Podcasts sur l'histoire

Palomas IX-91 - Histoire

Palomas IX-91 - Histoire

Palomas

(IX-91: dp. 312; 1. 161'; b. 30'1"; s. 10 k.)

Palomas (IX-91) a été construit comme goélette aood Will par Bethlehem Shipbuilding Corp., Wilmington, Del. , et rebaptisé Palomae le 5 octobre 1942.

Opérant à partir de San Diego, le Palomas a navigué le long de la côte sud de la Californie dans une capacité d'entraînement. Unité de la Western Sea Frontier, le Palomas protégeait la région du sud de la Californie en protégeant les navires alliés et amis, et opérait en tant que patrouille. Elle a été assignée comme unité de ServRon 2 le 19 octobre 1943 et a continué des opérations de côte ouest avec cette unité jusqu'à la fin de la guerre.

Après la cessation des hostilités, le Paloma' s'est présenté à San Francisco pour élimination le 1er juin 1946. Il a été mis hors service le 10 août 1946, rayé de la Navy List le 25 septembre 1946 et transféré à la Commission maritime pour élimination le 3 mars 1947.


Paloma

Paloma est un cocktail mexicain très populaire à base de tequila. Contrairement à la croyance populaire, le paloma, et non la margarita, est le cocktail préféré du Mexique.

Comment faire un paloma

Un cocktail paloma traditionnel est servi sur glace et souvent dans un verre highball. Ce cocktail rose est préparé avec du jus de pamplemousse et de la tequila. Selon les connaisseurs de cocktails, le pamplemousse et la tequila se marient parfaitement. Cette combinaison est encore meilleure que celle de la tequila et du jus de citron vert. L'ajout de sel sur le bord du verre, comme pour une margarita, est facultatif.

Paloma : Histoire & Légendes du populaire cocktail mexicain

Étymologiquement, le mot paloma signifie colombe en espagnol. Cet oiseau est souvent associé à la paix. L'origine de ce cocktail reste inconnue jusqu'à aujourd'hui. Cependant, même si personne ne peut dire qui est le digne inventeur de cette délicieuse boisson mexicaine, certaines sources attribuent sa création à Don Javier Delgado Coroba. Cet homme était propriétaire d'un bar légendaire nommé La Capilla dans la ville de Tequila dans l'état de Jalisco au Mexique.

Articles Similaires:

Mais comme le dit le vieil adage, il n'y a pas de fumée sans feu ! Car c'est le même Don Javier Delgado Coroba qui serait à l'origine d'un autre cocktail populaire à base de soda et de tequila. As-tu entendu parler de bartanga? C'est un cocktail à base de Coca-Cola, de tequila et de jus de citron vert.

Aussi, plusieurs sources confirment que le barman Evan Harrison a été le premier à introduire la boisson paloma aux États-Unis, dans un pamphlet intitulé : “Popular Cocktails of The Rio Grande”. Dans cette brochure, Harrison fait référence à la région du Texas. En effet, c'est dans cette région que les pamplemousses sont devenus populaires et sont produits en grande quantité.

Les pamplemousses du Texas et la popularité croissante du paloma

Ce qui fait l'originalité du cocktail paloma, c'est la qualité de son pamplemousse. Une variété étonnante de pamplemousse a été découverte au Texas en 1929 par un cultivateur d'agrumes nommé A.E. Henninger. Il a en fait remarqué une marque rouge sur l'un de ses arbres. Cette marque était en fait une mutation. L'agrumiculteur a continué à planter ces pamplemousses, étendant l'ampleur de la mutation rouge. De cette mutation est née la variété de pamplemousse Ruby Red, une variété de pamplemousse américaine très populaire qui rend ce cocktail si spécial dans la région.

Bien que le paloma ne soit pas si populaire dans le nord des États-Unis, ce cocktail est très populaire à Houston au Texas. Avec la popularité croissante de la nourriture tex-mex, la production de pamplemousses aux États-Unis a dépassé celle du Mexique d'un demi-million chaque année.

Bien que l'association du pamplemousse et de la tequila soit brillante, il est assez surprenant que le paloma soit sous-représenté sur la carte des cocktails aux États-Unis. Il y a en fait deux raisons principales :

Premièrement, la recette traditionnelle du cocktail paloma au Mexique est faite avec du soda au pamplemousse, qui est une boisson gazeuse pétillante. Cela présente deux inconvénients majeurs : d'une part, les bulles du soda s'évaporent rapidement une fois la bouteille ouverte. Ensuite, ce gaspillage réduit donc les marges que pourraient faire les bars sur ce cocktail.

Au Mexique, il existe plusieurs types de soda au pamplemousse. La plupart d'entre eux ne franchissent jamais la frontière américaine pour des raisons douanières. Ainsi, les versions de recette de paloma américaine et mexicaine n'ont pas le même goût. Aux États-Unis, la saveur du pamplemousse dans les cocktails est altérée car ils contiennent une forte concentration de sirop de maïs. Cela donne un goût plus sucré mais moins fruité.

Mais ce qui a pu nuire à la popularité de la boisson paloma tequila a été l'introduction massive de la machine à margarita dans les années 70. En effet, cette machine a contribué à de meilleurs profits pour les restaurants et les bars.

Le paloma est de plus en plus omniprésent sur les cartes de cocktails au Texas et sa popularité ne cesse d'augmenter. Qui sait, peut-être que dans quelques années, le cocktail traditionnel mexicain deviendra aussi populaire que les cocktails mojito ou daiquiri qui font fureur aujourd'hui.

Alors, êtes-vous plutôt paloma ou margarita ? Vous ne pouvez pas choisir entre ces deux recettes de boissons à la tequila ? Que diriez-vous d'essayer ce cocktail mexicain rafraîchissant et de nous le faire savoir?

Cette recette de boisson paloma est validée par notre experte culinaire mexicaine Mely Martinez de Mexico In My Kitchen.


Il y a 61 enregistrements de recensement disponibles pour le nom de famille Palomas. Comme une fenêtre sur leur vie quotidienne, les dossiers de recensement de Palomas peuvent vous dire où et comment vos ancêtres travaillaient, leur niveau d'éducation, leur statut d'ancien combattant, etc.

Il y a 50 dossiers d'immigration disponibles pour le nom de famille Palomas. Les listes de passagers vous permettent de savoir quand vos ancêtres sont arrivés aux États-Unis et comment ils ont effectué le voyage - du nom du navire aux ports d'arrivée et de départ.

Il y a 4 archives militaires disponibles pour le nom de famille Palomas. Pour les anciens combattants parmi vos ancêtres Palomas, les collections militaires fournissent des informations sur l'endroit et le moment où ils ont servi, et même des descriptions physiques.

Il y a 61 enregistrements de recensement disponibles pour le nom de famille Palomas. Comme une fenêtre sur leur vie quotidienne, les dossiers de recensement de Palomas peuvent vous dire où et comment vos ancêtres travaillaient, leur niveau d'éducation, leur statut d'ancien combattant, etc.

Il y a 50 dossiers d'immigration disponibles pour le nom de famille Palomas. Les listes de passagers vous permettent de savoir quand vos ancêtres sont arrivés aux États-Unis et comment ils ont effectué le voyage - du nom du navire aux ports d'arrivée et de départ.

Il y a 4 archives militaires disponibles pour le nom de famille Palomas. Pour les anciens combattants parmi vos ancêtres Palomas, les collections militaires fournissent des informations sur l'endroit et le moment où ils ont servi, et même des descriptions physiques.


Palomas IX-91 - Histoire

Juste après 17 heures, après une journée de route depuis Odessa, au Texas, au cours de laquelle les roues avant de la Volvo ont fait un bruit inquiétant comme le bruit d'un hélicoptère, je suis arrivé à Martha's Place (204 West Lima Avenue , 575-531-2467 Hôtel Los Milagros ). C'est un vaste bâtiment de style adobe, avec des balcons et un intérieur chaleureux à la hauteur des critiques du Web. Martha Skinner, agent immobilier et ancien maire de la ville, m'a montré une chambre bleu pâle et m'a donné mon premier tutoriel sur la vie de Columbus : si je voulais manger, a-t-elle dit, je devrais le faire bientôt tous les restaurants ferment à six heures. Quinze minutes plus tard, je savourais un burrito « humide » (7 $), plein de succulent bœuf râpé et nappé de sauce chili rouge, du Pancho Villa Cafe (327 Lima Avenue, 575-531-0555). Il s'avère que le nom du restaurant vient de l'histoire de la ville.

Le lendemain matin, j'ai visité le Columbus Historical Society Museum (575-531-2620), dans une ancienne gare pleine de photographies d'archives, de vieux journaux et d'autres objets. Là, j'ai rencontré W. Lee Robinson Jr., un homme bavard et chauve qui a dit que tout le monde l'appelait Radar parce qu'il ressemblait à Radar de "M*A*S*H". Au début de 1916, Radar a expliqué que le Mexique était en plein bouleversement, et Pancho Villa, un général révolutionnaire, était en conflit avec le gouvernement fédéral à Mexico. Ce conflit aurait pu rester à l'intérieur des frontières du Mexique, sauf que Woodrow Wilson a décidé de mettre fin à son soutien à Villa et de soutenir Mexico à la place. Pour se venger de cet affront, Villa envoya ses forces de l'autre côté de la frontière le 9 mars 1916 pour attaquer Columbus. Ils ont incendié des bâtiments, pillé des commerces et tué 10 citoyens et 8 soldats avant d'être mis en déroute.

L'attaque a laissé à Columbus un sens aigu de la frontière, son identité à jamais liée à celle de Palomas. Pendant des décennies, les résidents ont traversé librement le Mexique pour des dîners de tacos, des cigarettes et des boissons alcoolisées hors taxes, et même des visites chez le dentiste. Mais ils sont aussi devenus hyper conscients de leurs homologues - les immigrés mexicains, illégaux ou légaux, qui traversent l'Amérique, certains transportant de la drogue, d'autres des rêves. Et quels que soient leurs sentiments sur la frontière, ils semblent comprendre que Colomb n'existerait pas, ni dans l'histoire ni aujourd'hui, sans Palomas - et vice versa. Cette étrange symbiose est devenue plus étrange ces dernières années, avec les mesures de sécurité post-11 septembre et les politiques anti-immigration rendant le voyage du sud au nord plus difficile.

Une paire de tacos de barbacoa coûte 1,25 $. Le soleil était chaud et haut dans le ciel, mais je me suis quand même promené dans Palomas, curieux de savoir qui j'allais rencontrer. Dans un hôtel flambant neuf, le propriétaire m'a demandé de dire bonjour à Martha Skinner, c'est son dentiste. Dans un parc ombragé, un autre homme m'a dit qu'il se rendait à Phoenix, en Arizona, pour faire des travaux de toiture sous une chaleur de 120 degrés. Je n'arrêtais pas de retourner à Palomas au cours des deux prochains jours, non seulement pour me remplir le ventre de nourriture bon marché (Gimez, dans la rue Cinco de Mayo, avait un excellent poulet grillé) et ma voiture avec de l'essence bon marché (31,25 $ pour un réservoir plein à Pemex, environ 8 $ de moins qu'à Columbus). Une fois, je me suis arrêté dans un glacier La Reina de Michoacín où j'avais une fantastique paleta de goyave (1 $) et j'ai rencontré un homme plus âgé portant un gros lézard de compagnie. Pendant qu'il la laissait courir autour de sa table, il m'a dit dans un anglais maladroit qu'il travaillait illégalement à San Diego avant d'être expulsé. Maintenant, il était enfermé à Palomas, attendant son heure jusqu'à ce qu'il puisse à nouveau traverser la frontière. Alors qu'il prononçait son nom - Charles, pas Carlos - je pouvais sentir sa fierté d'avoir simplement vécu de l'autre côté.

Quand je suis rentré au Nouveau-Mexique cette nuit-là, les gardes-frontières des États-Unis m'ont arrêté pour un interrogatoire - apparemment, ils ne voient pas beaucoup de plaques d'immatriculation de New York et encore moins de passeports remplis de visas. Ils étaient amicaux, mais mon cœur battait quand même plus vite et j'essayais d'imaginer ce que devait ressentir un étranger. Un seul mot faux, un signal mal compris ou une erreur bureaucratique pourraient suffire à vous bloquer au Mexique, à cinq kilomètres de la ville endormie qui pourrait être votre porte d'entrée vers une nouvelle vie. Après plusieurs minutes, les gardes m'ont remis mon passeport et m'ont renvoyé. La Volvo est passée à la vitesse supérieure et je suis retourné dans ma chambre bleu pâle dans la maison de quelqu'un d'autre.


Palomas IX-91 - Histoire

À seulement une demi-heure de l'autoroute 10 à la sortie de la ville de Deming et à seulement 3 minutes de Columbus, au Nouveau-Mexique, vous pouvez être dans un autre pays.


Columbus NM - Passage frontalier Palomas MX

Revenir aux États-Unis est une autre affaire. Si vous n'avez pas de passeport, vous aurez besoin d'un permis de conduire ou d'un certificat de naissance ou d'une autre pièce d'identité émise par le gouvernement avec une photo pour prouver que vous êtes citoyen américain. Vous pouvez également être invité à prouver que votre animal a tous ses coups. Les règles sont en constante évolution, c'est donc une bonne idée de vérifier auprès des douanes avant de traverser la frontière. C'est aussi une bonne idée de vérifier et de voir ce que vous pouvez rapporter, comme de l'alcool et des produits du tabac. Certains articles sont interdits.

Le wagon de bienvenue mexicain se compose généralement de vendeurs ambulants vendant des copies illégales de films fabriqués aux États-Unis, des lunettes de soleil et des portefeuilles « designer ». Les enfants "entrepreneurs" composent la deuxième vague avec leurs petites mains tendues pour demander votre monnaie.

C'est grand, c'est très rose, et vous ne pouvez absolument pas le manquer. Il s'appelle le Pink Store et il a développé une clientèle presque culte d'habitants de Deming, Columbus, Lordsburg, Las Cruces, Silver City et El Paso.

Les propriétaires du Pink Store, Ivonne et Sergio Romero, servent l'hospitalité mexicaine à l'ancienne depuis un quart de siècle. « Ça va être notre 25e année, saint guacamole », s'est exclamée Ivonne. "Mes grands-parents ont eu une entreprise similaire pendant 54 ans et j'ai dit que je ne le ferais jamais - et me voilà."

Pour beaucoup, la cuisine mexicaine authentique est le principal attrait du Pink Store. Le fromage pour les chili rellenos et autres favoris mexicains est en fait fabriqué par une communauté mennonite voisine. "Quel endroit formidable", a déclaré Mark Richard, résident de Bayard. "C'est tellement amusant. Nous venons ici depuis des années - le guacamole est le meilleur.

Les gens que vous rencontrez font de Palomas un endroit intéressant. C'est un peu comme l'un des points d'eau du Far West. "C'est comme un creuset", a déclaré Vicki Bellinger, une habitante de Deming. "Je rencontre des gens du monde entier ici."

Pendant des décennies, les résidents américains sont venus dans les villes frontalières mexicaines à la recherche de soins dentaires, de médicaments sur ordonnance et de lunettes plus abordables. D'autres viennent à la recherche de prix d'épicerie et de carburant moins chers, souvent juste pour des bibelots. Il y a encore des bonnes affaires à trouver.

Les autres attractions de la région incluent Columbus, à cinq kilomètres au nord de Palomas. C'est ici que le général Francisco "Pancho" Villa a effectué son raid sur le sol américain le 9 mars 1916. Il a même un parc d'État qui porte son nom.

Remarque : Article original écrit par Sam Conn. Il a depuis été modifié pour refléter les changements dans Palomas.

C'est d'ici que Pancho Villa a lancé son attaque sur Columbus, Nouveau-Mexique, le 9 mars 1916. En représailles, les États-Unis ont lancé l'expédition Pancho Villa, sous le commandement du général John J. Pershing, pour capturer Pancho Villa.

Lisez tout a propos de ça ici!


Photo de Don Bartletti


Contenu

Le Sten a émergé alors que la Grande-Bretagne était engagée dans la bataille d'Angleterre, face à l'invasion de l'Allemagne. L'armée a été contrainte de remplacer les armes perdues lors de l'évacuation de Dunkerque tout en s'agrandissant. Avant 1941 (et même plus tard), les Britanniques achetaient aux États-Unis toutes les mitraillettes Thompson qu'ils pouvaient, mais celles-ci ne répondaient pas à la demande, et les Thompson étaient beaucoup plus chères, allant de 70 à 200 $, alors qu'un Sten ne coûtait que 11 $. [12] L'entrée américaine dans la guerre à la fin de 1941 a placé une demande encore plus grande sur les équipements faisant Thompsons. Afin d'équiper rapidement une force de combat suffisante pour contrer la menace de l'Axe, la Royal Small Arms Factory, Enfield, a été chargée de produire une alternative.

Les concepteurs crédités étaient le major RV Shepherd, OBE, inspecteur de l'armement au département de conception du ministère de l'Approvisionnement au Royal Arsenal, Woolwich, (plus tard surintendant en chef adjoint au département de conception de l'armement) et M. Harold John Turpin, dessinateur principal de la conception. Département de la Royal Small Arms Factory (RSAF), Enfield. Shepherd avait été rappelé au service après avoir pris sa retraite et passé quelque temps à la Birmingham Small Arms Company (BSA).

Le Sten partageait des caractéristiques de conception, telles que sa configuration de chargeur latéral, avec la mitraillette Lanchester de la Royal Navy, qui était une copie du MP28 allemand. En termes de fabrication, la Lanchester était entièrement différente, étant faite de matériaux de haute qualité avec une coupe et une finition d'avant-guerre, contrastant fortement avec l'exécution austère de la Sten. Les chargeurs Lanchester et Sten étaient même interchangeables (bien que le chargeur du Lanchester soit plus long avec une capacité de 50 cartouches, par rapport aux 32 du Sten.) [13]

Le Sten utilisait des composants métalliques emboutis simples et des soudures mineures, ce qui nécessitait un usinage et une fabrication minimes. Une grande partie de la production pourrait être réalisée par de petits ateliers, les armes à feu étant assemblées sur le site d'Enfield. Au cours de la période de fabrication, la conception de Sten a été encore simplifiée : le modèle le plus basique, le Mark III, pouvait être produit à partir de cinq heures-homme de travail. [14] Certaines des versions les moins chères ont été fabriquées à partir de seulement 47 pièces différentes. Le Mark I était une arme plus finement finie avec une poignée et une poignée en bois. Les versions ultérieures étaient généralement plus spartiates, bien que la version finale, le Mark V, qui a été produite après la disparition de la menace d'invasion, ait été produite à un niveau plus élevé.

Le Sten a été décrit par Max Hastings comme : "très peu fiable, sujet au blocage et imprécis au-delà de 30 mètres. Il ne convenait pas aux opérations de guérilla en rase campagne car il encourageait le gaspillage de munitions. Mais il était facile et peu coûteux à produire, un Le canon coûtait quinze shillings (trois quarts de livre) et était fourni à la Résistance (française) en quantités énormes". [15]

Le Sten a subi diverses améliorations de conception au cours de la guerre. Par exemple, la poignée d'armement Mark 4 et le trou correspondant percé dans le récepteur ont été créés pour verrouiller le boulon en position fermée afin de réduire la probabilité de décharges involontaires inhérentes à la conception. La plupart des changements apportés au processus de production étaient plus subtils, conçus pour offrir une plus grande facilité de fabrication et une fiabilité accrue, et les différences potentiellement importantes dans la qualité de construction ont contribué à la réputation du Sten d'être une arme peu fiable. Cependant, un rapport de 1940 déclarait que « les rapports exagérés sur le manque de fiabilité [du Sten] étaient généralement liés à la qualité de fabrication. Don Handscombe et ses camarades de la Thundersley Patrol of the Auxiliary Units les ont jugés plus fiables que le Thompson SMG. » [16] Les pistolets Sten de la fin de 1942 et au-delà étaient des armes très efficaces, bien que les plaintes de décharge accidentelle aient continué tout au long de la guerre.

Le Sten a été remplacé par la mitraillette Sterling à partir de 1953 et a été progressivement retiré du service britannique dans les années 1960. D'autres pays du Commonwealth ont emboîté le pas, soit en créant leurs propres remplaçants, comme la mitraillette australienne F1, soit en adoptant des conceptions étrangères.

Le Sten était une mitraillette à retour de flamme tirant à partir d'un boulon ouvert avec un percuteur fixe sur la face du boulon. Cela signifie que le verrou reste à l'arrière lorsque l'arme est armée, et en appuyant sur la gâchette, le verrou avance de la pression du ressort, enlevant la cartouche du chargeur, en la chambrant et en tirant l'arme dans le même mouvement. Il n'y a pas de mécanisme de verrouillage de la culasse, le mouvement vers l'arrière de la culasse provoqué par l'impulsion de recul n'est arrêté que par le ressort moteur et l'inertie de la culasse. Le MP40 allemand, le PPSh-41 russe et la mitraillette américaine M3, entre autres, utilisaient les mêmes mécanismes de fonctionnement et la même philosophie de conception que le Sten, à savoir leur faible coût et leur facilité de fabrication. Bien que le MP40 ait également été construit en grande partie à cet effet, Otto Skorzeny a déclaré publiquement qu'il préférait le Sten car il nécessitait moins de matières premières à produire et se comportait mieux dans des conditions de combat défavorables. [17] L'effet de mettre des armes automatiques légères entre les mains des soldats, a considérablement augmenté la puissance de feu à courte portée de l'infanterie, en particulier lorsque l'arme principale de l'infanterie était un fusil à verrou capable d'environ 15 coups par minute et non adapté pour les combats à courte portée. Cependant, le mécanisme de tir à culasse, le canon court et l'utilisation de munitions de pistolet limitaient considérablement la précision et la puissance d'arrêt, avec une portée effective de seulement 100 m (330 pi) environ, contre 500 m (1 600 pi) pour le Lee– Fusil Enfield.

Les arrêts pouvaient se produire pour diverses raisons : certaines dues à un mauvais entretien, tandis que d'autres étaient propres au Sten. L'accumulation de carbone sur la face de la culasse [18] ou des débris dans le chemin de roulement de la culasse pourraient provoquer une défaillance du tir, tandis qu'une chambre sale pourrait entraîner une défaillance de l'alimentation. [19] Tirer le Sten en saisissant le chargeur avec la main de soutien avait tendance à user le loquet du chargeur, modifiant l'angle d'alimentation et provoquant un échec de l'alimentation : la bonne méthode pour tenir l'arme était comme avec un fusil, la main gauche berçant la pièce avant.

Des problèmes supplémentaires provenaient du chargeur de Sten, qui était une copie directe de celui utilisé dans le MP40 allemand, à l'origine afin de faciliter l'utilisation des chargeurs de cette arme. [20] Malheureusement, cette décision impliquait d'incorporer les défauts de ce magazine dans le processus. Le magazine avait deux colonnes de cartouches de 9 mm disposées en quinconce, fusionnant au sommet pour former une seule colonne. Alors que d'autres chargeurs décalés, tels que le Thompson, alimentés alternativement du côté gauche et du côté droit (appelés "double colonne, alimentation décalée"), le magasin Sten, comme le MP40, exigeait que les cartouches fusionnent progressivement en haut. du magasin pour former une seule colonne ("double colonne, simple alimentation"). En conséquence, toute saleté ou matière étrangère dans cette zone conique pourrait provoquer des dysfonctionnements de l'alimentation. De plus, les parois de la lèvre du magasin devaient supporter toutes les contraintes des cartouches poussées par le ressort. Ceci, associé à une manipulation brutale, pourrait entraîner une déformation des lèvres du magasin (ce qui nécessitait un angle d'alimentation précis de 8° pour fonctionner), entraînant un défaut d'alimentation et un échec du tir. Les chargeurs modernes de 9 mm, tels que ceux utilisés par la mitraillette Sterling, sont incurvés et alimentent les deux côtés pour éviter ce problème. Si un Sten ne s'alimentait pas en raison de cartouches coincées dans le chargeur, la pratique standard pour l'effacer était la suivante : retirez le chargeur du Sten, appuyez la base du chargeur contre le genou, réinsérez le chargeur dans le Sten, puis réarmez l'arme et tirer à nouveau normalement. [19] Pour faciliter un chargement plus facile lors de la tentative de pousser les cartouches vers le bas pour insérer la suivante, un outil de remplissage de chargeur a été développé et faisait partie du kit de l'arme.

La fente sur le côté du corps où fonctionnait le bouton d'armement était également la cible de critiques, car la longue ouverture pouvait laisser entrer des objets étrangers. D'un autre côté, un effet secondaire bénéfique du design minimaliste du Sten était qu'il se déclencherait sans aucune lubrification. [19] Cela s'est avéré utile dans les environnements désertiques tels que la campagne du désert occidental, où l'huile lubrifiante retenait la poussière et le sable.

La conception à boulon ouvert combinée à une fabrication bon marché et à des dispositifs de sécurité rudimentaires signifiait également que l'arme était sujette à des décharges accidentelles, ce qui s'est avéré dangereux. Une simple sécurité pouvait être engagée alors que le verrou était en position arrière (armé). Cependant, si un Sten chargé avec le verrou en position fermée tombait, ou si la crosse était heurtée contre le sol, le verrou pourrait se déplacer suffisamment vers l'arrière pour ramasser une cartouche (mais pas assez pour être engagé par le mécanisme de déclenchement) et la pression du ressort pourrait être suffisante pour chambrer et tirer la cartouche. Le Mk. La poignée d'armement du IV a été conçue pour empêcher cela en permettant de verrouiller le verrou dans sa position avant, l'immobilisant ainsi. L'usure et les tolérances de fabrication pourraient rendre ces dispositifs de sécurité inefficaces. Bien que le Sten soit quelque peu sujet à des dysfonctionnements, entre les mains d'un soldat bien discipliné, qui savait quels étaient ces problèmes et comment les éviter, ils étaient moins dangereux qu'on pourrait le suggérer autrement. Selon Leroy Thompson, "Les troupes ont généralement fait le choix conscient de garder le Sten avec un chargeur en place, en partant du principe qu'elles pourraient en avoir besoin rapidement. On pourrait alors affirmer que davantage de troupes ont été sauvées en ayant leur Sten prêt lorsqu'un ennemi a été soudainement rencontré que blessé par accident. Le Sten était plus dangereux pour ses utilisateurs que la plupart des armes d'infanterie, mais toutes les armes sont dangereuses. [17]

Les canons Sten ont été produits dans plusieurs marques de base (bien que le Mk I ait connu un service limité et que le Mk IV n'ait jamais été publié), et près de la moitié du total produit étaient des versions Mark II. Environ 4,5 millions de Stens dans toutes leurs variantes ont été produits pendant la Seconde Guerre mondiale. [21]

Marque que je modifie

Le tout premier pistolet Mk I Sten (numéro 'T-40/1' indiquant son auteur Harold Turpin, l'année 1940 et le numéro de série "1") a été fabriqué à la main par Turpin aux usines Philco Radio à Perivale, Middlesex en décembre 1940/ Janvier 1941. Cette arme particulière est détenue par la collection d'armes historiques du Corps scolaire d'infanterie et d'armes légères de l'armée britannique à Warminster, Wiltshire. [22]

Le premier modèle avait un cache-éclair conique et une finition fine. Il avait une poignée avant en bois et une poignée avant (parfois en acier), ainsi que pour une partie de la crosse. La crosse était un petit contour de tube, un peu comme le Mark II Canadian. Une caractéristique unique était que la poignée pistolet avant pouvait être tournée vers l'avant pour faciliter le rangement. Le manchon du canon s'étendait jusqu'au bout, où il rencontrait le cache-éclair. Le long du haut du tube entourant le canon se trouvait une ligne de petits trous et ses viseurs étaient configurés un peu différemment. Environ 100 000 ont été fabriqués avant que la production ne passe au Mark II. Les Sten Mk I en possession allemande ont été désignés MP 748(e), le 'e' signifiant anglais.

Marque I* Modifier

Il s'agissait de la première simplification du Mk I. La poignée avant, les meubles en bois et le cache-flamme ont été retirés pour des raisons de rapidité de production. [23]

Mark II Modifier

Le Mark II était la variante la plus courante, avec deux millions d'unités produites. [21] C'était une arme beaucoup plus grossière que le Mk I. L'éliminateur de flash et la poignée pliante (la poignée) du Mk I ont été omis. Un canon amovible était maintenant fourni qui dépassait de 3 pouces (76 mm) au-delà du manchon du canon. En outre, un loquet spécial permettait de faire glisser le chargeur en partie hors du boîtier du chargeur et le boîtier pivotait de 90 degrés dans le sens inverse des aiguilles d'une montre (du point de vue de l'opérateur), couvrant ensemble l'ouverture d'éjection et permettant à l'arme et au chargeur de reposer à plat sur son côté.

Le manchon du canon était plus court et plutôt que d'avoir de petits trous sur le dessus, il y avait trois séries de trois trous également espacés sur le linceul. Pour permettre à un soldat de tenir un Sten par le manchon chaud du canon avec la main de soutien, un protège-manche en cuir isolant à lacets était parfois émis. < [b] Les Sten Mk II en possession allemande étaient désignés MP 749 (e), le " e" signifiant anglais. Certains Mk II étaient équipés d'une crosse en bois car cette pièce était souhaitable et interchangeable avec le Mk V. Le fusil d'assaut Spz-kr, une conception allemande rudimentaire faite dans les derniers stades de la guerre, utilisait le récepteur et les composants du Sten Mk II, et le MP 3008 a été fait comme une copie bon marché.


Contenu

Histoire ancienne Modifier

George Jenkins a précédemment travaillé comme commis aux stocks et directeur chez Piggly Wiggly de 1926 à 1930. [14] Lorsque Jenkins a décidé d'ouvrir sa propre épicerie, il a adopté le nom "Publix" d'une société de cinéma en difficulté basée à New York (avec 19 salles de cinéma richement décorées en Floride) appelée Publix Theatres Corporation. Jenkins a déclaré: "La plupart des cinémas fermaient et j'aimais le son du nom, alors je l'ai juste pris pour mon magasin." [15] Jenkins a ouvert le premier magasin d'alimentation Publix à Winter Haven, en Floride, le 6 septembre 1930, un bâtiment de 3 000 pieds carrés situé au 58 Northwest 4th Street. [16] [17] En 1934, ce magasin a réalisé 120 000 $ de ventes. En 1935, il ouvre un deuxième marché, l'Economy Food Store, également à Winter Haven. Malgré la Grande Dépression, ses magasins étaient financièrement prospères.

En 1940, Jenkins, affectueusement appelé « M. George » par ses employés, a hypothéqué une orangeraie pour construire le premier supermarché de Floride. Le 8 novembre 1940, [16] son ​​« food palace » a ouvert ses portes au 199 West Central Avenue, [18] avec de la musique d'ambiance, la climatisation, des caisses froides pour les articles surgelés et réfrigérés, des magasins de beignets et de fleurs en magasin, et portes automatiques à oeil électrique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, des pénuries de matériaux l'empêchent de construire des magasins supplémentaires. En 1945, Jenkins a acheté la chaîne de magasins d'alimentation All American de 19 magasins et les a convertis en Publix Super Markets. [19]

En 1951, Publix a déplacé son siège social de Winter Haven à Lakeland, en Floride, et y a construit son premier entrepôt de distribution. Dans le même temps, ils ont commencé à fermer les magasins All American, les remplaçant par les marchés Publix. En 1956, Publix a réalisé 50 millions de dollars de ventes et 1 million de dollars de bénéfices. En 1957, la boutique de beignets de chaque magasin a été agrandie pour devenir une boulangerie à service complet. [20]

Expansion de la Floride Modifier

En 1959, Publix était la chaîne de supermarchés dominante en Floride centrale et a commencé à s'étendre au sud de la Floride, en ouvrant un magasin à Miami et en acquérant six magasins de Grand Union. [21] En 1963, la société a construit un centre de distribution à Miami et a commencé à fournir des services de charcuterie. En 1970, les ventes ont dépassé les 500 millions de dollars, elles ont atteint 1 milliard de dollars en 1974, lorsque la chaîne s'est étendue pour inclure Jacksonville, en Floride. [ citation requise ]

En 1982, l'entreprise lance le Presto! Réseau de guichets automatiques, il a rapidement installé des guichets automatiques dans chaque Publix. Les ventes ont dépassé les 5 milliards de dollars en 1989. [22]

En 1983, Carol Jenkins Barnett a rejoint le conseil d'administration de Publix et a occupé ce poste jusqu'en 2016. Pendant son séjour chez Publix, la société est devenue la plus grande chaîne de supermarchés de Floride et s'est développée dans cinq autres États. [23]

Le 5 octobre 1995, Publix a ouvert son 500e magasin à Miami, en Floride. [24]

Publix Super Markets a acheté 49 magasins de Floride à Albertsons. L'accord a été annoncé le 9 juin 2008 et a été finalisé le 9 septembre 2008. Il comprenait 15 sites dans le nord de la Floride, 30 dans le centre de la Floride et quatre dans le sud de la Floride. La vente a permis à Publix d'exploiter quatre magasins dans une nouvelle zone de marché pour l'entreprise, le comté d'Escambia, en Floride (la région de Pensacola). [25]

Le 5 février 2009, Publix a ouvert son 1 000 magasin à St. Augustine, en Floride, devenant ainsi l'un des cinq détaillants alimentaires américains à atteindre ce nombre de magasins. Le magasin de St. Augustine est parmi les premiers magasins Publix conçus pour être écoénergétiques. Le magasin comprend des lumières à détecteur de mouvement dans tout le magasin, y compris sur les portes du congélateur, et un système d'éclairage au plafond qui peut être contrôlé par chaque département. [26]

Expansion au sud et au centre de l'Atlantique Modifier

Le premier Publix en dehors de la Floride a ouvert ses portes à Savannah, en Géorgie, en 1991, des installations de distribution et de fabrication à Dacula, en Géorgie (une banlieue nord-est d'Atlanta) ont rapidement suivi, alors qu'il commençait à s'étendre dans la région métropolitaine d'Atlanta en 1993. Publix s'est encore étendu en Caroline du Sud (1993 ), Alabama (1996), Tennessee (2002), Caroline du Nord (2014) et Virginie (2017).

En 2011, Publix a annoncé son expansion en Caroline du Nord, initialement en ouvrant des magasins dans la région métropolitaine de Charlotte, [27] et a annoncé plus tard la construction d'un nouveau magasin à Asheville. [28] Les premiers magasins Publix de la région de Charlotte (du côté de la Caroline du Sud de la région métropolitaine, ouverts en 2012) le premier magasin Publix de Caroline du Nord a ouvert ses portes à Ballantyne en 2014. [29] Parallèlement, Publix a acheté sept magasins de la région de Charlotte auprès de magasins concurrents BI-LO. [30] Publix a finalisé l'achat d'une propriété à Boone, en Caroline du Nord, le 20 novembre 2015 avec des plans d'ouverture en 2017. [31]

En février 2016, Publix a annoncé son entrée sur le marché de Virginie, avec la signature de deux baux de magasins, le premier à Bristol dont l'ouverture est prévue en 2017 et le second dans la métropole de Richmond prévue pour 2018. [32][32]En juillet 2016, il a été annoncé que Publix avait conclu un accord d'achat avec Ahold et le Groupe Delhaize pour 10 magasins Martin's Food Markets sur le marché de Richmond dans le cadre de la cession de magasins afin d'obtenir l'autorisation de la Federal Trade Commission pour la fusion imminente Ahold/Delhaize.

In April 2016, Ed Crenshaw, grandson of founder George Jenkins, retired from his position as CEO. [33] President Todd Jones, a 36-year Publix employee whose first job was as a front service clerk (bagger), took on Crenshaw's responsibilities as CEO. Jones is the first member outside of the Jenkins family to have assumed the position. [34] Ed Crenshaw will remain with Publix as Chairman of the Board of Directors. [35]

Response to the COVID-19 pandemic Edit

During the COVID-19 pandemic, Publix started working with the federal and state agencies and the Centers for Disease Control and Prevention (CDC) beginning in late January 2020. The chain closed food demonstrations, increased sanitation and routine cleaning, [36] as well as installing plexiglas partitions at registers and customer service desks. [37] As of July 21, 2020, face masks were required for all customers in all Publix facilities. [38]

During the pandemic, Publix said it would purchase milk and fresh produce from farmers and dairies in Florida who faced reduced demand as a result of school and restaurant closures. Publix said the produce, which would otherwise be discarded, would be donated to food banks of Feeding America. [39]

Publix started to administer COVID-19 vaccines in early January 2021, with a 22-store pilot in the state of Florida with a focus on long-term care residents and staff, seniors, and health-care personnel. As of mid-February, Publix had provided for than 300,000 vaccines for customers in Florida, Georgia, South Carolina and Virginia. [40] Publix has faced criticism over its extensive involvement in the distribution of vaccines in Florida, including allegations that it had curried favor with the Ron DeSantis administration by making a campaign donation through an affiliated PAC, and that Publix as exclusive distributor disproportionately favored wealthy neighborhoods. [41] [42] [43]

Publix and the DeSantis administration deny that there was a pay to play arrangement in an April 2021 interview with 60 minutes, DeSantis stated that Publix was "were the first one to raise their hand" when Florida sought distribution partners for vaccines in retail (noting that CVS Health and Walgreens were largely focusing on vaccination at long-term care facilities), and that 90% of Florida's senior population lived in close proximity to a Publix location, especially in Palm Beach (which has 65 locations, and was identified by the Governor as "one of the most elderly counties"). These remarks were not included in the version of the interview aired by CBS, which has led to allegations that the interview had been edited to create a false narrative. [41] [44] Democratic Mayor of Palm Beach County Dave Kerner stated, "The reporting was not just based on bad information — it was intentionally false. I know this because I offered to provide my insight into Palm Beach County's vaccination efforts and 60 minutes declined." [45]

2021 shooting Edit

On June 10, 2021, at 11:34 am EDT, a shooting occurred at a Publix super market in Royal Palm Beach, Florida. A gunman walked up to a cart within the produce section and shot and killed a 1-year-old boy. A short struggle then occurred with the boy's 69-year-old grandmother, who was thrown to the ground and killed as well. The shooter, identified as 55-year-old Timothy J. Wall, then committed suicide. No link has been found between the gunman and the victims, although Wall's social media posts indicated an inclination to "kill people and children". Publix told news sources that "the store had been disinfected and rearranged" the building re-opened two days later on June 12. [46]

Each store provides products and services in its grocery, deli, bakery, produce, floral, meat, and seafood departments. Some stores have valet parking, cafés, sushi bars, pharmacy departments, and/or a liquor store. The submarine sandwiches sold at Publix's Deli are often referred to as "Pub subs". [47] [48]

The customer service counter also provides check cashing, money orders, Western Union services, Rug Doctor rentals, and lottery tickets. Some stores also provide DVD rental services. In December 2005, Publix discontinued its photo processing service, replacing it with an online or mail-order service via the Snapfish program. [19] The Snapfish agreement has since been terminated, and Publix no longer offers photo services.

Aprons Edit

Publix operates 11 cooking schools under the Aprons name. [49] The schools offer cooking demonstrations in which customers are encouraged to sample easy-to-make, nutritious dishes prepared at in-store kiosks and take a recipe card with them. All recipes are developed in-house, using easy-to-prepare or prepackaged ingredients, often available at the Aprons kiosk. [50]

In 2005, Publix introduced its Aprons make-ahead meals concept. Customers could purchase meals that they could assemble in-store or, for an extra charge, an Aprons associate would prepare and assemble the meals. These were standalone stores located in Jacksonville and Lithia, Florida. In summer 2009, Publix closed both locations citing lack of customer interest. [51]

GreenWise Market Edit

GreenWise Market is a retail concept the company introduced in 2007 in response to the increase in the number and profitability of health food stores such as Whole Foods Market. [52] GreenWise Markets were created to increase awareness of nutrition products under the GreenWise brand are free from added dyes, flavors, hormones, raised without antibiotics, or are USDA organic. [53] These stores are similar to the Whole Foods Market chain. In addition to organic and traditional products, GreenWise Markets include salad and hot bars. The first six stores were set to be in Palm Beach Gardens, Boca Raton, Vero Beach, Tampa, Naples, and Coral Springs, Florida. [54]

The first GreenWise Market opened on September 27, 2007 in Palm Beach Gardens. [55] The second Publix GreenWise Market opened in Boca Raton on May 29, 2008, located in Boca Village Square. [56] The third Publix GreenWise Market opened November 6, 2008, in Tampa's Hyde Park neighborhood. [57]

From 2008 to 2016, the company focused on a "hybrid" concept instead, [58] integrating the GreenWise concept into traditional Publix stores. Approximately half of locations built since 2008 are considered hybrid stores.

In 2017, the company announced they would resume building standalone GreenWise locations, the first of which will be near the campus of Florida State University in Tallahassee, opening in 2018. [58]

Publix Sabor Edit

Publix operated seven stores, branded "Publix Sabor" (sabor is Spanish for "flavor"), which cater to Hispanic Americans living in South Florida and offer products for Hispanics. Located in Miami-Dade County in Greater Miami, the seven themed stores are spread between Miami and Hialeah. They have since been closed and replaced by newly built locations or merged with existing stores that are not part of the Sabor sub-brand. [59] Two other Publix Sabor locations in Kissimmee and Lake Worth [59] [60] [61]

Publix Sabor locations have bilingual English-Spanish employees, open seating cafés, and a wider selection of prepared foods from the deli and bakery catering to Hispanic flavors. [59]

Pharmacy Edit

The first Publix in-store pharmacy was opened on October 30, 1986, in Altamonte Springs, Florida. [62] By 1995, one-third of Publix stores had a pharmacy and today, approximately 90% of Publix stores include a pharmacy. Publix Pharmacies consistently ranked number one for customer satisfaction in supermarket pharmacies in several surveys conducted by independent research companies. [63] [64]

Free medications Edit

Publix announced in August 2007, that it would offer several types of antibiotics free to its customers. Customers must have a prescription they are given a maximum of a two-week supply. [65] Several medical professionals expressed concerns that this could contribute to an overuse of antibiotics which leads to antibiotic resistance, a serious public health concern. [66] These medications include:

These antibiotics are offered to customers regardless of their prescription insurance provider. [65] Doxycycline Hyclate was removed from the list because of cost increases. [67] In May 2014, Cephalexin was removed from the list due to cost increases. [68]

In March 2010, Publix announced the launch of another free prescription, Metformin for Type II Diabetes, the generic of Glucophage. Publix provides the medication in 500 mg, 850 mg, and 1000 mg strengths. The only restriction is a 90-day supply or up to 360 500-mg, 270 850-mg, or 225 1000-mg tablets, but refills are not limited. [69] [70]

In August 2011, Publix began offering Lisinopril, an ACE inhibitor that is used to prevent, treat, or improve symptoms of high blood pressure, certain heart conditions, diabetes, and certain chronic kidney conditions, as another free prescription. Customers can get a 90-day supply of this prescription for free at any Publix Pharmacy, up to a maximum of 180 tablets. Lisinopril-HCTZ combination products are excluded. [68] [70]

In May 2014, Publix began offering Amlodipine, a calcium channel blocker used to treat high blood pressure and chest pain (angina) as a free medication. Customers can get a 90-day supply of this medication (up to 180 2.5-mg or 5-mg tablets, or 90 10-mg tablets) free of charge. [68] [70]

Montelukast, a medicine used for the treatment of allergies and asthma, was added to the free medication program in February 2017, [71] but discontinued at the end of 2018.

The Little Clinic Edit

In early 2006, Publix and The Little Clinic signed an exclusive agreement to open medical clinics within Publix stores. The first clinics were opened in the Atlanta, Miami, Orlando, and Tampa markets in the first half of 2006. The Little Clinic health-care centers were staffed by nurse practitioners who can write prescriptions, provide diagnosis and treatment of common ailments and minor injuries, and offer wellness care like physicals, screenings, and vaccinations. [72] Effective May 9, 2011, Publix closed the Little Clinics in its stores in order to focus on its core pharmacy and grocery business. [73]

BayCare telehealth sites Edit

Publix and BayCare Health System announced a collaboration to provide telehealth and telemedicine services at specialized pharmacies in four Tampa Bay-area counties in March 2017. [74] Pharmacies participating in the program have private rooms for patients to speak with a board-certified physician in BayCare's network via teleconferencing, plus diagnostic tools that can be used by the patient, with or without assistance from pharmacy staff. [75] Doctors will be able to perform basic exams and write prescriptions for minor illnesses and conditions for patients. [76]

Online shopping and delivery services Edit

PublixDirect Edit

In October of 2001, Publix launched it's first online shopping site called PublixDirect that would deliver groceries directly to the customer. Their first distribution center was situated in Pompano Beach, Florida. Customers who lived in Broward along with parts of Miami-Dade and Palm Beach counties were the first areas to have access to their new service. [77] Service was intended to be expanded to Orlando, Atlanta and other areas. However, the service never saw expansion past the South Florida area. [78] Due to low demand, it was announced that PublixDirect would cease operations on August 22, 2003. The remaining deliveries were made the next day with the remaining orders being cancelled or redirected to the customer's nearest Publix store. [79]

Publix Curbside Edit

After PublixDirect, Publix made a second attempt in 2010 at e-commerce with the introduction of Publix Curbside. Customers had the ability to browse and purchase groceries online, then drive to a participating location where an associate will have selected their items and would bring them out to the buyer's vehicle. [80] Announced as a pilot program with locations in the Atlanta area and Tampa, the program was ended in January 2012 after its performance reportedly did not meet expectations. [81]

The company later resurrected its curbside concept, this time using its delivery partner, Instacart, to manage the online ordering portion of the service. Currently in a trial stage, the second iteration of Publix Curbside began with two pilot locations in the greater Tampa area in September 2017, and is expected to expand to the greater Atlanta area by the end of the year. [82]

Instacart Edit

In July 2016, Publix announced another pilot program with Instacart to offer online shopping and delivery services in the greater Miami area. Customers in 37 ZIP codes from Hallandale Beach to South Miami are able to participate in the program. Not all products available at stores, such as tobacco, gift cards, prescriptions, and age-restricted items, are able to be delivered by the service. [83] Beer and wine can be delivered in Florida and North Carolina only. [ citation requise ]

As of February 2017, Instacart deliveries from Publix are available in the metro areas of Atlanta, Charlotte, Fort Lauderdale, [84] Miami, Orlando, Raleigh, Richmond, Tampa, Jacksonville, and Nashville, as determined by ZIP code. [85]

Later in 2017, Publix announced its intent to expand its delivery program, and expects to have the service available from more than 90 percent of stores by the end of the year. [82]

Food World Edit

In response to other grocery stores' aggressive discounting across the Florida market, Publix opened its first Food World store in September 1970 in Orlando, Florida. [86] The store marked the first under the Food World banner for Publix and would become the first of 22 more of the type. [87]

In November 1977, in Lakeland, Florida, Publix opened the Lake Miriam Food World, which, at 57,000 sq. ft., was its largest store in the company and also the largest store in the Southeastern United States. The store was the company's first to feature barcode scanners.

The brand was retired in 1985 because the stores were unable to turn a profit for Publix or give workers a percentage of their store's profits. [87]

Publix PIX Edit

Starting in 2001, Publix operated 14 PIX (stylized in all-capitals) gasoline-convenience stores in Florida, Georgia, and Tennessee. Locations were limited during the trial period of the concept. In 2014, all Florida and Georgia locations were sold to Circle K, the sole Tennessee location was sold to another entity, and the concept was discontinued. [88] The locations were converted to other brands, as Publix retains the rights to "PIX." [89]

Crispers Edit

In 2002, Publix invested in the Lakeland-based restaurant chain Crispers, which concentrates on health-conscious fare. It increased its stake in 2004 before purchasing the remainder of the company in 2007. In May 2011, Publix announced it had sold the Crispers chain to Healthy Food Concepts LLC. The stores had not performed well during the downturn and in recent years Publix closed several units, leaving the chain with 36 stores when the sale was announced. [90]

Publix Liquors Edit

Publix tested the market response to liquor stores in the late 1980s, but closed its test sites in 1989. It re-entered the liquor sales market again in 2003 and has met with success since. [91] The liquor store is in an area accessed via a separate entrance as required by local laws, modeled after many other grocery chains.

DVD rental kiosks Edit

In 2005, Publix began installing The New Release DVD rental kiosks within 8 of it's South Florida stores with expansion to other South Florida stores by 2006. The movie rentals were priced at $1 per day in addition to sales tax. [92]

Following the purchase of The New Release by NCR in 2009, a partnership was formed with the NCR company and Blockbuster to replace the existing kiosks with Blockbuster Express kiosks. [93] This replacement began the same year with additional kiosks being installed at all of the other Publix locations which was completed by 2010. The cost of the rentals remained the same. [94]

In 2012, NCR sold its entertainment division, which includes the Blockbuster Express kiosks, to Coinstar, the owner of the Redbox DVD rental kiosks. [95] [96] Blockbuster Express machines were replaced with Redbox machines in most stores by the end of 2012.

Starbucks Edit

In December 2016, Publix opened its first in-store Starbucks location in the Orlando area, with five more opening throughout 2017. [97] [98] [99]

Presto! Éditer

Presto! is an automated teller machine (ATM) network owned and operated by Publix Super Markets. There are over 1,100 Presto! ATMs in Florida, Alabama, Georgia, North Carolina, South Carolina, and Tennessee, all located at Publix retail stores. This network includes point of sale (POS) capabilities, meaning that debit, credit, electronic benefit transfer (EBT) cash, or EBT food stamp cards can be used to make purchases at any Publix store.

The company, founded in 1930, has never had a layoff. [101]

In 1995 Publix was sued "for sex discrimination in job assignments, promotions and allocation of hours" and settled for $81.5 million in 1997. [102] Publix had claimed that the suit was simply an effort by the United Food and Commercial Workers to unionize the company, but the judge ruled in favor of the plaintiffs and required Publix to "correct some of its statements." [103]

Publix announced that effective January 1, 2015, health coverage would be available to same-sex couples regardless of place of marriage, as long as they are legally married. [104] In early 2018, Publix came under fire by the Human Rights Campaign and other LGBT rights organizations for refusing to cover PrEP HIV prevention drugs under its employee health plans. Shortly after the furor, Publix changed its health plans to cover PrEP. [105]

Publix regularly conducts charity drives raising money and food for such charities as Special Olympics, March of Dimes, Children's Miracle Network, United Way, YMCA, [106] as well as various local food banks and soup kitchens such as Our Father's House Soup Kitchen [107] and Second Harvest North Florida.

On May 25, 2018, student activists and survivors of the Stoneman Douglas High School shooting, including David Hogg, planned a boycott of Publix, which would have included "die-in" protests at several Publix supermarkets, because of the $670,000 that the company made to Adam Putnam, a Republican candidate for Florida governor and self-described "proud NRA sell-out" [108] who opposed new state gun restrictions created in response to the school shooting. [109] Moments before the protests began, the company announced that it would suspend corporate-funded political contributions and reevaluate their political funding practices. [108] Despite the company's announcement, David Hogg led a die-in on May 25, 2018 at a Publix supermarket with parents and students from Stoneman Douglas High School for 720 seconds, the approximate number of school shootings in recent history. [110] Six days after halting political contributions, the Florida Retail Federation, a trade group heavily funded (>80% in 2017) by Publix, donated an additional $100,000 to Putnam's Florida Grown political action committee. [111]

In December 2020, Publix gave $100,000 to a political action committee of Florida governor Ron DeSantis. [112] [113]

Publix stock is privately owned and restricted: it can only be purchased by current employees or board members during designated offering periods, and cannot be sold to anyone without first being offered back to Publix for repurchase. [114]

Stock was made available to associates in 1959, originally priced at $10.00 per share. [115] Employees can acquire stock through three programs: an ESOP "PROFIT" [116] plan, 401(k) "SMART" (Saving Makes A Richer Tomorrow) plan, and an employee stock purchase plan.

As of May 1st, 2021, Publix stock is valued at $61.30 per share. [117] Publix stock was quoted on the US OTC market under the code PUSH. [118] It is listed on the 2021 Fortune 500 list at #69. [119] As of November 2019, the stock is no longer listed on the OTC.


Palomas IX-91 - History

USS Irene Forsyte (IX-93) on 14 September 1943
Click on this photograph for links to larger images of this class.

Class: Small IX: Miscellaneous Types (3)
Design Small acquired. These specifications are for IX-93.
Displacement (tons): 200 light
Dimensions (feet): 144.0' oa, 125.0' wl x 27.7'
Original Armament: 1-4"/50 1-40mm 2-20mm (IX-93 as Q-ship)
Later armaments: Small or none (others)
Complement --
Speed (kts.): 12.5
Propulsion (HP): 500
Machinery: 2 screws, 2 GM diesels

Construction:

IX Nom Acq. Builder Keel Launch Commiss.
91 PALOMAS 23 Sep 42 Bethlehem Steel, Wilm. -- 1922 2 Oct 42
92 LISTON 9 Oct 42 Harry Stilman -- 1923 13 Apr 43
93 IRENE FORSYTE 16 Nov 42 MacLean Const. -- 1920 26 Aug 43
94 RONAKI 4 Nov 42 G. Niccol, Auckland, N.Z. -- 1922 26 Nov 42
95 ECHO 4 Nov 42 Brown & Sons, Kaipara, N.Z. -- 1905 26 Nov 42
97 MARTHA'S VINEYARD 11 Jan 43 Gas Engine & Power -- 1911 30 Mar 43
101 BIG CHIEF 5 May 43 Neafie & Levy -- 1897 5 May 43

Disposition:
IX Nom Decomm. Strike Disposal Sort MA Sale
91 PALOMAS 10 Aug 46 25 Sep 46 3 Mar 47 MC/S 24 Feb 47
92 LISTON 12 Jul 43 29 Jul 44 12 Dec 45 MC/S 12 Dec 45
93 IRENE FORSYTE 16 Dec 43 22 Dec 44 18 Oct 45 MC/S 18 Oct 45
94 RONAKI -- 15 Jul 43 18 Jun 43 Perdu --
95 ECHO 15 Mar 44 25 Mar 44 15 Mar 44 RTO --
97 MARTHA'S VINEYARD 18 Apr 46 5 Jun 46 6 Sep 46 MC/S 28 Aug 46
101 BIG CHIEF 28 May 46 3 Jul 46 14 Jun 46 MC/R 26 Feb 48

Class Notes:
FY 1942 (IX-101), FY 1942 BuShips Maintenance funds (IX 91-92), and FY 1943 (IX 93-95, 97). The specifications above are for IX-93, those for the others are in the Ship Notes.

IX-91: On 22 Jul 42 CNO asked WSA and BuShips to requisition-purchase the schooner yacht GOODWILL for delivery to Com-11. This vessel had been designed by Henry J. Gielow and built at Wilmington, Del., for Keith Spaulding (Pasadena, Calif.) of the sporting goods family. Acquired from Mr. Spaulding, she was initially used as a patrol craft in the 11th Naval District. She was reassigned to Servron Two on 20 Sep 43 and reported to COTCPac, the Pacific Fleet's training command in California, for use as a training ship on 24 Oct 43. COTCPac reported on 9 Dec 43 that she was available for conversion to a CIC training ship. The schooner was sold in February 1947 to the estate of Mrs. Endora H. Spaulding of Pasadena, Calif. and delivered on 3 Mar 47. She was bought by industrialist Ralph Larrabee 1950 and was wrecked on Sacramento Reef, Baja California, 25 May 69, with all on board being lost.

IX-92: On 26 Sep 42 CNO asked WSA and BuShips to requisition-purchase the Bay schooner ELEANOR V. ROBBINS for delivery to Com-4. This Delaware Bay schooner was acquired from Wilbert H. Robbins, Port Norris, N.J., for whom she had probably been built in 1923. She was converted by the Essington Yacht Repair and Storage Co. between 12 Oct 42 and 8 Mar 43. She entered service in the 4th Naval District, but by this time the Navy had decided to decommission most of its smaller acquired craft (see IX-88) and her service was very short. She was sold in December 1945 to John A. Tarburton of Dover, Del., and resumed service as the fishing vessel ELEANOR V. ROBBINS. She was still in service in 1972.

IX-93: On 31 Oct 42 VCNO directed BuShips to negotiate the purchase of the auxiliary schooner IRENE MYRTLE directly with her owner as the vessel was under Canadian registry and could not be requisitioned through WSA. This three-masted schooner had been built in 1920 in Nova Scotia as MACLEAN CLAN for the coastal trade. An auxiliary engine was fitted in 1926, and in the early 1930s she was purchased by Captain Thomas Antle of Parrsboro, Nova Scotia and renamed IRENE MYRTLE. Antle died on board while the ship was loading coal at New London, Conn., in the summer of 1942 and the vessel was eventually put up for sale. The Navy wanted a smaller coastal vessel to serve as a Q-ship, complementing the larger ships BIG HORN (AO-45), ASTERION (AK-63), and ATIK, and purchased IRENE MYRTLE for this purpose from Antle's estate on 16 Nov 42. Converted at the Thames Shipyard, New London, Conn., she was fitted with new engines and concealed guns, radar, sonar equipment, and two Mousetrap A/S rocket launchers. Practically everything in the ship had to be replaced except for the bare hull, in which numerous frames were replaced. On her first mission in October 1943 her seams opened in a storm and she had to run her pumps continuously to get to Bermuda. She was ordered decommissioned soon after arriving at the New York Navy Yard in early November 1943. On 17 Dec 43 SecNav approved loaning the vessel to the War Shipping Administration for used as a Merchant Marine Cadet Corps training ship. She was returned to the Navy at the New York Navy Yard on 28 Nov 44 and was stricken the following month. She was sold in October 1945 to Horace H. Work, Jr., of New York as MACLEAN CLAN and was then sold by him in 1947 to a Cuban firm as SANTA CLARA. The old schooner took on water and foundered in heavy weather off La Ceiba, Honduras, on 21 Dec 51.

IX 94-95: An OpNav dispatch of 26 Nov 42 stated that the designations IX-94 and IX-95 had been assigned to two vessels acquired under Reverse Lend-Lease through the New Zealand Government, RONAKI and ECHO respectively. Both were cargo schooners with auxiliary propulsion, ECHO being more precisely described as a hold-scow. The Navy used them to supply Army outposts in the New Hebrides and nearby island groups. RONAKI sank after grounding on Kingston Reef, Norfolk Island, on 18 Jun 43 while ECHO was returned to New Zealand in March 1944 and resumed merchant service there, operating between Wellington on the North Island and Blenheim on the South Island as she had since 1920. She ceased operating as a commercial vessel in 1965 and was hulked, but she still existed in 2005 as a museum and restaurant at Shelly Beach at Picton.

IX-97: On 30 Dec 42 VCNO asked WSA and BuShips to purchase the turnscrew gas yacht THELMA. She was designed by C. L. Seabury and built at Morris Heights, N. Y. The craft was acquired from Irving Goss of New York, apparently representing George A. Miller, Jr. of Baltimore and Connecticut, her owner. She was assigned on 23 Jan 43 to the 3rd Naval District for use at the Underwater Sound Laboratory, Fort Trumbull, New London, and was converted by Brewer's DD between 11 Jan 43 and 29 Mar 43. The conversion included fitting Hall Scott Invader engines from SC-64, which was being scrapped. Replaced by unspecified service craft ca. early 1946. Resold in August 1946 to George A. Miller of New York and delivered to him on 6 Sep 46, she resumed service as the yacht THELMA and was abandoned in 1950.


Liberty Matters: A Forum for the Discussion of Ideas About Liberty Liberty and Virtue: Frank Meyer's Fusionism (June 2021)

Welcome to our June 2021 edition of Liberty Matters. This month Stephanie Slade, managing editor at Reason magazine, has written our lead essay on Frank Meyer. Liberty Fund publishes Meyer’s most widely cited book In Defense of Freedom and related essays which also includes a number of Meyer’s more well known essays. Meyer was one of the founders, along with William F. Buckley, of National Re.


Mike Connors, ‘Mannix’ Star, Dies at 91

Mike Connors, best known for playing detective Joe Mannix on 1960s and 󈨊s show “Mannix,” died Thursday in Tarzana, Calif. He was 91.

He had been diagnosed a week ago with leukemia, according to his son-in-law Mike Condon.

“Mannix” ran for eight seasons from 1968 to 1975 and was the last series from Desilu Productions. Connors won a Golden Globe for his performance as a tough, athletic investigator, who in quintessential detective show style, insisted on doing things his own way and often got beat up in the process. He drove an impressive series of muscle cars including a Dodge Dart and Chevrolet Camaro.

Desilu president Lucille Ball convinced CBS not to cancel the show despite initial poor ratings, and it caught on after being retooled into a somewhat more conventional detective series. Mannix’s secretary, played by Gail Fisher, was one of few African-American actresses on TV at the time. “Here’s Lucy” produced a crossover episode in 1971 with Connors and Ball, called “Lucy and Mannix Are Held Hostage.”

As recently as 2007, he made a guest appearance on “Two and a Half Men.” His other TV appearances included “Murder, She Wrote,” “Love Boat,” and “Walker, Texas Ranger.”

The handsome square-jawed actor also appeared in early 󈨀s TV series “Tightrope!” and “Today’s F.B.I.” in the early 󈨔s. He later played Colonel Hack Peters in Herman Wouk miniseries “War and Remembrance.”

Born Kreker J. Ohanian in Fresno, Calif., Connors was of Armenian descent. He played basketball at UCLA where he was nicknamed “Touch,” and was credited in his first few films as Touch Connors. In the 1950s, Connors appeared in the John Wayne film “Island in the Sky” and in Cecil B. DeMille’s “The Ten Commandments.”

Connors is survived by his wife Mary Lou, daughter Dana, and granddaughter Cooper.

List of site sources >>>


Voir la vidéo: La historia de los palomos rafeños (Janvier 2022).