils vinrent vers Balaam, et lui dirent les paroles de Balak.

Ruth 1:22 - Alors Naomi revint, et Ruth la Moabitesse, sa belle-fille, avec elle, qui est revenue du pays de Moab: et ils arrivèrent à Bethléem au début de la moisson de l'orge.

Jérémie 48:1 - Contre Moab ainsi parle l'Éternel des armées, le Dieu d'Israël Malheur à Nébo ! car il est gâté : Kiriathaïm est confondu [et] pris : Misgab est confondu et consterné.

Jérémie 48:28 - O vous qui habitez Moab, quitte les villes, et habite dans le rocher, et sois comme la colombe [qui] fait son nid dans les côtés de la bouche du trou.


Plus de ressources moabites anciennes

Étude biblique et foi

"La Bible est la possession la plus inestimable de la race humaine." - Henry H. Halley

« Ce manuel est consacré à la proposition selon laquelle chaque chrétien devrait être un lecteur constant et dévoué de la Bible, et que la tâche principale de l'église et du ministère est de diriger, de favoriser et d'encourager leur peuple à prendre l'habit. »

« La vigueur de notre vie spirituelle sera en proportion exacte de la place qu’occupe la Bible dans notre vie et nos pensées ».

« Grande a été la bénédiction d'une étude quotidienne consécutive, assidue. Je le considère comme un jour perdu où je n'ai pas passé un bon moment avec la parole de Dieu." - George Muller

" J'ai prié pour la foi et j'ai pensé qu'un jour la foi viendrait et me frapperait comme la foudre. Mais la foi ne semblait pas venir. Un jour, j'ai lu dans le chapitre 10 de Romains, 'Maintenant la foi vient en entendant, et en entendant par la parole de Dieu.' J'avais fermé ma Bible et prié pour la foi. J'ai maintenant ouvert ma Bible et j'ai commencé à étudier, et la foi n'a cessé de grandir depuis." - D. L. Moody

-H. H. Halley "Halley's Bible Handbook" (Grand Rapids: Zondervan, 1960) p. 4, 6

Étude archéologique de la Bible

"Une preuve substantielle de l'exactitude du texte de l'Ancien Testament est venue de l'archéologie. De nombreuses découvertes ont confirmé l'exactitude historique des documents bibliques, jusqu'aux noms obsolètes de rois étrangers. Plutôt qu'une manifestation d'ignorance complète des faits de son époque, le récit biblique reflète ainsi une grande connaissance de l'écrivain de son époque, ainsi qu'une précision dans la transmission textuelle.

-Norman L. Geisler, William Nix "A General Introduction to the Bible" 5th Edition (Chicago : Moody Press 1983) p. 253


Les villes du nord de Moab

La majeure partie de l'inscription est consacrée au succès de Mesha dans la reconquête des terres de Medeba, le territoire contesté au nord des gorges de l'Arnon. Il prétend avoir ajouté 100 villes à son territoire au moyen de sa fidèle armée de Dibon :

[Et] les hommes de Dibon étaient équipés pour la guerre parce que tout Dibon était obéissant. Et j'ai régné sur une centaine de villes que j'ai ajoutées au pays (lignes 28-29).

Quelque 12 villes du pays de Medeba sont mentionnées, toutes connues de l'Ancien Testament.

« Je suis Mesha … la Dibonite » (ligne 1)

Plus loin dans l'inscription, il dit :

J'ai construit Qeriho : le mur du parc et le mur de l'acropole et j'ai construit ses portes, et j'ai construit ses tours et j'ai construit la maison du roi et j'ai fait des banques pour le réservoir d'eau à l'intérieur de la ville et il n'y avait pas de citerne à l'intérieur du ville, à Qeriho, et j'ai dit à tout le peuple : « Faites-vous chacun une citerne dans sa maison » et j'ai creusé les fossés pour Qeriho avec des prisonniers d'Israël (lignes 21-26).

Depuis que Mesha a érigé sa stèle pour honorer Chemosh dans « ce haut lieu de Chemosh à Qeriho », et depuis que la stèle a été trouvée à Dhiban, identifiée comme étant l'ancien Dibon, la plupart des érudits pensent que Qeriho était le nom de la citadelle royale de Dibon. Notez que des captifs israélites ont été utilisés pour couper le bois utilisé pour construire Qeriho.

Dibon a été capturé des Amorites par Israël (Nombres 21:21-25, 31) et assigné à la tribu de Ruben (Jos. 13:17). Mais évidemment il a été réaffecté à la tribu de Gad, puisque Gad a construit la ville (Nom. 32:34) et elle s'appelait « Dibon de Gad » (Nom. 33:45, 46).

Le site de Dhiban a été fouillé en 1950-1956 et 1965. Un mur d'enceinte et une porte d'entrée ont été trouvés, ainsi qu'un grand podium qui, selon les fouilleurs, soutenait le quartier royal construit par Mesha. De plus, un texte de l'époque de Mesha a été trouvé qui fait référence au « temple de Che[mosh] », et près de 100 citernes ont été trouvées sur le site et dans les environs, probablement en réponse à la directive de Mesha de « faites-vous chacun une citerne dans sa maison » (lignes 24-25).

Dans sa prophétie contre Moab, Isaïe déclare : « Dibon monte vers son temple, vers ses hauts lieux pour pleurer » (15 : 2, NIV). Jérémie a prédit que les villes fortifiées de Dibon seraient ruinées (48:18 cf. 48:21-22).

"Et j'ai construit Baal Meon, et j'y ai fait un réservoir" (ligne 9)

Baal Meon a été attribué aux Rubénites (Jos. 13:17, où il est appelé Beth Baal Meon), et construit par eux (Nom. 32:38). Un ostracon [un tesson inscrit] du VIIIe siècle av. Jérémie a prédit que le jugement de Dieu viendrait sur la ville (48:23, où elle est appelée Beth Meon). Ézéchiel a déclaré que Dieu exposerait le flanc de Moab, en commençant par ses villes frontalières, y compris Baal Meon (25:9). On pense qu'il est situé à Kh. Ma'in, à 8 km au sud-ouest de l'actuelle Madaba, qui n'a pas été fouillée.

Vers la fin de l'inscription, Baal Meon est mentionné à nouveau lorsque Mesha enregistre,

« Et j'ai bâti… le temple de Baal Meon et j'y ai établi […] les brebis du pays » (vers 29-31).

La référence aux moutons est significative, car elle reflète l'occupation principale du peuple de Moab, en accord avec la Bible. 2 Rois 3:4 nous dit,

Mesha, roi de Moab, élevait des moutons, et il devait fournir au roi d'Israël 100 000 agneaux et la laine de 100 000 béliers.

"Et j'ai construit Kiriathaim" (lignes 9-10)

Kiriathaim était une autre ville attribuée aux Rubénites et construite par eux (Josué 13:19 Num. 32:37). Jérémie a prédit que la ville serait déshonorée et capturée (48:1), et Ézéchiel a déclaré que Dieu exposerait le flanc de Moab, en commençant par ses villes frontalières, y compris Kiriathaïm (25:9). Il est peut-être situé à al Qureiye, à 6 km. au nord-ouest de Madaba.

"Et les hommes de Gad habitaient le pays d'Ataroth depuis toujours" (ligne 10)

Mesha a consacré 3 lignes de son mémoire à une description de son opération contre Ataroth. Bien que mentionnée seulement deux fois dans l'Ancien Testament, la ville semble avoir été un lieu important. Le nom signifie "couronnes" et a été dit par les Rubénites et les Gadites comme étant un bon endroit pour le bétail (Nombres 32:3-4). Les Gadites construisirent Ataroth comme une ville fortifiée et y construisirent des enclos pour leurs troupeaux (Nom. 32:34-36). Cela concorde avec l'inscription de Mesha qui dit que les hommes de Gad y vivaient "depuis longtemps". Ataroth est très probablement situé à Kh. 'Attarus, non fouillé, 8 mi. au nord-ouest de Dhiban.

La section entière traitant d'Ataroth se lit comme suit :

Et les hommes de Gad habitaient le pays d'Ataroth depuis longtemps, et le roi d'Israël se bâtit Ataroth pour lui-même, mais j'ai combattu contre la ville et je l'ai prise, et j'ai tué tout le peuple : la ville appartenait à Kemosh et à Moab. Et j'ai apporté de là l'autel-foyer de son Bien-Aimé, et je l'ai traîné devant Chemosh à Kerioth/ma ville. Et j'y ai installé les hommes de Sharon et les hommes de Maharath (lignes 10-14).

"Et j'ai apporté de là l'autel-foyer de son Bien-Aimé, et je l'ai traîné devant Chemosh à Kerioth/ma ville" (lignes 12-13)

Kerioth a été jugé par Dieu (Jér. 48:24), avec la ville capturée et ses forteresses prises (Jér. 48:41). Son emplacement est incertain. Si « ma ville » est la bonne lecture à la ligne 13, alors le texte fait référence à Dibon, la capitale de Mesha.

"Et Chemosh m'a dit : 'Vas-y ! Prenez Nebo contre Israël’” (ligne 14)

L'assaut de Nebo par Mesha est détaillé en 4 lignes, la plupart des villes mentionnées dans la stèle.Nebo est mentionné sept fois dans l'Ancien Testament, étant l'une des villes construites par la tribu de Ruben (Nom. 32:38). Dans sa prophétie contre Moab, Isaïe a écrit que Moab se lamenterait sur Nebo (15:2, NIV). De même, Jérémie a dit que le jugement viendrait sur elle et qu'elle serait dévastée (48:1, 22).

L'incursion nocturne de Mesha contre Nebo est rapportée comme suit :

Et Chemosh m'a dit : « Vas-y ! Prenez Nebo contre Israël. Et j'y suis allé de nuit et je l'ai combattu depuis l'aube jusqu'à midi. Et je l'ai pris et j'ai tout tué : 7 000 hommes, garçons, femmes, filles et femmes enceintes, parce que je l'avais consacré à Ashtar-Chemosh. Et j'ai pris de là les autels-foyers de YHWH et je les ai traînés devant Kemosh (lignes 14-18).

Il semble qu'il y ait eu un centre de culte pour Yahweh à Nebo puisque parmi les dépouilles se trouvaient "des foyers d'autel (?) de Yahweh". C'est peut-être pour cette raison que Mesha a consacré les habitants à son ou ses dieu(s) Ashtar-Chemosh. Le mot utilisé pour "dévoué" est le même que le mot hébreu harem utilisé dans l'Ancien Testament pour offrir une ville complètement à Yahweh, comme Jéricho (Jos. 6:17, 21). Nebo est très probablement Kh. al Muhaiyat, au nord-ouest de Madaba et juste au sud du mont Nebo.

« Et le roi d'Israël avait bâti Jahaz » (lignes 18-19)

Jahaz est la ville où les Israélites ont combattu et vaincu Sihon et son armée amorite alors qu'ils approchaient pour la première fois de la terre promise (Nom. 21:21-31 Dt. 2:31-36 Jgs. 11:19-22). Il a été inclus dans l'attribution des Rubénites (Jos. 13:18), et plus tard transféré aux Lévites (Jos. 21:36 1 Chr. 6:78). Jérémie a prédit la ruine de la ville dans le cadre du jugement de Dieu contre Moab (48:21, 34). Mesha poursuit en disant,

Et le roi d'Israël avait bâti Jahaz et y habitait pendant qu'il combattait contre moi, mais Kemosh l'a chassé de devant moi, et j'ai pris de Moab 200 hommes, tous ses chefs, et je les ai établis à Jahaz et je l'ai pris à ajoutez-le à Dibon (lignes 18-21).

Ici, Mesha fait référence à une campagne du nord du roi d'Israël qui n'est pas enregistrée dans l'Ancien Testament. Pour remporter la victoire, Mesha a dû rassembler le meilleur de ses forces, 200 chefs. Une fois capturé, Jahaz est devenu une ville fille de Dibon. L'emplacement de Jahaz est incertain, bien que Kh. Medeineyeh à 10 km au sud-est de Madaba est un candidat probable.

"J'ai construit Aroer, et fait la route à travers l'Arnon" (ligne 26)

Le nom Aroer signifie "crête d'une montagne", et cela décrit certainement ce site. C'était une forteresse frontalière située à Kh. 'Ara'ir sur le bord nord des gorges de l'Arnon. Trois saisons de fouilles y ont été menées entre 1964 et 1966. Des vestiges de la forteresse construite par le roi d'Israël ont été retrouvés, ainsi qu'une nouvelle forteresse substantielle construite par Mesha par rapport à la précédente. De plus, un réservoir pour stocker l'eau de pluie a été construit sur le côté nord-ouest de la forteresse.

Aroer marquait la limite sud du territoire transjordanien initialement capturé par les Israélites (Dt. 2:36 3:12 4:48 Jos. 12:2 13:9, 16, 25). Elle était occupée et fortifiée par les Gadites (Nm. 32:34). Plus tard, le prophète Jérémie a dit que les habitants d'Aroer seraient témoins de la fuite des réfugiés alors que Dieu déversait sa colère sur les villes de Moab (48:19-20).

"J'ai construit Beth Bamoth, car elle a été détruite" (ligne 27)

Le Beth Bamoth de la Mesha Stela est probablement le même que le Bamoth Baal de l'Ancien Testament. C'est ici que Dieu a rencontré Balaam (Nom. 22:41-23:5) la ville a ensuite été donnée à la tribu de Ruben (Jos. 13:17). L'emplacement du lieu est incertain.

"Et j'ai construit Bezer, car il était en ruines" (ligne 27)

Sous les Israélites, Bezer était une ville lévitique et une ville de refuge (Dt. 4:43 Jos 20:8 21:36 1 Chr. 6:78). C'est peut-être la même chose que Bozrah dans Jer. 48:24, une ville moabite jugée par Dieu. Son emplacement est incertain.

"Et j'ai construit [le temple de Mede]ba" (lignes 29-30)

La ville de Medeba a été conquise et occupée par Israël (Nu. 21:30 Jos. 13:9, 16). Il a souffert sous la main de Dieu lorsqu'Il a déversé Son jugement sur Moab (Ésaïe 15:2). Le site antique est situé à Madaba moderne et n'a pas encore été fouillé.

« Et j'ai construit… le temple de Diblaten » (lignes 29-30)

Diblaten est mentionné dans l'oracle de Jérémie contre Moab comme Beth Diblathaim (48:22) et est peut-être le même qu'Almon Diblathaim, une halte pour les Israélites alors qu'ils approchaient de la terre promise (Nom. 33:46-47). Il est peut-être situé à Deleitat esh-Sherqiyeh à 10 km. nord-nord-est de Dhiban, mais cet emplacement est loin d'être certain.


Comment s'appelait le père de Mésha, roi de Moab ? - Histoire

(1) (mesha` Codex Vaticanus, Marisa Codex Alexandrinus, Marisas) : le fils aîné de Caleb, le père de Ziph, probablement l'ancêtre des Ziphites (1 Chroniques 2:42).

(2) (Mesha' Codex Vaticanus, Misa Codex Alexandrinus, Mosa) : Benjamite, fils de Shaharaim par sa femme Hodesh, né au pays de Moab (1 Chroniques 8:9).

(3) (mesha' Mosa) : un roi de Moab. Toutes les informations bibliques concernant ce monarque sont contenues dans 2 Rois 3. Ici, nous rassemblons que Mesha était contemporain d'Achab, Achazia et Joram. Il était tributaire d'Israël, sa contribution annuelle consistant en 100 000 agneaux et 100 000 béliers. après la mort d'Achab, il affirma son indépendance. Josaphat, roi de Juda, et le roi d'Édom se sont associés à Joram pour tenter d'étouffer la rébellion à la demande d'Elisée, qui accompagnait l'armée, de l'eau a été miraculeusement fournie lorsque l'armée des alliés était prête à périr de soif. Mesha sortit contre eux et tomba sur le camp. Son attaque fut repoussée par un lourd massacre, et le roi vaincu fut poursuivi par les vainqueurs jusqu'à ce qu'il se réfugie dans la grande forteresse de Kir-hareseth. Un siège vigoureux a été commencé. Voyant que son cas était désespéré, Mesha tenta, avec 700 hommes, de percer les lignes. A défaut, il offrit son premier-né en holocauste sur le mur. Puis « une grande colère s'abattit sur Israël » (par quoi, probablement, la panique est signifiée), et les assiégeants se retirèrent, laissant leur conquête incomplète.

Dans son inscription (voir PIERRE MOABITE) Mesha rend compte de sa rébellion, en nommant les lieux capturés et fortifiés par lui. Il n'est pas surprenant qu'il ne dise rien de sa défaite face à Joram et à ses alliés. Il y a cependant une grave divergence. L'époque où Moab était sous la suprématie d'Israël, pendant le règne d'Omri et la moitié du règne d'Achab, il la met à 40 ans. Selon la chronologie biblique, Omri et Achab n'ont régné que 34 ans. Si, avec Mesha, on déduit la moitié du règne d'Achab, la période est réduite à 23 ans. Il est impossible d'ajouter à la durée de l'un ou l'autre règne. Une si grande différence ne peut pas être expliquée par l'utilisation de nombres ronds. Pourquoi Mésha aurait-il voulu augmenter le temps de la soumission de son peuple n'est pas clair, à moins, en effet, qu'il ait pensé de cette manière magnifier la gloire de leur libérateur.

A Mesha, le sentiment de patriotisme était lié à une certaine capacité militaire. A en juger par son inscription, il était aussi un homme profondément religieux selon ses lumières. Remplacez « Yahweh » par « Kemosh », et sa phraséologie pourrait être celle d'un pieux roi hébreu. Le sacrifice de son fils est à la fois la marque des païens et un indice de la force de son dévouement.

(4) (mesha' Masse) : Cela semble marquer la limite ouest de la terre occupée par les descendants de Joktan (Genèse 10:30). Aucune identification certaine n'est possible, mais plusieurs plus ou moins probables ont été suggérées : ex.

(a) Le grec Mesene, sur le golfe Persique, non loin de l'embouchure du Tigre et de l'Euphrate

(b) le désert syro-arabe, appelé Mashu dans les inscriptions assyriennes, le nom ici, cependant, pouvait difficilement couvrir une aussi vaste étendue car cela désignait plus probablement un endroit

(c) Dillmann modifierait les voyelles et l'identifierait avec Massa', une branche de la souche Ismaélite (Genèse 25:14 1 Chroniques 1:30). Ceci, cependant, ne fournit aucun indice sur la localité, le territoire de cette tribu étant également non identifié.


Moab au sud du ruisseau Arnon

Alors que les Israélites s'approchent de la Transjordanie au nord de l'Arnon Stream, que Nombres 21 appelle le royaume de Sihon l'Amorite, il décrit la frontière entre cette politique amorite et celle de Moab :

Selon cela, Moab était limité à la zone au sud de l'Arnon Stream, avec un régime politique différent régissant le mishor zone à son nord. [13]

Plus loin dans le chapitre vient la Ballade Heshbon, qui décrit ostensiblement comment Sihon a vaincu les Moabites au combat :

L'archéologie peut clarifier le régime auquel ce poème se réfère. Un système de sites fortifiés bien conservés au sud de l'Arnon Stream date, selon leurs déterminations de poterie et de radiocarbone, de la fin du XIe et du Xe siècle avant notre ère, et ceux-ci ont été abandonnés avant 900 avant notre ère.

Ces forts protégeaient probablement les frontières d'un ancien régime moabite au sud de l'Arnon Stream. Le centre de cette entité territoriale semble avoir été situé à Khirbet Balua, qui a été identifié comme l'Ar biblique de Moab. Le site est célèbre pour la stèle de Balua, représentant le souverain local se tenant entre deux divinités dans le style égyptien, et dont l'un des auteurs (I.F.) a soutenu qu'il date également de cette période. [15]

Cette première politique est probablement apparue dans la partie aride de Moab à cette époque pour deux raisons : premièrement, des résidus de pollen dans un noyau de sédiments de la mer Morte révèlent qu'il y a eu une courte période d'amélioration des conditions climatiques au début de l'âge du fer. Deuxièmement, la production de cuivre dans le Wadi Faynan au sud de la mer Morte a rendu la région prospère.


D'où vient le nom Moab ?

Voici les 137 versets bibliques dans lesquels Moab a été mentionné.

Gen. 19:37 La fille aînée de Lot avait un fils, et elle l'appela Moab, il est le père des Moabites d'aujourd'hui.

Gen. 36:35 À la mort de Husham, Hadad, fils de Bedad, qui vainquit Madian dans le pays de Moab, lui succéda comme roi. Sa ville s'appelait Avith.

Exode. 15:15 Les chefs d'Edom seront terrifiés, les chefs de Moab seront saisis de tremblement, le peuple de Canaan fondra

Num. 21:11 Puis ils partirent d'Oboth et campèrent à Iye Abarim, dans le désert qui fait face à Moab vers le lever du soleil.

Num. 21:13 Ils partirent de là et campèrent le long de l'Arnon, qui est dans le désert s'étendant sur le territoire amoréen. L'Arnon est la frontière de Moab, entre Moab et les Amorites.

Num. 21h15 et les pentes des ravins qui mènent au site d'Ar et longent la frontière de Moab."

Num. 21:20 et de Bamoth à la vallée de Moab où le sommet de Pisgah domine le désert.

Num. 21:26 Hesbon était la ville de Sihon, roi des Amoréens, qui avait combattu l'ancien roi de Moab et lui avait pris tout son pays jusqu'à l'Arnon.

Num. 21 :28 « Un feu partit de Hesbon, un brasier de la ville de Sihon. Il dévora Ar de Moab, les habitants des hauteurs d'Arnon.

Num. 21:29 Malheur à toi, ô Moab ! Vous êtes détruits, ô peuple de Chemosh ! Il a livré ses fils comme fugitifs et ses filles comme captives à Sihon, roi des Amoréens.

Num. 22:1 Alors les Israélites se rendirent dans les plaines de Moab et campèrent le long du Jourdain, en face de Jéricho.

Num. 22:3 et Moab était terrifié parce qu'il y avait tant de monde. En effet, Moab était rempli de terreur à cause des Israélites.

Num. 22:4 Les Moabites dirent aux anciens de Madian : « Cette horde va tout lécher autour de nous, comme un bœuf lèche l'herbe des champs. Balak, fils de Tsippor, qui était alors roi de Moab,

Num. 22:7 Les anciens de Moab et de Madian partirent, emportant avec eux les honoraires de la divination. Quand ils arrivèrent à Balaam, ils lui racontèrent ce que Balak avait dit.

Num. 22:10 Balaam dit à Dieu : « Balak, fils de Tsippor, roi de Moab, m'a envoyé ce message :

Num. 22:21 Balaam se leva le matin, sella son âne et partit avec les princes de Moab.

Num. 23:6 Il retourna donc vers lui et le trouva debout à côté de son offrande, avec tous les princes de Moab.

Num. 23:7 Balaam prononça son oracle : « Balak m'a fait venir d'Aram, roi de Moab, des montagnes de l'est. Viens, dit-il, maudis-moi Jacob, viens, dénonce Israël.

Num. 23:17 Alors il alla vers lui et le trouva debout à côté de son offrande, avec les princes de Moab. Balak lui demanda : « Qu'a dit le SEIGNEUR ?

Num. 24:17 "Je le vois, mais je ne le vois pas maintenant, mais pas de près. Une étoile sortira de Jacob, un sceptre s'élèvera d'Israël. Il écrasera le front de Moab, les crânes de tous les fils de Sheth .

Num. 26:3 Dans les plaines de Moab, près du Jourdain, en face de Jéricho, Moïse et Éléazar, le sacrificateur, leur parlèrent et dirent :

Num. 26:63 Ce sont ceux qui ont été comptés par Moïse et le sacrificateur Éléazar lorsqu'ils ont compté les Israélites dans les plaines de Moab, près du Jourdain, en face de Jéricho.

Num. 31:12 et apporta les captifs, le butin et le butin à Moïse et à Éléazar le sacrificateur et à l'assemblée d'Israël dans leur camp dans les plaines de Moab, près du Jourdain, en face de Jéricho.

Num. 33:44 Ils quittèrent Oboth et campèrent à Iye Abarim, à la frontière de Moab.

Num. 33:48 Ils quittèrent les montagnes d'Abarim et campèrent dans les plaines de Moab, au bord du Jourdain, en face de Jéricho.

Num. 33:49 Là, dans les plaines de Moab, ils campèrent le long du Jourdain, de Beth Jeshimoth à Abel Sittim.

Num. 33:50 Dans les plaines de Moab, près du Jourdain, en face de Jéricho, l'Éternel dit à Moïse :

Num. 35:1 Dans les plaines de Moab, près du Jourdain, en face de Jéricho, l'Éternel dit à Moïse :

Num. 36:13 Voici les commandements et les prescriptions que l'Éternel a donnés par Moïse aux Israélites dans les plaines de Moab, près du Jourdain, en face de Jéricho.

Deut. 1:5 À l'est du Jourdain, dans le territoire de Moab, Moïse commença à exposer cette loi, en disant :

Deut. 2:8 Nous passâmes donc devant nos frères, les descendants d'Ésaü, qui habitaient à Séir. Nous nous sommes détournés de la route d'Arabah, qui monte d'Elath et d'Ezion Geber, et avons voyagé le long de la route désertique de Moab.

Deut. 2:18 "Aujourd'hui, vous passerez par la région de Moab à Ar.

Deut. 29:1 Voici les termes de l'alliance que l'Éternel ordonna à Moïse de conclure avec les Israélites à Moab, en plus de l'alliance qu'il avait conclue avec eux à Horeb.

Deut. 32:49 « Montez dans la chaîne d'Abarim jusqu'au mont Nébo à Moab, en face de Jéricho, et regardez Canaan, la terre que je donne aux Israélites comme leur propre possession.

Deut. 34:1 Moïse gravit le mont Nébo depuis les plaines de Moab jusqu'au sommet du Pisga, en face de Jéricho. Là, l'Éternel lui montra tout le pays, de Galaad à Dan,

Deut. 34:5 Et Moïse, serviteur de l'Éternel, mourut là à Moab, comme l'Éternel l'avait dit.

Deut. 34:6 Il l'enterra à Moab, dans la vallée en face de Beth Peor, mais à ce jour personne ne sait où est sa tombe.

Deut. 34:8 Les Israélites pleurèrent Moïse dans les plaines de Moab pendant trente jours, jusqu'à la fin du temps des pleurs et du deuil.

Josh. 13:32 C'est l'héritage que Moïse avait donné lorsqu'il était dans les plaines de Moab, de l'autre côté du Jourdain, à l'est de Jéricho.

Josh. 24:9 Lorsque Balak, fils de Tsippor, roi de Moab, se prépara à combattre contre Israël, il envoya chercher Balaam, fils de Beor, pour vous maudire.

Juge. 3:12 Les Israélites firent de nouveau du mal aux yeux de l'Éternel, et parce qu'ils faisaient ce mal, l'Éternel donna à Églon, roi de Moab, le pouvoir sur Israël.

Juge. 3:14 Les Israélites furent soumis à Eglon, roi de Moab, pendant dix-huit ans.

Juge. 3:15 Les Israélites crièrent de nouveau à l'Éternel, et il leur donna un libérateur : Ehud, un gaucher, fils de Géra le Benjamite. Les Israélites l'envoyèrent avec tribut à Eglon, roi de Moab.

Juge. 3:17 Il offrit le tribut à Eglon, roi de Moab, qui était un très gros homme.

Juge. 3:28 « Suis-moi, ordonna-t-il, car l'Éternel a livré entre tes mains Moab, ton ennemi. Alors ils le suivirent et, prenant possession des gués du Jourdain qui conduisaient à Moab, ils ne laissèrent passer personne.

Juge. 3:30 Ce jour-là, Moab fut soumis à Israël, et le pays connut la paix pendant quatre-vingts ans.

Juge. 10:6 Les Israélites firent encore du mal aux yeux de l'Éternel. Ils servaient les Baals et les Ashtoreth, et les dieux d'Aram, les dieux de Sidon, les dieux de Moab, les dieux des Ammonites et les dieux des Philistins. Et parce que les Israélites ont abandonné l'Éternel et ne l'ont plus servi,

Juge. 11:15 disant : Voici ce que dit Jephté : Israël n'a pas pris le pays de Moab ni le pays des Ammonites.

Juge. 11:17 Alors Israël envoya des messagers au roi d'Édom, disant: "Ne nous donne pas la permission de traverser ton pays", mais le roi d'Édom ne voulut pas écouter. Ils envoyèrent aussi au roi de Moab, et il refusa. Alors Israël resta à Kadès.

Juge. 11:18 "Ensuite, ils traversèrent le désert, longèrent les pays d'Edom et de Moab, passèrent le long du côté oriental du pays de Moab et campèrent de l'autre côté de l'Arnon. Ils n'entrèrent pas dans le territoire de Moab, car l'Arnon était sa frontière.

Juge. 11:25 Veux-tu mieux que Balak, fils de Tsippor, roi de Moab ? S'est-il jamais disputé avec Israël ou s'est-il battu avec eux ?

Ruth 1:1 Au temps où les juges régnaient, il y eut une famine dans le pays, et un homme de Bethléem en Juda, avec sa femme et ses deux fils, alla vivre quelque temps dans le pays de Moab.

Ruth 1:2 Le nom de l'homme était Élimélec, le nom de sa femme Naomi, et les noms de ses deux fils étaient Mahlon et Kilion. Ils étaient Ephrathites de Bethléem, Juda. Et ils allèrent à Moab et y habitèrent.

Ruth 1:6 Lorsqu'elle apprit à Moab que l'Éternel était venu au secours de son peuple en leur fournissant de la nourriture, Naomi et ses belles-filles se préparèrent à rentrer chez elles.

Ruth 1:22 Alors Naomi revint de Moab accompagnée de Ruth la Moabite, sa belle-fille, arrivant à Bethléem alors que commençait la récolte d'orge.

Ruth 2:6 Le contremaître répondit : « Ce sont les Moabites qui sont revenues de Moab avec Naomi.

Ruth 4:3 Alors il dit au parent rédempteur : « Naomi, qui est revenue de Moab, vend le terrain qui appartenait à notre frère Élimélec.

1Sam. 12 : 9 « Mais ils oublièrent l'Éternel, leur Dieu, et il les vendit entre les mains de Sisera, chef de l'armée de Hatsor, et entre les mains des Philistins et du roi de Moab, qui les combattaient.

1Sam. 14:47 Après que Saül eut gouverné Israël, il combattit de tous côtés leurs ennemis : Moab, les Ammonites, Edom, les rois de Tsoba et les Philistins. Partout où il se tournait, il leur infligeait une punition.

1Sam. 22:3 De là, David se rendit à Mitspa à Moab et dit au roi de Moab : « Veux-tu laisser mon père et ma mère venir et rester avec toi jusqu'à ce que j'apprenne ce que Dieu fera pour moi ?

1Sam.22:4 Alors il les laissa avec le roi de Moab, et ils restèrent avec lui aussi longtemps que David était dans la forteresse.

2Sam. 8:12 Édom et Moab, les Ammonites et les Philistins, et Amalek. Il a également consacré le butin pris à Hadadezer, fils de Rehob, roi de Zobah.

1Kgs. 11:7 Sur une colline à l'est de Jérusalem, Salomon bâtit un haut lieu pour Kemosh, le dieu détestable de Moab, et pour Moloc, le dieu détestable des Ammonites.

2Kgs. 1:1 Après la mort d'Achab, Moab se révolta contre Israël.

2Kgs. 3:4 Mesha, roi de Moab, élevait des moutons, et il devait fournir au roi d'Israël cent mille agneaux et la laine de cent mille béliers.

2Kgs. 3:5 Mais après la mort d'Achab, le roi de Moab se rebella contre le roi d'Israël.

2Kgs. 3:7 Il envoya aussi ce message à Josaphat, roi de Juda : « Le roi de Moab s'est rebellé contre moi. Veux-tu aller avec moi combattre Moab ? J'irai avec toi, répondit-il. Je suis comme toi, mon peuple comme ton peuple, mes chevaux comme tes chevaux.

2Kgs. 3:10 "Quoi!" s'écria le roi d'Israël. « L'Éternel ne nous a-t-il appelé trois rois ensemble que pour nous livrer à Moab ?

2Kgs. 3:13 Elisée dit au roi d'Israël : « Qu'avons-nous à faire l'un avec l'autre ? Va vers les prophètes de ton père et les prophètes de ta mère. Non, répondit le roi d'Israël, car c'est l'Éternel qui nous a appelés trois rois ensemble pour nous livrer à Moab.

2Kgs. 3:18 C'est une chose facile aux yeux de l'Éternel, il vous livrera aussi Moab.

2Kgs. 3:23 "C'est du sang!" ils ont dit. "Ces rois ont dû se battre et s'entretuer. Maintenant au pillage, Moab !"

2Kgs. 3:26 Quand le roi de Moab vit que la bataille était engagée contre lui, il prit avec lui sept cents épéistes pour percer le roi d'Édom, mais ils échouèrent.

2Kgs. 23:13 Le roi profana aussi les hauts lieux qui étaient à l'est de Jérusalem, au sud de la colline de la corruption, ceux que Salomon, roi d'Israël, avait bâtis pour Ashtoreth, la vile déesse des Sidoniens, pour Kemosh, le vil dieu de Moab, et pour Molech le dieu détestable du peuple d'Ammon.

1Chr. 1:46 A la mort de Husham, Hadad, fils de Bedad, qui vainquit Madian dans le pays de Moab, lui succéda comme roi. Sa ville s'appelait Avith.

1Chr. 4:22 Jokim, les hommes de Cozeba, et Joas et Saraph, qui régnaient sur Moab et Jachoubi Léhem. (Ces archives datent des temps anciens.)

1Chr. 8:8 Des fils naquirent à Shaharaim à Moab après qu'il eut divorcé de ses femmes Hushim et Baara.

1Chr. 18:11 Le roi David consacra ces objets à l'Éternel, comme il l'avait fait avec l'argent et l'or qu'il avait pris à toutes ces nations : Édom et Moab, les Ammonites et les Philistins, et Amalek.

2Chr. 20 :10 « Mais maintenant, voici des hommes d'Ammon, de Moab et du mont Séir, dont vous n'avez pas permis à Israël d'envahir le territoire lorsqu'ils sont venus d'Égypte, alors ils se sont détournés d'eux et ne les ont pas détruits.

2Chr. 20:22 Comme ils se mettaient à chanter et à louer, l'Éternel tendit des embuscades contre les hommes d'Ammon, de Moab et du mont Séir qui envahissaient Juda, et ils furent vaincus.

2Chr. 20:23 Les hommes d'Ammon et de Moab se soulevèrent contre les hommes du mont Séir pour les détruire et les anéantir. Après avoir fini de massacrer les hommes de Seir, ils se sont aidés à se détruire les uns les autres.

Neh. 13:23 De plus, en ces jours-là, j'ai vu des hommes de Juda qui avaient épousé des femmes d'Asdod, d'Ammon et de Moab.

Ps. 60:8 Moab est mon lavabo, sur Edom je jette ma sandale sur la Philistie je crie de triomphe.

Ps. 83:6 les tentes d'Édom et des Ismaélites, de Moab et des Hagrites,

Ps. 108:9 Moab est mon lavabo, sur Edom je jette ma sandale sur la Philistie je crie de triomphe.

Est un. 11:14 Ils fondront ensemble sur les pentes de la Philistie à l'ouest, ils pilleront le peuple à l'est. Ils imposeront la main à Édom et à Moab, et les Ammonites leur seront soumis.

Est un. 15:1 Un oracle concernant Moab : Ar à Moab est ruiné, détruit en une nuit ! Kir à Moab est ruiné, détruit en une nuit !

Est un. 15:2 Dibon monte vers son temple, vers ses hauts lieux pour pleurer Moab se lamente sur Nébo et Médeba. Chaque tête est rasée et chaque barbe coupée.

Est un. 15:4 Hesbon et Elealeh crient, leurs voix se font entendre jusqu'à Yahaz. C'est pourquoi les hommes armés de Moab poussent des cris, et leurs cœurs sont fatigués.

Est un. 15:5 Mon cœur crie sur Moab, ses fuyards s'enfuient jusqu'à Tsoar, jusqu'à Eglath Shelishiyah. Ils montent le chemin de Luhith, pleurant sur la route d'Horonaïm, ils déplorent leur destruction.

Est un. 15:8 Leurs cris retentissent le long de la frontière de Moab, leurs lamentations s'étendent jusqu'à Eglaim, leurs lamentations jusqu'à Beer Elim.

Est un. 15:9 Les eaux de Dimon sont pleines de sang, mais je ferai venir encore plus sur Dimon - un lion sur les fugitifs de Moab et sur ceux qui restent dans le pays.

Est un. 16:2 Comme des oiseaux qui volent hors du nid, ainsi sont les femmes de Moab aux gués de l'Arnon.

Est un. 16:7 C'est pourquoi les Moabites se lamentent, ils se lamentent ensemble pour Moab. Se lamenter et pleurer les hommes de Kir Hareseth.

Est un. 16:11 Mon cœur se lamente sur Moab comme une harpe, mon être intime sur Kir Hareseth.

Est un. 16:12 Quand Moab apparaît à son haut lieu, elle ne s'épuise que lorsqu'elle va à son sanctuaire pour prier, c'est en vain.

Est un. 16:13 C'est la parole que l'Éternel a déjà prononcée concernant Moab.

Est un. 25:10 La main de l'Éternel reposera sur cette montagne, mais Moab sera foulé aux pieds sous lui comme la paille est foulée au fumier.

Jér. 9:26 L'Égypte, Juda, Édom, Ammon, Moab et tous ceux qui habitent le désert dans des lieux éloignés. Car toutes ces nations sont réellement incirconcises, et même toute la maison d'Israël est incirconcis de cœur."

Jér. 25:21 Édom, Moab et Ammon

Jér. 27:3 Envoie la parole aux rois d'Édom, de Moab, d'Ammon, de Tyr et de Sidon, par l'intermédiaire des envoyés qui sont venus à Jérusalem auprès de Sédécias, roi de Juda.

Jér. 40:11 Lorsque tous les Juifs de Moab, d'Ammon, d'Édom et de tous les autres pays apprirent que le roi de Babylone avait laissé un reste en Juda et avait nommé Gedalia, fils d'Achikam, fils de Shaphan, gouverneur sur eux,

Jér. 48:1 À propos de Moab : Voici ce que dit l'Éternel Tout-Puissant, le Dieu d'Israël : "Malheur à Nébo, car il sera détruit. Kiriathaïm sera déshonoré et capturé, la forteresse sera déshonorée et détruite.

Jér. 48:2 Moab ne sera plus glorifié à Hesbon, les hommes prépareront sa chute: Venez, mettons fin à cette nation. Toi aussi, ô fous, tu seras réduit au silence, l'épée te poursuivra.

Jér. 48:4 Moab sera brisé, ses petits crieront.

Jér. 48:9 Mets du sel sur Moab, car elle sera dévastée, ses villes deviendront désertes, sans personne pour y habiter.

Jér. 48:11 " Moab a été au repos depuis sa jeunesse, comme le vin laissé sur sa lie, non versé d'une jarre à l'autre - elle n'est pas partie en exil. Elle a donc le même goût et son arôme est inchangé.

Jér. 48:13 Alors Moab aura honte de Kemosh, comme la maison d'Israël avait honte lorsqu'elle se confiait à Béthel.

Jér. 48:15 Moab sera détruite et ses villes envahies, ses meilleurs jeunes gens tomberont dans le carnage", déclare le roi, dont le nom est l'Éternel tout-puissant.

Jér. 48:16 "La chute de Moab est proche, sa calamité viendra rapidement.

Jér. 48:18 "Descendez de votre gloire et asseyez-vous sur le sol desséché, habitants de la fille de Dibon, car celui qui détruit Moab montera contre vous et ruinera vos villes fortes.

Jér. 48:20 Moab est en disgrâce, car elle est brisée. Gémissez et criez ! Annonce par l'Arnon que Moab est détruit.

Jér. 48:24 à Kerioth et à Bozrah - à toutes les villes de Moab, lointaines et proches.

Jér. 48:26 "Enivrez-la, car elle a défié l'Éternel. Que Moab se vautre dans son vomi, qu'elle soit un objet de ridicule.

Jér. 48:28 Abandonnez vos villes et habitez parmi les rochers, vous qui habitez à Moab. Soyez comme une colombe qui fait son nid à l'entrée d'une grotte.

Jér. 48:31 C'est pourquoi je me lamente sur Moab, sur tout Moab je crie, je me plains sur les hommes de Kir Hareseth.

Jér. 48:33 La joie et l'allégresse ont disparu des vergers et des champs de Moab. J'ai arrêté l'écoulement du vin des pressoirs, personne ne les foule avec des cris de joie. Bien qu'il y ait des cris, ce ne sont pas des cris de joie.

Jér. 48:35 À Moab, j'exterminerai ceux qui font des offrandes sur les hauts lieux et font des parfums à leurs dieux », déclare l'Éternel.

Jér. 48:36 "Alors mon cœur se lamente sur Moab comme une flûte, il se lamente comme une flûte sur les hommes de Kir Hareseth. Les richesses qu'ils ont acquises ont disparu.

Jér. 48:38 Sur tous les toits de Moab et sur les places publiques, il n'y a que le deuil, car j'ai brisé Moab comme une jarre dont personne ne veut », déclare l'Éternel.

Jér. 48:39 "Comme elle est brisée ! Comme ils se lamentent ! Comment Moab lui tourne le dos de honte ! Moab est devenu un objet de ridicule, un objet d'horreur pour tous ceux qui l'entourent."

Jér. 48:40 Voici ce que dit l'Éternel: "Regardez! Un aigle fond, déployant ses ailes sur Moab.

Jér. 48:42 Moab sera détruite en tant que nation parce qu'elle a défié l'Éternel.

Jér. 48:43 La terreur, la fosse et le piège t'attendent, peuple de Moab", déclare l'Éternel.

Jér. 48:44 "Celui qui fuit la terreur tombera dans une fosse, celui qui sortira de la fosse sera pris dans un piège car je ferai venir sur Moab l'année de son châtiment", déclare l'Éternel.

Jér. 48:45 " A l'ombre de Hesbon, les fuyards se tiennent impuissants, car un feu est sorti de Hesbon, un brasier du milieu de Sihon brûle les fronts de Moab, les crânes des vantards bruyants.

Jér. 48:46 Malheur à toi, ô Moab ! Le peuple de Kemosh est détruit, vos fils sont emmenés en exil et vos filles en captivité.

Jér. 48:47 "Pourtant, je rétablirai la fortune de Moab dans les jours à venir", déclare l'Éternel. Ici se termine le jugement sur Moab.

Ézéch. 25 : 8 « Voici ce que dit le Souverain SEIGNEUR : ¬Parce que Moab et Séir ont dit : « Voici, la maison de Juda est devenue comme toutes les autres nations »

Ézéch. 25:9 c'est pourquoi j'exposerai le flanc de Moab, en commençant par ses villes frontières - Beth Jeshimoth, Baal Meon et Kiriathaïm - la gloire de ce pays.

Ézéch. 25:10 Je donnerai en possession Moab avec les Ammonites aux peuples de l'Est, afin que les Ammonites ne soient pas rappelés parmi les nations

Ézéch. 25:11 et j'infligerai un châtiment à Moab. Alors ils sauront que je suis l'Éternel. "

Dan. 11:41 Il envahira aussi la Belle Terre. De nombreux pays tomberont, mais Edom, Moab et les chefs d'Ammon seront délivrés de sa main.

Amos 2:1 Voici ce que dit l'Éternel: "Pour trois péchés de Moab, même pour quatre, je ne détournerai pas ma colère. Parce qu'il a brûlé, comme pour chaux, les ossements du roi d'Édom,

Amos 2:2 J'enverrai un feu sur Moab qui détruira les forteresses de Kerioth. Moab tombera dans un grand tumulte au milieu des cris de guerre et du son de la trompette.

Michée 6:5 Mon peuple, souviens-toi des conseils de Balak, roi de Moab, et des réponses de Balaam, fils de Beor. Souviens-toi de ton voyage de Sittim à Guilgal, afin que tu connaisses les actes justes de l'Éternel."

Zeph. 2:8 " J'ai entendu les injures de Moab et les railleries des Ammonites, qui ont insulté mon peuple et proféré des menaces contre leur pays.

Zeph. 2:9 C'est pourquoi, aussi sûrement que je vis », déclare l'Éternel tout-puissant, le Dieu d'Israël, à coup sûr, Moab deviendra comme Sodome, les Ammonites comme Gomorrhe - un lieu de mauvaises herbes et de salines, un désert pour toujours. Le reste de mon les gens les pilleront, les survivants de ma nation hériteront de leur terre."


REGARDEZ LA SEMAINE #4 DANS LA NOUVELLE SÉRIE D'INVESTIGATION ! GÉANTS, DIEUX & DRAGONS

Alors, nous nous demandons : Chemosh a-t-il assumé le travail ou le manteau de « le attar», le dieu de la guerre, après l'établissement d'Israël à Canaan ? À peu près au même moment que la conquête de Canaan, le côté masculin violent d'Astarté, le dieu de la guerre Athtar/Ashtar, était soit sous-estimé, soit entièrement séparé de son personnage. Au moment où elle est devenue Aphrodite des Grecs, Vénus des Romains et Attarshamain («Astarté du ciel») d'Arabie, l'aspect guerrier de la personnalité d'Astarté avait presque disparu, mis de côté en faveur de l'accentuation de son identité dans le monde occidental en tant que la reine du ciel. [13]

Athtar, cependant, a poursuivi sa sanglante carrière bien après que Moab ait disparu de l'histoire.

À l'époque de Mahomet au début du VIIe siècle après JC, le culte d'Athtar s'était répandu dans toute l'Arabie. La partie sud de la péninsule, l'actuel Yeman et Oman, possédait les panthéons les plus développés de toute l'Arabie. Les érudits ont identifié plus d'une centaine de dieux de l'Arabie méridionale préislamique, et Athtar était clairement le plus important :

Stèle funéraire du British Museum d'Arabie du Sud (Yémen) à l'époque de Jésus. Il représente une femme et deux enfants sous un dragon à deux têtes représentant peut-être les dieux Athtar et Sahar, aspects d'Athtar en tant que Vénus l'étoile du soir et l'étoile du matin, respectivement (cliquez pour agrandir).

La différence entre les nombreuses divinités du sud de l'Arabie semble ne pas résider dans leur fonction, mais dans leur domaine d'action. Ainsi, il n'y avait pas un seul dieu de la pluie dédié, mais plutôt des divinités tutélaires responsables de l'irrigation du village, des divinités protectrices de celle des terres tribales et Athtar du monde entier. [14]

La popularité d'un dieu de la guerre dont la soif de sang inextinguible est attestée dès le troisième millénaire avant notre ère explique beaucoup de choses sur la nature de l'Islam.

Chemosh a commencé à disparaître de l'histoire après la conquête du Levant par Nabuchodonosor au début du VIe siècle av. La dernière inscription connue attestant du nom Chemosh est datée du IVe siècle av. [15] Que lui est-il arrivé ? Nous obtenons un indice des pièces émises sous le règne de l'empereur romain Septime Sévère (193-211 après JC) trouvées dans la capitale de Moab, représentant l'empereur d'un côté et un dieu de la guerre de l'autre. À cette époque, l'ancienne capitale de Moab, Diban, avait été rebaptisée Areopolis en l'honneur du dieu patron de la région, qui avait été assimilé au dieu grec de la guerre, Ares. [16]

Comme Chemosh, Ares (Mars pour les Romains) n'était pas un dieu agréable à avoir. Sous sa forme gréco-romaine, il incarnait l'aspect effréné et destructeur de la guerre - l'effusion de sang insensée pour elle-même. En d'autres termes, le personnage d'Arès/Mars ressemblait beaucoup à la déesse guerrière assoiffée de sang Anat des Cananéens et Ishtar/Inanna de Babylone et de Sumer. Cela correspond à l'image du roi Mesha de Moab massacrant son propre fils au milieu d'une bataille, à la vue de tous, pour apaiser son dieu assoiffé de sang.

Chemosh n'a pas disparu, il s'est juste transformé en dieu de la guerre gréco-romaine, Ares/Mars.

Alors, Chemosh a fait ne pas disparaître, il a simplement fait ce que d'autres divinités du monde antique ont fait pendant des milliers d'années : changé son identité. Et il est connu dans le monde depuis deux mille ans comme le dieu de la planète rouge, Mars.

Dans Mauvaise Lune qui se lève, Derek soutient que le dieu de la guerre Chemosh/Ares/Mars/Athtar, ou l'esprit se manifestant comme le dieu de la guerre, a joué un rôle clé dans l'histoire du monde. Les archéologues disent que la «première preuve d'une guerre organisée à grande échelle» se trouve dans l'ancienne ville de Hamoukar, dans l'extrême nord-est de la Syrie, datée d'environ 3500 av. [17] C'était à l'époque où la Mésopotamie était dominée par Uruk, la ville au cœur du royaume de Nimrod, et la ville sacrée du dieu/déesse sanguinaire Inanna/Ishtar, dont l'aspect masculin de dieu de la guerre , Athtar, était encore vénéré par les tribus d'Arabie quatre mille ans plus tard, à l'époque de Mahomet.

Cet esprit martial destructeur a influencé l'humanité pendant des millénaires. Alors que les différences religieuses ont été utilisées pour justifier des conflits violents à travers l'histoire, une seule grande religion appelle ses adeptes à répandre leur foi par la violence. Et à son taux de croissance actuel, l'islam sera la plus grande religion du monde d'ici 2070. [18]

Dans les Écritures, il n'y a pas de rôle clairement défini pour l'Islam. Nous vous renverrons au livre de Derek Mauvaise Lune qui se lève pour plus de détails sur notre proposition de chronologie prophétique, mais en bref, nous pensons que les choses se terminent mal pour les musulmans. L'islam sera sacrifié par les principautés et les puissances derrière lui pour duper Israël – et les chrétiens, si nous sommes encore ici sur terre – en acceptant l'Antéchrist comme le Messie dans la chair. C'est spéculatif, comme le sont une grande partie des prophéties de la fin des temps, mais la destruction de l'Islam en tant que stratagème semble le scénario le plus plausible que nous puissions imaginer pour inciter les Juifs à accueillir et à adorer l'Antéchrist.

Pourquoi les esprits qui ont créé la fausse religion de Mahomet sacrifieraient-ils ses disciples ? Chemosh/Ares/Mars/Athtar, le cavalier sur le cheval rouge, est le dieu de la violence insensée et sanglante. Regardez le nombre de morts accumulés par la guerre à travers les âges. Il nous déteste, même ceux qui font son offre.

Malheureusement pour ceux qui suivent les enseignements de Mahomet, ils ne sont rien de plus pour le dieu de la guerre et ses collègues que des idiots utiles. Le plus grand service que les musulmans puissent rendre à ce dieu est de mourir et d'amener le peuple élu de Dieu à accueillir le faux Christ comme leur Messie.

[1] 1 Rois 11:7 2 Rois 23:13.

[2] C'est la même divinité que la Bible appelle Dagon, dieu des Philistins.

[3] Giovanni Pettinato. Les Archives d'Ebla : un empire inscrit dans l'argile (Garden City, NY : Doubleday & Company, Inc., 1981), p. 257.

[5] Jérémie 46 :2 2 Chroniques 35 :20 Esaïe 10 :9.

[7] « La stèle de Mesha ». Livius.org (http://www.livius.org/sources/content/anet/320-the-stela-of-mesha/), récupéré le 27/12/18.

[8] Anthony J. Spalinger. « Un rituel cananéen trouvé dans les reliefs égyptiens », Journal de la Société pour l'étude des antiquités égyptiennes 8 (1978), p. 50.

[9] David Flusser. Judaïsme de la période du Second Temple : sages et littérature (Grand Rapids, Michigan Cambridge Jérusalem : William B. Eerdmans Publishing Company : Hebrew University Magnes Press, 2009), p. 41.

[11] Livre des Jubilés 10:8, 17:1516.

[12] « Concepts juifs : anges et angélologie », Bibliothèque virtuelle juive (https://www.jewishvirtuallibrary.org/angels-and-angelology-2), récupéré le 28/12/18.

[13] C. Houtman. « Reine du ciel », dans K. van der Toorn, B. Becking, & P. W. van der Horst (Eds.), Dictionnaire des divinités et des démons dans la Bible (2e édition largement révisée) (Leiden Boston Köln Grand Rapids, MI Cambridge : Brill Eerdmans, 1999), p. 678.

[14] Robert G. Hoyland. L'Arabie et les Arabes : de l'âge du bronze à l'avènement de l'islam (Londres New York, Routledge), p. 140.

[15] Collin Cornell. « Qu'est-il arrivé à Kemosh ? » Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft 128 (2), 2016, p. dix.


Comment s'appelait le père de Mésha, roi de Moab ? - Histoire

Moab : Royaume de l'âge du bronze et du fer, directement à l'est de la mer Morte, situé dans la Jordanie moderne.

Le royaume de Moab était situé entre Ammon au nord, Edom au sud, le désert à l'est et la mer Morte à l'ouest. Il est mentionné plusieurs fois dans la Bible, mais la plus ancienne référence à la terre se trouve dans une inscription égyptienne de l'époque de Ramsès II (1279-1213). On a aussi des références assyriennes à l'existence de ce petit état de l'âge du bronze et du fer qui, selon les archéologues, a longtemps conservé son caractère (semi) tribal, même s'il y avait plusieurs villes. Cette qualification est corroborée par le fait que la Bible mentionne un chef du IXe siècle qui élevait des moutons. note [ 2 Rois 3.4.]

Histoire ancienne

En tant qu'unité politique, Moab existait au XIIIe siècle, lorsque le pharaon Ramsès II ordonna une campagne punitive contre les nomades. Cette agression n'a pas empêché l'influence culturelle : la "Stèle de Balu", un peu plus jeune, aujourd'hui au Musée d'Amman, prouve qu'au moins un artiste moabite s'est inspiré de l'Egypte.

La Bible fait référence à une première guerre entre un chef des Amorites, Sihon de Hesbon, et les Moabites, note [Nombres 21.26.] et raconte que Moïse a conduit les Hébreux à travers Moab, avant de mourir sur le mont Nébo. note [ Deutéronome 34.1-6.] Bien que l'historicité de cette histoire ne soit pas incontestée - les douzième, onzième, dixième et neuvième siècles sont une période notoirement sombre - il est certainement possible que des nomades se soient déplacés le long de la route royale, à travers ou autour de Moab. L'histoire des Hébreux errants de Moïse ne peut pas être confirmée, mais n'est pas en soi invraisemblable.

L'instabilité de la situation est également montrée dans Juges , qui raconte comment le chef moabite Eglon s'est allié aux Ammonites et aux Amalécites, et a capturé la Cité des Palmiers (Jéricho). Finalement, le juge juif Ehud assassina Eglon. note [ Juges 3.12-30.] D'autres conflits sont mentionnés à l'époque du roi Saül note [ 1 Samuel 14.47.] et du roi David, qui exécuta de nombreux prisonniers de guerre moabites. note [ 2 Samuel 8.2.] Salomon, le fils de David (c.970-c.931), était marié à une dame moabite et vénérait le dieu moabite Kemoš. note [ 1 Rois , 11.1, 7.]

Indépendance

Moab a peut-être été indépendant après le règne du roi Salomon, mais il est mentionné plus tard comme soumis au royaume d'Israël. Selon 2 Rois, les Moabites se révoltèrent après la mort du roi israélite Achab (851), mais furent impitoyablement punis par son petit-fils Joram. note [2 Rois 1.1 et 3.4-27.] Néanmoins, l'auteur de ce récit ne nie pas que les Israélites n'aient pas pu s'emparer de la résidence royale. Peut-être, Jehoram a-t-il dû retourner combattre Aram-Damas ou craint l'invasion assyrienne de 841.

La stèle de Mesha, qui a été trouvée dans l'ancienne capitale moabite de Dibon, confirme que les Moabites se sont battus contre un descendant d'Achab, et mentionne deux forts construits par Israël, qui ont finalement été repris par Moab. L'inscription mentionne également la tribu biblique de Gad comme liée aux Moabites, et prouve que le dieu principal du panthéon moabite était Kemoš.

Cela prouve également que le peuple parlait une langue qui ressemblait beaucoup à l'hébreu, et ce n'est peut-être pas un hasard si la Bible mentionne que le roi David avait une grand-mère moabite. note [ Ruth 4.16.] Pourtant, les relations avec les Juifs n'étaient pas toujours amicales. Jérémie a prédit le sort des Moabites, note [ Jérémie 48.] Amos était en colère contre eux, note [ Amos 2.1.] et Nombres contient l'histoire qu'à l'époque de Moïse, un roi moabite nommé Balak a engagé le prophète Balaam pour maudire les Hébreux . Au lieu de cela, il les a bénis. La troisième bénédiction contenait la ligne suivante, très importante :

Cette ligne est devenue le pivot du messianisme ultérieur et a assuré que le nom de « Moab » restait utilisé pour les ennemis d'Israël, quelle que soit leur origine ethnique réelle. Il est intéressant de noter qu'un temple a été fouillé à Deir 'Alla, où à la fin du IXe et au début du VIIIe siècle, des oracles ont été donnés au nom de Balaam (suite. ).

/> Relief d'un dieu guerrier moabite de Redjom el-A'abed

À l'heure actuelle, les Assyriens avaient déjà manifesté un intérêt pour les terres à l'ouest de l'Euphrate. Il semble que sous le règne de Tiglath-Pileser III (745-727), le roi Kemoš-Nadab de Moab se soit soumis pacifiquement à l'Assyrie, peut-être par crainte pour Aram. Étant un État vassal, Moab a conservé une partie de son indépendance, Ammon et Edom ont poursuivi la même politique, tout comme Juda. Israël, en revanche, a été annexé. L'hommage du roi moabite Musuri est mentionné sous les règnes de Sennachérib (705-681) et d'Esarhaddon (680-669). Les sources assyriennes font également référence à des guerres à petite échelle contre des tribus nomades. Par exemple, le roi Kemoš-Haleth a vaincu certains bédouins.

Province de l'Empire d'Orient

En tant que vassal assyrien, Moab avait conservé une partie de son indépendance, mais lorsque les Assyriens furent supplantés par les Babyloniens comme chefs du Proche-Orient, Moab et Ammon furent, en 582, réduits au rang de province de l'Empire babylonien. note [Flavius ​​Josèphe, Antiquités juives 10.181.] Juda avait déjà été annexé en 587 - Jérusalem fut saccagée - et Edom semble avoir été conquise en 553. note [Nabonide Chronique i.17.]

L'histoire du pays est désormais identique à celle de l'empire du Proche-Orient : lorsque les Perses prennent le pouvoir en 539, ils deviennent également les nouveaux maîtres de la province de Moab. Lorsque le conquérant macédonien Alexandre le Grand a soumis les Perses après 334, il a repris Moab. Après cela, Moab disparaît de nos sources. Le pays a été repris par les Nabatéens. noter [Cf. Josèphe, Antiquités juives 13.382.] La référence à Moab dans la note de Daniel [Daniel 11.41.] est un archaïsme délibéré.